Publié le 10 octobre 2007

Cambodge

Le royaume khmer est un pays meurtri par plus de 20 ans de guerre et le génocide qui y a été perpétré par les khmers rouges entre 1975 et 1979 pendant « 3 ans, 8 mois et 21 jours » qui ont vu l’anéantissement de près du quart de la population Cambodgienne.

Mots-clés :

En 1991, les accords de Paris, signés sous l’égide de l’ONU, ont permis une intervention massive des Nations Unies et la réouverture de relations bilatérales pour ce pays coupé, des années durant, du reste du monde.

Pourtant 30 ans plus tard et alors que les premiers jugements ont été rendus dans le cadre d’un processus judiciaire limité (par un tribunal spécial mixte en place depuis 2006 seulement), les stigmates de cette période demeurent tant au niveau social que politique et identitaire.

La réalité du Cambodge aujourd’hui celle d’un régime corrompu et autoritaire, où la liberté d’expression et de manifestation est de plus en plus souvent remise en question, et d’un pays qui a construit son développement économique au détriment de ses paysans et ouvriers (notamment dans les secteurs du textile et du bâtiment) dont la situation reste extrêmement précaire.

Malgré une période de forte croissance au début des années 2000, le Cambodge traverse depuis 2009 une crise économique. Le Cambodge demeure ainsi parmi les pays les plus pauvres de la région avec 17% de la population subsistant avec moins de 2$ par jour.

Pour cette population encore très majoritairement rurale (80% de la population totale), l’insécurité foncière est le principal enjeu.

En l’absence de titre de propriété (abolis entre 1975 et 1979), le contentieux sur les terres se règle de plus en plus par la force ou des procédés illégaux tandis que le Cambodge se ‘développe’ sur la base de vente de concessions à des entreprises proches du pouvoir ou étrangères (asiatiques principalement) à des fins extractives (minerais) ou de cultures agro industrielles (plantations intensives d’hévéa, canne à sucre, bananes) nocives pour l’environnement (déforestation, assèchement des bassins et des sols,…).

Ce développement économique destructeur et la mauvaise gestion du pays creusent les inégalités et favorisent les tensions sociales.

Depuis 2009, 623 conflits fonciers ont été officialisés dont seulement une dizaine ont été solutionnés. De nombreuses arrestations, exécutions et règlements dans la violence des conflits laissent craindre une criminalisation des mouvements sociaux (paysans, syndicalistes, défenseurs de l’environnement)

Dans ce contexte, l’action du CCFD-terre Solidaire se concentre sur la sensibilisation des jeunes autour des enjeux de citoyenneté, d’identité et de vivre ensemble ainsi que l’appui aux défenseurs des Droits de l’Homme et populations victimes d’expropriations foncières.

Nos projets

4 mai 2016 ADHOC

Droits humains au Cambodge, le travail des ONGs sous pression

Partenaire depuis une vingtaine d’années du CCFD-Terre Solidaire, l’association pour les droits de l’Homme et le développement au Cambodge (...)

30 avril 2015 United Sisterhood

« Droits des femmes, c’est toujours très difficile de militer au Cambodge »

Créée en 2012, United Sisterhood Alliance (Us) est une organisation de la société civile cambodgienne active dans la défense et la (...)

6 juin 2014 MMN

Promouvoir les droits des migrants dans la région du Mékong

Fondé en 2003, Mekong Migration Network (MMN) regroupe une quarantaine d’organisations de la société civile, d’instituts de recherche, (...)

S’informer

22 avril 2016

Dans quelles conditions travaillent les ouvrières du textile au Cambodge ?

FDM n°292

United Sisterhood est une alliance de quatre ONG cambodgiennes intervenant dans des domaines aussi différents que l’industrie du textile, (...)

8 janvier 2014

Cambodge : répression sanglante d’une manifestation ouvrière à Phnom Penh

La FIDH, le CCFD-Terre Solidaire et les organisations cambodgiennes ADHOC et LICADHO condamnent le recours à la force meurtrière par les (...)

13 décembre 2013

Cambodge, le long combat des femmes de Boeung Kak

Dossier : Terres

Il pleut averse et la nuit est déjà tombée quand une clameur de joie s’élève de la foule massée devant la grille de la prison : la voilà ! Le (...)