Publié le 24.11.2010 • Mis à jour le 12.03.2013

16ème conférence sur le changement climatique

Des caravanes pour la justice climatique

Le 11 décembre 2010

El Salto. La mobilisation des habitants pour la défense du Rio Santiago, gravement affecté par les rejets industriels, a conduit Via Campesina et l’ANAA (Assemblée nationale - mexicaine - des victimes climatiques) à choisir cette petite ville, située dans l’état de Jalisco à quelques centaines de kilomètres au nord de Mexico, comme point de départ de l’une des « caravanes internationales pour la justice sociale et climatique ». Organisées en marge de la COP 16 qui, du 29 novembre au 10 décembre 2010, se réunit à Cancun, les caravanes se veulent la voix des populations paysannes et indigènes. Venus des quatre coins du monde, tous les participants, ou presque, insistent sur leur attachement aux accords de Cochabamba, leur détermination à défendre la « Terre Mère », leur refus de voir la nature mercantilisée, notamment par le biais des « bons carbone » et autres droits à polluer. 

Mexico. Syndicalistes et militants politiques ont rejoint les « caravaniers » pour une manifestation dans laquelle les banderoles clamant le refus du chaos climatique côtoient celles exigeant la libération des prisonniers politiques mexicains ou s’opposant à la construction d’une rocade qui conduira au déplacement forcé des habitants de La Malinche, à Magdalena Contreras (banlieue de Mexico). « Changeons le système, pas le climat ! » scandent les manifestants car, sans justice sociale il n’y aura pas de solution à la crise climatique.

Cancun. Tortillas, riz et haricots noirs sont au menu quotidien des militants qui campent dans un complexe sportif devenu, par la même occasion, siège de l’un des forums alternatifs[1] qui contestent la légitimité du sommet officiel. Conférences et débats y sont organisés et, chaque jour, des intervenants venus d’horizons divers se succèdent à la tribune. « Nous sommes entrés dans une ère de chaos climatique dont les populations défavorisées sont les premières victimes », estime Josie Riffaud. Et la déléguée européenne de Via Campesina, insiste sur l’urgence à s’affranchir d’un modèle basé sur l’extraction des ressources naturelles qui va de pair avec la privatisation de la nature au profit des multinationales - qu’il s’agisse de pétrole, d’exploitation minière, d’agrocarburants, d’OGM, ou de monocultures d’exportation. « Les paysans et les indigènes, continue-t-elle, mettent quotidiennement en œuvre des alternatives viables - échanges de semences, agriculture de proximité et sans intrants chimique... -, ils contribuent au refroidissement de la planète et sont les garants de la souveraineté alimentaire. »

Ovationné lors de sa visite au campement de Via Campesina, Evo Morales lui fait écho, dénonce les méfaits d’un capitalisme prédateur et appelle à ne pas enterrer le protocole de Kyoto ce qui, selon le président bolivien, conduirait à un « écocide et un génocide ».

A bonne distance de là, les représentants de 193 nations négocient dans l’enceinte aseptisée du Moon Palace, sourds aux cris de milliers de manifestants qui défilent dans les rues de Cancun.

Faisant le point sur un accord qui remets à plus tard les décisions concernant le protocole de Kyoto et ne comporte aucune mesure contraignante, Josie Riffaud juge « très inquiétantes les orientations qui se profilent et vont dans le sens de la soumission des gouvernements aux intérêts des multinationales - par exemple à travers les mécanismes REDD (Réduction des émissions résultant du déboisement et de la dégradation forestière) qui sont d’ores et déjà mis en œuvre dans plusieurs pays. Nous allons devoir mettre les bouchées doubles pour faire converger et renforcer les luttes des millions de victimes climatiques à travers le monde », conclut-elle.

[1] A côté de Via Campesina et l’ANAA, deux autres rassemblements alternatifs, représentants des sensibilités distinctes, étaient présents à Cancun : le Dialogue climatique et l’Espace international anticapitaliste.

Philippe Revelli, journaliste

A chaque étape, les participants à la caravanes sont accueillis par des communautés en lutte… Au départ de la caravane… Raffinerie dans les environs de Veracruz. Les participants à la caravane sont invités à constater de visu l'impact environnemental El Salto. Une épaisse couche de mousse résultant des rejets d'industries polluantes couvre le Rio Santiago. Mexico, le 30 novembre 2010. « Les riches contaminent et le sud exterminent. Stop au chaos climatique ! » Juste avant la manif… Moments des différentes manifestations dans les rues de Cancun. Au campement de Via Campesina, la délégation bolivienne se prépare à accueillir Evo Morales. Intervention d'une représentante bolivienne durant le meeting avec Evo Morales. Evo Morales, président de Bolivie et défenseur de l'accord de Cochabamba, au campement de Via Campesina.

Nos projets

15 avril 2016 Patrick Piro

Guinée : La patate chaude des paysans

FDM n°289

Dans la région du Fouta-Djalon, le dérèglement climatique aggrave les difficultés des paysans, très dépendants de la culture de pomme de (...)

14 janvier 2016 DESMI

Au Mexique, comment aider les paysans du Chiapas

Créée en 1969, l’ONG Desmi, "Développement économique et social des Mexicains indigènes", travaille à promouvoir les droits des populations du (...)

7 mai 2012 CAM

Gestion de l’eau par la création de Forums citoyens

" Le Centre Antonio Montesinos (CAM) est né en 1979 d’une volonté de l’Église d’agir en faveur des plus pauvres. Moi-même sociologue, j’en (...)

S’informer

22 août 2016

Au Mexique, la violence instrument du contrôle de la migration

FDM n°293

Raúl Vera, évêque de Saltillo au Mexique, travaille au quotidien auprès des migrants d’Amérique latine. Il dénonce avec virulence un système (...)

20 mai 2016

Nations unies : les communautés religieuses unies face au changement climatique

A New York, le 18 avril 2016, responsables religieux et spirituels du monde entier ont adressé à la communauté internationale, une (...)

17 février 2016

Lettre ouverte au pape à l’occasion de son voyage au Mexique

Dans une lettre ouverte au pape François, les organismes de la société civile mexicaine, dont plusieurs partenaires du CCFD-Terre (...)