Publié le 6 février 2008

Tchad
Une crise annoncée

Philippe Mayol, chef du service Afrique au CCFD, rappelle que l’initiative de dialogue national soutenue par la société civile tchadienne est seule à même de garantir une stabilité durable.

Philippe Mayol
Chef du service Afrique au CCFD

Le Tchad traverse une nouvelle crise politique majeure. Pour l’instant, nous n’avons que peu de nouvelles de nos partenaires. Nous savons que certains, des défenseurs des droits de l’homme comme des acteurs de développement, doivent se cacher, que d’autres ont fui le pays pour assurer leur sécurité.

Cette crise était prévisible. Il faut rappeler que les organisations de la société civile réunies au sein du Comité de suivi de l’appel à la paix et à la réconciliation nationale défend depuis 2005 l’idée de réunir les principaux acteurs politiques dans le cadre d’un dialogue national.

Un dialogue national pour une paix durable

À l’approche de l’élection présidentielle de mai 2006, lors de laquelle Idriss Déby a été réélu après avoir modifié la Constitution, le Comité de suivi avait souligné que la stabilité politique du pays ne pouvait pas reposer que sur son maintien au pouvoir. Seule une initiative politique impliquant toutes les forces politiques étaient à même d’apaiser durablement la situation au Tchad.

Les événements actuels confirment cette analyse. Il faut rappeler en effet que les « rebelles » ne se réduisent pas à une coalition d’intérêts hétéroclites ou de mercenaires à la solde d’un pays étranger. Ils incluent, entre autres, des acteurs politiques majeurs de la scène politique tchadienne. Nous sommes persuadés que si un processus de règlement politique avait impliqué ces protagonistes, nous n’en serions pas là aujourd’hui.

Nous avons, avec le Comité de suivi, rencontré à plusieurs reprises des responsables politiques français pour les sensibiliser à la nécessité d’une démarche politique globale. Leur approche a un peu évolué, mais leur vision reste très marquée par des contraintes géopolitiques. Cette région d’Afrique est en effet marquée par des crises latentes ou déclarées, au Darfour, en Centrafrique, au Nord Cameroun, au Sud-Soudan. Le jeu des régimes lybien et soudanais complique la donne.

Mais une gestion privilégiant le court terme et les nécessités immédiates n’est pas en mesure de rompre le cycle infernal des éruptions de violence politiques à répétition, excitées par l’enjeu que représente la maîtrise des revenus pétroliers.

La responsabilité de la France

La France a une responsabilité dans l’évolution de la crise actuelle. Elle a apporté, et apporte encore, un soutien sans faille au régime en place.

Plus que jamais, il reste pourtant nécessaire que la France avec ses partenaires européennes soutiennent enfin l’initiative de la société civile tchadienne en faveur d’un processus global de dialogue pour la paix, entre les acteurs politiques.

Paris, le 6 février 2008

Nos projets

28 avril 2016 PIJCA

Centrafrique, témoignages des jeunes combattants pour la paix

La Plateforme interconfessionnelle des jeunes centrafricains, la PIJCA, a réuni depuis le début de la crise des jeunes de toutes (...)

24 février 2016 CSAPR

Protestation et indignation populaire au Tchad

Bruno Angsthelm, chargé de mission Afrique, revient d’une mission au Tchad. Avec Abderamane Ali Gossoumian, Coordinateur national du (...)

8 janvier 2016 ACORD International

Un programme pour la paix dans les pays du centre sahélien

Le CCFD-Terre solidaire et ACORD, ONG internationale africaine, ont décidé de s’engager, ensemble et à long terme, auprès des sociétés (...)

S’informer

27 juillet 2016

Après l’assassinat du père Jacques Hamel, "choisir le chemin de la vie"

Après l’attentat dans l’Église de Saint-Etienne-Du-Rouvray ‬qui a coûté la vie au père Hamel en pleine messe et grièvement blessé un (...)

22 juillet 2016

Le conflit syrien pour les nuls

Le site Internet "Le conflit syrien pour les nuls" propose des réponses claires et concises à tous ceux qui ont l’impression d’avoir les (...)

21 juillet 2016

Au Salvador, espoir de justice après l’inconstitutionnalité de la loi d’amnistie

La loi d’amnistie approuvée en 1993, suite aux accords de paix, et qui servait de paravent pour protéger des responsables de massacres et (...)