Un avenir sans faim

Publié le 23.02.2009 • Mis à jour le 19.09.2013

Développement de la communauté Dalit d’Adi Andhra vivant dans les bidonvilles de Madras

La grande communauté des Dalits de la périphérie de Madras vit d’un travail incertain, socialement dégradant : nettoyage public, ramassage des ordures, enlèvement des morts... JANODAYAM, association Dalit Adi Andhra fondée en 1983, a mis l’accent sur la conscientisation et l’éducation de la communauté.

L’association s’est dernièrement mobilisée pour obtenir l’application de la loi sur le salaire minimum qui est de 350 roupies (environ 6 €). Divers groupes d’activités, suivis de près par des animateurs, ont été créés pour tous les membres. Le projet, qui se déroulera sur 3 ans (2006-2008), vise à renforcer l’action de JADODAYAM afin qu’émerge une structure indépendante et représentative des éboueurs.

L’objectif étant de les soutenir dans l’amélioration de leurs conditions de vie et défendre les droits politiques, économiques et socioculturels des plus démunis parmi les Dalits. A ce titre, Janodayam a créé en 1999, TAAMS (Tamilnadu Adi Andhra Arunthathia Maha Sabha), un mouvement de masse, regroupant les associations d’éboueurs des différents districts du Tamil Nadu pour relayer le travail de Janodayam dans tout l’état. Grâce à leur mobilisation et aux actions de lobbying et de plaidoyer, les deux membres de TAAMS ont été nommés en août 2004, première fois dans l’histoire du pays.

Bénéficiaires :
La communauté Dalit d’Adi Andhra vivant dans les 30 bidonvilles de Madras. La plupart sont des éboueurs. Sont concernés par le programme : les enfants, les jeunes, les femmes et les hommes.

Objectifs :
Soutien des groupes de femmes (activités économiques, etc), soutien des victimes (femmes, éboueurs) de violations des droits humains, favoriser l’émergence de leaders intègres, renforcer les capacités de la communauté par l’éducation.

Résultats attendus : 1200 jeunes iront à l’école dans les 40 bidonvilles, 750 personnes cotisent à des clubs d’épargne pour ne pas emprunter à des taux usuraires, exiger l’application des lois et des droits pour les catégories défavorisées, augmenter la conscience des droits et la sensibilité aux violations de ces droits.

Nos projets

24 février 2017 SEMS (Socially Engaged Monastic Schools)

En Birmanie, une école monastique ouverte à tous les enfants

À Hlaing Tha Yar, une banlieue très pauvre de Rangoun, un moine bouddhiste a ouvert une école monastique "engagée socialement". Gratuite et (...)

30 janvier 2017 Assesoar

Le rêve agronomique d’Ayrton au Brésil

Issu d’une famille de petits agriculteurs brésiliens dits "conventionnels", Ayrton Luis Rodrigues Freiré a choisi de se former à (...)

23 janvier 2017 Assesoar

Au Brésil, des agriculteurs familiaux résistent depuis 50 ans à un agro-business destructeur

Alors qu’elle a fêté en 2016 son demi-siècle d’existence, l’association Assesoar, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, peut s’enorgueillir (...)

S’informer

17 février 2017

Les droits fondamentaux sont indissociables

FDM n°297

Qu’ils soient civils, politiques ou économiques, sociaux et culturels, les droits fondamentaux sont indissociables. L’amélioration d’un (...)

6 février 2017

Colombie : Les assassinats menacent la construction de la paix

Dans un contexte de démobilisation de la guérilla des FARC - Forces Armées Révolutionnaires de Colombie - et de mise en application de (...)

1er février 2017

« Aidons les enfants à échapper à la traite »

FDM n°297

Face au phénomène de la traite d’enfants, qui touche les jeunes Béninois les plus pauvres du pays, Sindo, partenaire du CCFD-Terre (...)