Noël contre la faim

Publié le 12.05.2006 • Mis à jour le 21.02.2013

Tchad
Tous les appels du CCFD et de ses partenaires tchadiens pendant la crise du printemps 2006.

Au printemps 2006, le comité de suivi de l'appel à la paix, qui regroupe les organisations de la société civile tchadienne, a appelé à la mise en place d'une issue politique à la crise, sur la base d'un dialogue national. Il a joué un rôle reconnu internationalement avec l'appui d'ONG françaises dont le CCFD.

Le 12 mai 2006
Alors que le 3 mai a consacré Idriss Déby qui a été réélu comme prévu à l’issue d’un scrutin boycotté par l’opposition, la société civile tchadienne continue de demander un dialogue national de paix pour résoudre les graves tensions qui menacent la stabilité du paix et de la région.
Un collectif d’association interpelle le secrétaire général des Nations unies.


Paris, le 26 avril 2006

À l’approche de l’échéance du 3 mai, date prévue pour l’élection présidentielle, la société civile tchadienne alerte sur les dangers d’une telle initiative politique dans le contexte actuel. Elle demande que se tienne d’abord un dialogue national de paix et de réconciliation, comme le recommandent également l’Union africaine et les États-Unis.
Le CCFD, l’Acat, Agir ici, Agir ensemble pour les droits de l’homme et Survie, appellent les autorités françaises, dont la position est déterminante, à soutenir également cette voie.

Cette lettre fait suite à l’appel du 13 avril (lire ci-dessous).


Alors que la confrontation entre le Front uni pour le Changement et le régime d’Idriss Déby atteint un niveau critique, concrétisant les craintes d’une crise politique majeure, un collectif d’associations, dont le CCFD, relaie la demande de la société civile tchadienne d’un dialogue national et appele la France à favoriser cette initiative.

Le texte de la lettre ouverte

Monsieur le Président de la République,
Monsieur le Ministre des Affaires étrangères,
Madame le Ministre de la Défense,

Dans le contexte actuel d’une dégradation majeure de la situation politique et sécuritaire sur l’ensemble du territoire tchadien, nos organisations dénoncent le soutien politique et militaire permanent que la France accorde au régime du président Déby jusqu’à ce jour.

Nos organisations contestent la position de la France selon laquelle le président Deby serait le seul à pouvoir garantir la stabilité et l’unité nationale du pays. Nous contestons également le soutien de la France, ce matin encore, sur la tenue de l’élection présidentielle du 3 mai, considérant qu’il est totalement aberrant de tenir cette élection dans ce contexte.

Nous dénonçons l’appui (confirmé par le porte parole du Ministère de la Défense) de l’armée française au pouvoir tchadien : transmission de renseignements aériens et d’écoutes, transport de munitions et sécurité du président.... De multiples témoignages font état d’interventions directes de l’armée française depuis le 11 avril jusqu’à ce jour, notamment autour de N’Djamena et de Adré.

Nos organisations demandent à la France de :
• cesser tout appui militaire et politique au régime actuel,
• arrêter tout soutien en faveur du maintien de l’élection présidentielle du 3 mai,
• favoriser la tenue d’un véritable dialogue politique national tel que proposé par la société civile tchadienne et accepté par l’ensemble des forces sociales et politiques.

Nos organisations interpellent les autorités françaises et invitent les parlementaires à se saisir d’urgence de cette question, et restent extrêmement attentives quant à la situation des droits de l’Homme et quant à la sécurité des populations et des membres de la société civile.

Nous demandons enfin aux autorités françaises une réaction rapide et appropriée à cet appel.

Signé à Paris, le 13 avril 2006.

Organisations signataires :
Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture (ACAT-France)
Agir ensemble pour les droits de l’homme
Agir Ici
Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement (CCFD)
Environmental defense
Franciscans International
Initiative Pro Afrika
Les Amis de la Terre
Survie.

Contacts presse :

Bruno Angsthelm CCFD
b.angsthelm@ccfd.asso.fr
01 44 82 80 00

Olivier Thimonier Survie
olivier.thimonier@survie-france.org
01 44 61 03 25

Clément Boursin ACAT-France
clement.bousin@acat.asso.fr
01 40 40 02 11

Lettre ouverte à Koffi Annan (12 mai 2006)

Lettre ouverte au Président de la République (26 avril 2006)

Manifeste du Comité tchadien pour la paix et la réconciliation (11 avril 2006)

Dossier de présentation du Comité tchadien de Suivi de l’appel à la paix

L’interview de Delphine Djiraibé, coordinatrice du Comité de suivi (21 février 2006)

La conférence de presse du Comité de suivi à Paris (21 février)

Nos projets

24 février 2016 CSAPR

Protestation et indignation populaire au Tchad

Bruno Angsthelm, chargé de mission Afrique, revient d’une mission au Tchad. Avec Abderamane Ali Gossoumian, Coordinateur national du (...)

8 janvier 2016 ACORD International

Un programme pour la paix dans les pays du centre sahélien

Le CCFD-Terre solidaire et ACORD, ONG internationale africaine, ont décidé de s’engager, ensemble et à long terme, auprès des sociétés (...)

16 septembre 2015 In Media , Justice pour tous

Chine continentale et Hong Kong : les liaisons dangereuses de deux sociétés civiles

Dans le contexte de fragilité économique de la Chine, les ONG chinoises sont plus que jamais dans le collimateur du régime de Pékin et la (...)

S’informer

10 novembre 2016

La société civile centrafricaine sous pression

Les ONG signataires ont été informées de l’arrestation lundi 7 novembre à Bangui d’un leader de la société civile centrafricaine, M. Gervais (...)

17 octobre 2016

Edito : Le pouvoir des citoyens pour changer le monde

295- Septembre/Octobre 2016

Au moment où Guy Aurenche me transmet le service de la présidence du CCFD-Terre Solidaire, je tiens à lui dire notre gratitude et notre (...)

1er octobre 2016

Israël : Les ONG dans la tourmente

295- Septembre/Octobre 2016

Faim et Développement - Découvrez notre dossier : Les ONG dans le collimateur des gouvernements. Les pressions et menaces s’accentuent (...)