Un avenir sans faim

Publié le 17.03.2008 • Mis à jour le 14.02.2013

Changer le modèle de développement

Marcella Zub Centeno, milite au sein de la Coordination des droits de l’homme au Paraguay. Elle plaide pour que le pays rompe avec une économie tournée vers l’exportation.

Marcella Zub Centeno

Jeune avocate de 26 ans, Marcella Zub Centeno, milite au sein de la Coordination des droits de l’homme au Paraguay (Codehupy). À la veille de l’élection présidentielle du 20 avril, elle plaide pour que le pays rompe avec une économie extravertie et bénéficie – enfin – de l’alternance politique.

Paris, le 29 février 2008

Signe de toutes les distorsions dont nous souffrons, les remesas – les fonds envoyés par les migrants – constituent la première source de revenus du pays, avant le soja, la viande et le coton. Le Paraguay compte un peu plus de 6 millions d’habitants et 2 millions d’expatriés, surtout en Argentine, mais aussi aux Etats-Unis, en Espagne et Italie, L’expansion de la monoculture du soja accentue l’exode rural – il concerne 90 000 ruraux chaque année -, et par suite l’émigration.

Pour agrandir leurs estancias (domaines de plusieurs milliers d’hectares), les grands propriétaires terriens ne reculent devant aucun moyen. Ils procèdent à des fumigations sur les communautés rurales qui s’opposent à leurs desseins. Ils envoient ensuite leurs milices armées, qui chassent ou assassinent les récalcitrants. La Codehupy a relaté, sans être exhaustive, les cas de 77 exécutions ou disparitions forcées de leaders paysans entre 1989 et 2005.

Dénoncer les spoliations de terre

Le bilan de cette politique est éloquent. Le Paraguay est devenu le 4e producteur mondial de soja, mais rivalise toujours avec Haïti en matière de grande pauvreté. L’élevage prospère lui aussi. On dénombre deux fois plus de têtes de bétail (12 millions de bovins) que d’habitants, ce qui n’empêche pas une fraction de la population de souffrir de malnutrition. Parmi elle figurent les 120 000 indigènes guaranis. L’année dernière, ils ont attiré l’attention sur leur sort. Deux communautés ont campé durant quatre mois sur la place principale d’Asuncion, la capitale, afin de dénoncer, entre autres, la spoliation de leurs terres.

La société civile est loin d’être inerte. La Coordination des droits de l’homme, la Codehupy, porte ses aspirations. Elle rassemble 39 0NG et mouvements sociaux. Sa diversité constitue sa force et sa richesse. C’est un exercice de démocratie permanent que de concilier les sensibilités des organisations féministes, indigénistes, des défenseurs des droits humains ou des mouvances proches de l’église catholique. Mais nous y réussissons depuis déjà neuf ans.

Corruption effrénée

Aujourd’hui, nous plaçons de grands espoirs dans l’élection présidentielle du 20 avril prochain. Rendez-vous compte, le parti colorado se maintient au pouvoir depuis 1947. Soit une longévité plus grande encore que le parti communiste chinois ! La population est lasse de cette domination qui s’accompagne d’une corruption effrénée.

Pour la première fois, une réelle perspective de changement s’offre avec la candidature de l’ex-évêque Fernando Lugo. Lorsqu’il officiait dans le département pauvre de San Pedro, il élevait la voix contre les violations des droits humains et s’est toujours montré solidaire des plus défavorisés. D’où son surnom d’ « évêque des pauvres ».

Mais le système politique traditionnel risque d’utiliser toutes les pratiques clientélistes (achat de votes) et de recourir à la fraude électorale pour faire obstacle à son possible succès. Si tel est le cas, la Codehupy et la société civile tout entière appelleront à la mobilisation et à la solidarité internationale.

Propos recueillis par Yves Hardy

Le site de la Coordination des droits de l’homme au Paraguay

Retrouvez la sur France Culture, samedi 29 mars à 7 heures dans l’émission Terre à terre.

Nos projets

12 juillet 2017 Nafso

Sri Lanka : appuyer les pêcheurs face à l’accaparement du littoral

Développer le pays. Si le mot d’ordre du gouvernement sri lankais parait louable, les bénéfices de cette politique restent trop souvent (...)

12 juillet 2017 Nafso

Sri Lanka : aider les personnes déplacées par la guerre, en particulier les veuves

Après des années d’un long conflit meurtrier, l’association sri lankaise Nafso accompagne le retour des personnes déplacées par la guerre, (...)

21 juin 2017 Gwénaëlle Lenoir , Adel

En Cisjordanie, l’agroécologie porteuse d’alternatives

299 Juin

En Cisjordanie l’agriculture paysanne palestinienne est entravée par le poids de l’occupation, l’accaparement des terres les plus fertiles (...)

S’informer

24 juillet 2017

Brésil : une mère obtient justice pour son fils, jeune noir des favelas, assassiné

Marcia de Oliveira Silva Jacintho a perdu son fils de 16 ans assassiné en 2002 par des policiers de Rio de Janeiro. Accompagnée par la (...)

9 juin 2017

Des paysannes et paysans en marche pour leurs droits

294- juillet/août 2016

Accaparement des terres, accès à l’eau, disparition des semences paysannes : « mêmes causes, mêmes luttes » ont plaidé près de 300 (...)

9 juin 2017

Crise oubliée : la guerre fait rage dans le nord de la Birmanie dans les Etats Kachin et Nord Shan depuis six ans (CP)

Six ans après la reprise du conflit dans l’État Kachin (le 9 juin 2011), nos organisations se solidarisent avec le peuple Kachin pour (...)