Un avenir sans faim

Publié le 05.03.2005 • Mis à jour le 09.07.2012

Liliace Araba, Soudan.

Pour faire face au retour des réfugiés au Sud-Soudan, les besoins sont énormes et les services quasi inexistants.

Faire face au retour des réfugiés

Paris, le 4 mars 2005

Tout le monde, au Sud Soudan, est heureux de l’accord de paix signé le 9 janvier 2005 entre le gouvernement de Khartoum et la rébellion du Sud (SPLA) ! Nous attendions cela depuis vingt ans ! Depuis cette signature, le calme règne. C’est pourquoi nous sommes confrontés à une vague de réfugiés rentrant chez eux. Tous sont fatigués de cette guerre et veulent retrouver leur maison. Certains sont des déplacés, d’autres des réfugiés qui reviennent d’Ouganda, du Kenya, de la RDC, d’Ethiopie, de Centre Afrique. Ils sont environ 4 millions.

Ces réfugiés rallient d’abord les lieux où l’accessibilité aux services est la plus aisée. Puis, éventuellement, ils pensent à bouger au-delà. Mais, si leurs enfants vont à l’école dans le premier lieu d’accueil et qu’il n’y a pas d’école dans leur village, ils restent. Au Sud Soudan, les services et les infrastructures sont pauvres ou absents. Il y a très peu d’écoles. Sur neuf comtés, seules trois écoles existent ! Si bien que le niveau d’éducation est particulièrement bas. Dans la zone où nous travaillons, vers Terekeka, une seule personne est lettrée sur 59 000 habitants ! Or, si les services d’éducation ne sont pas suffisants pour la population actuelle, imaginez ce que cela sera avec celle qui va revenir ! Cette indigence matérielle pose également de graves problèmes au niveau de la santé. Il y a peu d’hôpitaux, pas de médicaments, peu de médecins, et bien souvent, rien n’est prévu pour les accouchements.

De plus, il n’a pas plu. Nous faisons face à une nouvelle catastrophe naturelle. Il y a pénurie alimentaire selon Programme Alimentaire Mondial. Il n’y aura pas assez de nourriture pour tous, encore moins avec le nombre de revenants ! Nous avons besoin de matériels et outillages pour cultiver. Avec la paix, les familles peuvent enfin retrouver leur capacité à produire pour elle même. Elles nécessitent des formations, des technologies, des charrues pour labourer, des semences améliorées.

Le gouvernement du Soudan ne fait rien pour le Sud, celui du Sud Soudan est trop occupé à conforter son équipe, structurer ses ministères. Quant à la plupart des ONG, elles sont au maximum de leur capacité. Quand les infrastructures routières seront améliorées peut-être que d’autres ONG pourront amener leurs services aux communautés éloignées. Pour l’heure, certaines régions sont très difficiles d’accès. Les ONG n’y vont pas. Il faudrait qu’elles reçoivent plus de fonds de leurs donateurs. L’aide se concentre donc dans certaines zones où les gens s’agglutinent. Cette concentration va augmenter les risques de famine. On ne peut faire de l’urgence indéfiniment ! C’est de développement dont nous avons besoin ! Après la paix, la liberté !

Propos recueillis par Cécile Raimbeau

Acord Soudan a pour objectif d’augmenter la production agricole, d’améliorer l’accès à l’eau et de travailler à l’éducation des jeunes.

Nos projets

19 avril 2017

Victimes de la sécheresse et de Boko Haram, les éleveurs du lac Tchad appellent à la solidarité

Dossier : La faim guette les populations fragilisées par les crises politiques en Afrique

Dans un environnement déjà fortement fragilisé par la sécheresse, les populations de la région du Lac Tchad sont soumises aux violences et (...)

15 septembre 2016

Un rapport pour comprendre la crise en République centrafricaine

Le Réseau des Organisations de la Société Civile Centrafricaine pour la Gouvernance et le Développement (ROSCA-GD), partenaire du (...)

8 août 2016 AZHAR

Au Mali, l’association Azhar soutient les initiatives Touaregs contribuant au vivre-ensemble

Assinamar Ag Rousmane est coordinateur de programme au sein de l’ONG Azhar, soutenue par le CCFD-Terre Solidaire depuis sa création en (...)

S’informer

3 mai 2017

Tchad – Demande de libération immédiate pour les deux activistes torturés pendant leur détention en secret

Les autorités tchadiennes doivent immédiatement libérer deux activistes de la société civile qui ont été torturés pendant leur détention en (...)

14 avril 2017

Témoignage de Mgr Muyengo, évêque d’Uvira au Sud Kivu (RDC)

298 Mars-Avril

Nommé depuis décembre 2013 évêque d’Uvira, âgé de cinquante-huit ans, dans la province du Sud-Kivu en République démocratique du Congo (RDC), (...)

13 avril 2017

En Birmanie, les violences contre les minorités ethniques continuent

298 Mars-Avril

Après plus de 60 années de conflit armé avec ses minorités ethniques, la Birmanie s’est engagée dans un processus de paix. Il y a urgence, (...)