Un avenir sans faim

Publié le 14.06.2013 • Mis à jour le 24.08.2016

Projet de dialogue inter-religieux au Tchad

Comment parler de vivre ensemble dans une société où deux communautés de religion différente, chrétienne et musulmane, s’observe avec méfiance et font peu d’effort pour partager leurs valeurs et leurs cultures ?

Au-delà des rencontres régulières entre religieux, Justice et paix Tchad a voulu ouvrir le débat dans la société civile et politique. Le projet a retenu trois grandes questions : La laïcité, est-elle une solution dans un contexte multiculturel ? L’ islam, le christianisme, la démocratie et les droits humains : des pistes pour bâtir une société plus humaine ? « Religions, violences et sociétés : quels regard croisé des victimes et agresseurs ? ».
Des groupes d’associations de jeunes ont abordé cette question à Moundou, Mongo et Ndjamena en juillet puis une délégation composée du Père Tipo Deng Paolino, responsable du "service de rencontre avec l’islam" au sein de la Conférence épiscopale, de l’Imam Abakar Walar Modou de la Grande Mosquée de Ndjamena, de Brice Mbaimon Guedembye, jeune leader politique et d’Abderamane Goussoumian et Gondeu Ladiba, 2 leaders de la jeunesse est venue en France à la rencontre des communautés musulmanes et chrétiennes pour découvrir leur conception de la laïcité et de la république.
La délégation s’est rendue en banlieues parisiennes, à Marseille et à Paris. Au retour de France, l’Imam a convaincu le Haut Conseil Islamique de mettre en place un cycle de formation « Ethique et Religion » à l’image de celui découvert à l’Université catholique de Paris. En décembre s’est tenu à Ndjamena un cycle de conférences et débats avec une délégation française constituée de l’Imam Tareq OUBROU, recteur de la Mosquée de Bordeaux et du Père Christophe ROUCOU, chargé du dialogue avec l’Islam au sein de l’Eglise de France. Plusieurs rencontres se sont tenus : l’une avec 80 imams de la vile de Ndjamena, une autre avec 20 leaders de la société civile tchadienne, ou encore avec des religieux catholiques, protestants et musulmans pour réfléchir sur la formation des religieux au dialogue inter-religieux et au vivre ensemble. 2 journées d’échanges et de réflexions ont été financées avec 80 représentants de la société civile de l’intérieur du pays. Jeunes, femmes, paysans… tous engagés dans leur territoire pour une société plus juste, ont pu venir de 18 villes du pays pour partager ces moments. Certains ont mis 2 jours pour rejoindre Ndjamena.

Construire la paix, c’est aussi faire que les religions aident à vivre ensemble, et non à séparer les communautés.

PDF - 2.4 Mo
Télécharger l’intégralité du bulletin d’information n°1, mai 2013
Télécharger l’intégralité du bulletin d’information n°1, mai 2013

Nos projets

27 septembre 2016

En France, les jeunes habitants des bidonvilles privés d’école

Le Collectif pour le droit des enfants roms à l’éducation a réalisé une étude, soutenue par le CCFD-Terre Solidaire, permettant de mieux (...)

20 juin 2016 ANAFE

Défendre les droits des migrants aux frontières et en zone d’attente

Partenaire du CCFD-Terre Solidaire, l’Anafé – Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers – est l’une des rares (...)

28 avril 2016 PIJCA

Centrafrique, témoignages des jeunes combattants pour la paix

La Plateforme interconfessionnelle des jeunes centrafricains, la PIJCA, a réuni depuis le début de la crise des jeunes de toutes (...)

S’informer

21 février 2017

Devoir de vigilance : adoption d’une loi historique

Les député-e-s français-e-s ont adopté définitivement mardi 21 février 2017, la loi relative au devoir de vigilance des sociétés mères et (...)

21 février 2017

Présidentielle 2017 : L’aide publique au développement en 3 questions

La France doit augmenter le financement de son aide publique au développement (APD). C’est le constat de Coordination Sud, la plateforme (...)

20 février 2017

Devoir de vigilance : verdict le 21 février

FDM n°297

Le devoir de vigilance des entreprises sera-t-il définitivement adopté à l’Assemblée nationale le 21 février 2017, malgré les blocages du (...)

Nos alliés