Un avenir sans faim

Publié le 28.08.2013 • Mis à jour le 23.03.2016

Togo : naissance et développement d’un mouvement paysan

La poignée de jeunes paysans soutenus dans les années 2000 par le CCFD-Terre Solidaire forment aujourd’hui un grand mouvement à même d’aider les petits producteurs à s’organiser, à se former et à dialoguer avec les institutions togolaises.

L’agriculture est l’un des secteurs les plus importants de l’économie et de l’emploi au Togo. Pourtant l’agriculture n’a longtemps représenté que 2 à 3% du budget de l’Etat et ne bénéficiait pas d’un programme d’appui à la petite paysannerie.

« Après avoir soutenu pendant plusieurs années tout un ensemble d’ONG travaillant dans le domaine agricole, le CCFD-Terre Solidaire a écouté les demandes des petits paysans qui voulaient être davantage acteurs. Nous avons fait le pari de les soutenir, alors qu’ils n’étaient encore qu’un mouvement informel et embryonnaire », raconte Bruno Angsthem, chargé de mission pour le Togo.

Dès 2002, le CCFD-Terre Solidaire commence à soutenir directement de jeunes leaders paysans de tout le pays. Le Mouvement pour une alliance paysanne du Togo (MAPTO) est créé en 2004 et va porter la volonté des petits producteurs d’être reconnus comme des acteurs du développement de leur pays. C’est la première fois qu’un tel mouvement se construit au Togo.

Pour réaliser leurs projets, le CCFD-Terre Solidaire leur donne peu à peu les mêmes types de moyens que ceux habituellement apportés à des organisations « officielles » : un budget de fonctionnement pour le Comité de pilotage, le recrutement par les paysans d’un coordinateur à leur service (une révolution !), un fonds « projets » décaissable de leur propre initiative sans accord préalable du CCFD-Terre Solidaire…

70 coopératives créées

Avec cette aide, MAPTO développe des filières pour le maïs, le riz, le maraîchage qui répondent à plusieurs défis : l’augmentation du revenu des petits paysans, leur représentation syndicale et la sécurité alimentaire.

Parti de quelques dizaines de petits paysans, le Mouvement pour une agriculture paysanne au Togo (MAPTO) comptait 4675 membres en 2005. Il en compte environ 20 000 à ce jour. La vie démocratique de MAPTO fonctionne bien : les élections statutaires se tiennent annuellement et les mandats sont renouvelés.

MAPTO a ainsi favorisé une réelle structuration du milieu agricole : 70 coopératives ont été créées. La production a doublé, l’impact sur les prix a été positif et les revenus annuels des producteurs ont progressé. Le Mouvement est désormais reconnu par le gouvernement. En 2008, lors de la crise alimentaire, MAPTO a mené une action de plaidoyer pour que le gouvernement envoie un signe politique en faveur de la hausse du prix des céréales.

Depuis deux ans, le gouvernement a fait du soutien à la petite paysannerie une priorité.

« Le bol MAPTO »

MAPTO s’est aussi fait connaitre en luttant contre la triche des mesures dans les marchés, où les commerçantes abusaient les villageoises avec des mesures trafiquées. MAPTO a distribué des bols, maintenant connus sous le nom de bols MAPTO, qui permettent d’avoir des mesures fiables de 2.5kg. La différence est telle que cela a permis à certaines familles de pouvoir scolariser leurs enfants.

Le tournant de l’agroécologie

Le nouvel axe de travail choisi par les paysans de MAPTO est de se former à l’agroécologie, qui vise à la fois à optimiser et préserver les milieux naturels et à mieux s’intégrer dans l’économie en renforçant les liens avec les communautés. Cette évolution correspond à des aspirations profondes des paysans qui se sentent dépendants des engrais distribués par l’Etat et recherchent des alternatives. Grâce au partenariat avec le CCFD-Terre Solidaire, ils ont voyagé en France et en Afrique, visité et découvert de nouveaux modes de production qu’ils veulent appliquer à leur tour. « On en revient aux fondamentaux de la question rurale : il ne s’agit pas seulement de soutenir les producteurs, mais aussi les interactions avec les communautés et les organisations de base », explique Bruno Angsthelm.

Aujourd’hui, on peut dire que le partenariat avec MAPTO représente l’une des très belles aventures du CCFD-Terre Solidaire.

Nos projets

21 juin 2017 Gwénaëlle Lenoir , Adel

En Cisjordanie, l’agroécologie porteuse d’alternatives

299 Juin

En Cisjordanie l’agriculture paysanne palestinienne est entravée par le poids de l’occupation, l’accaparement des terres les plus fertiles (...)

30 janvier 2017 Assesoar

Le rêve agronomique d’Ayrton au Brésil

Issu d’une famille de petits agriculteurs brésiliens dits "conventionnels", Ayrton Luis Rodrigues Freiré a choisi de se former à (...)

23 janvier 2017 Assesoar

Au Brésil, des agriculteurs familiaux résistent depuis 50 ans à un agro-business destructeur

Alors qu’elle a fêté en 2016 son demi-siècle d’existence, l’association Assesoar, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, peut s’enorgueillir (...)

S’informer

19 juillet 2017

Etats Généraux de l’Alimentation : Les organisations de la société civile interpellent le président de la République sur les conditions et enjeux des débats

Paris-le 19/07/17 : À la veille de l’ouverture des États Généraux de l’Alimentation, 39 organisations de la société civile saluent (...)

11 juillet 2017

Le programme Paies, une nouvelle approche pour soutenir la transition écologique et sociale à partir de l’Afrique

Dossier : Le programme Paies accompagne la transition des agricultures familiales grâce à l’agroécologie

Le CCFD-Terre Solidaire accompagne un ambitieux Programme d’appui aux initiatives économiques pour une transition écologique et sociale (...)

9 juin 2017

Etats Généraux de l’Alimentation : tous concernés par le contenu de notre assiette

En vue des annonces attendues du président de la République sur ce sujet, le CCFD-Terre Solidaire, la Fondation pour la Nature et (...)