Publié le 04.12.2012 • Mis à jour le 27.03.2013

Libération du prix Nobel de la paix 2010, Liu Xiaobo et de son épouse Liu Xia

L’archevêque Desmond M. Tutu et Sir Richard Roberts à l’origine de cette initiative

Mots-clés :

Cent trente-quatre lauréats du Prix Nobel, représentant l’ensemble de six disciplines du Prix ont écrit aujourd’hui au prochain chef d’État chinois Xi Jinping pour demander la remise en liberté immédiate et sans conditions de Liu Xiaobo et de son épouse Liu Xia. Celle-ci a été assignée à résidence peu après l’annonce faite par le Comité Nobel norvégien de l’attribution à son époux du Prix Nobel de la Paix 2010. La lettre est publiée par le Comité international pour Liu Xiaobo, composé de six lauréats du Prix Nobel de la Paix et de quinze organisations non gouvernementales .

Les lauréats du Prix Nobel affirment :
"Dans chacune de nos disciplines, la particularité qui nous a valu de devenir lauréats du prix Nobel, c’est que nous avons employé la force de notre liberté intellectuelle et notre inspiration créative pour contribuer au progrès de la condition humaine. Aucun gouvernement ne peut restreindre la liberté de pensée et d’association sans qu’il en résulte un effet négatif sur des innovations humaines d’importance."
L’archevêque Desmond M. Tutu (Prix Nobel de la Paix 1984) et Sir Richard Roberts (Prix Nobel de Physiologie ou Médecine 1993) se trouvent à l’origine de cette initiative avec le sou-tien de l’organisation Freedom Now, en sa qualité de conseil international pour Liu Xiaobo et son épouse. La lettre adresse au gouvernement chinois un puissant message : la remise en liberté de Liu Xiaobo et de Liu Xia enverrait un signal positif quant aux priorités de la nouvelle direction chinoise alors que leur maintien en détention entraverait le développement de la Chine et ternirait son image internationale.

"J’espère que les autorités chinoises apprécieront la diversité des réalisations extraordinaires accomplies par les lauréats du Prix Nobel qui leur ont écrit aujourd’hui" déclare l’Archevêque Desmond Tutu. Il poursuit : "Notre objectif n’est pas de placer la Chine dans l’embarras mais plutôt d’adjurer son gouvernement d’adopter une approche différente qui aiderait la Chine à se développer de meilleure manière et pour le bénéfice de tout son peuple". Sir Richard Roberts ajoute : "En libérant Liu Xiaobo et Liu Xia, la Chine pourra montrer sa force et prouver qu’elle ne craint pas ceux qui recherchent dans le dialogue les moyens les plus efficaces de réformer son gouvernement."

Outre la diffusion de cette lettre aujourd’hui, l’Archevêque Desmond Tutu a lancé, au nom de ses co-lauréats, une pétition à l’échelle mondiale destinée au Président chinois entrant en fonc-tion, pour le presser de remettre immédiatement en liberté Liu Xiaobo et Liu Xia :

http://www.change.org/LiberezLiuXiaobo

PDF - 105.9 ko
Cent trente quatre lauréats du Prix Nobel demandent la libération du prix Nobel de la paix 2010, Liu Xiaobo et de son épouse Liu Xia

Nos projets

8 août 2016 AZHAR

Au Mali, l’association Azhar soutient les initiatives Touaregs contribuant au vivre-ensemble

Assinamar Ag Rousmane est coordinateur de programme au sein de l’ONG Azhar, soutenue par le CCFD-Terre Solidaire depuis sa création en (...)

20 juin 2016 ANAFE

Défendre les droits des migrants aux frontières et en zone d’attente

Partenaire du CCFD-Terre Solidaire, l’Anafé – Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers – est l’une des rares (...)

15 juin 2016 RNSCM

Nicaragua : Sheila Reyes, au plus près des migrantes

Dans un pays étranglé depuis des années par la crise économique, de nombreux Nicaraguayens ne trouvent d’issue à leur situation personnelle (...)

S’informer

22 septembre 2016

La responsabilité des chefs d’Etat engagée après l’attaque du convoi humanitaire près d’Alep

L’attaque délibérée de lundi 19 septembre 2016 sur un convoi humanitaire apportant de l’aide essentielle pour venir en aide aux habitants (...)

12 septembre 2016

Violations des droits humains : STOP à l’impunité des multinationales !

La France et l’Union européenne doivent soutenir le traité des Nations Unies sur le respect des droits humains par les entreprises (...)

4 août 2016

Retour sur le 7ème Forum social mondial des migrations

Après Johannesburg en Afrique du Sud, en 2014, c’est à Sao Paulo, capitale économique du Brésil, qu’a eu lieu le 7ème Forum social mondial (...)