Noël contre la faim

Publié le 11.12.2006 • Mis à jour le 09.07.2012

Ruth Manorama, Inde

Militante de la cause des femmes dalit (Intouchables), Ruth Manorama a reçu le Right Livelihood Award.

Le système de castes est conçu pour accaparer la richesse et le pouvoir

Militante de la cause des femmes dalit (Intouchables), Ruth Manorama a reçu le Right Livelihood Award, le 6 décembre 2006, considéré comme le Prix Nobel Alternatif. Elle était invitée au CCFD le 11 décembre.

Quelle est la situation des femmes Dalit* aujourd’hui en Inde ?

La situation des femmes Dalit est un cas unique. Les discriminations et les préjugés ancestraux maintiennent les femmes Dalit dans la pauvreté, l’analphabétisme et la soumission. Elles présentent les pires indicateurs économiques et sociaux. Elles bénéficient des moins bons accès à l’eau, aux pâturages collectifs, aux routes… en particulier en zone rurale. Bien qu’elle constitue la colonne vertébrale de la force de travail agricole, qu’elles préparent l’alimentation pour chacun, elles n’ont pas les moyens de manger un repas complet et équilibré chaque jour. Elles demeurent en dehors des limites des villages. Ainsi, elles restent tributaires des propriétaires terriens de castes supérieures pour accéder à l’eau, au bois de chauffage, à l’emploi, pour se déplacer et même acheter les produits de premières nécessités.

Que faites-vous pour les aider ?

Les femmes dans la communauté qui sont membres de l’organisation sont en mesure de traiter ces problèmes. La Fédération nationale des femmes Dalits continuer d’organiser des programmes de formation de leaders et de fournir des compétences et de l’information pour la protection légale contre les discrimations.
Elles sont aussi informées des programmes socio-économiques pour l’amélioration de leur situation, beaucoup de femmes Dalit organisent des réunions aux différents échelons administratifs (village, taluk, arrondissement)pour débattre de leurs problèmes et rechercher des solutions aurprès du gouvernement et pour tisser des réseaux forts entre elles.

Quelle est votre propre expérience en tant que femme Dalit ?

on vous rapelle en permanence la catégorie sociale à laquelle vous appartenez, que ce soit à l’école, à l’université ou à l’église. si vous êtes Dalit, les gens vous toisent comme si vous veniez d’un bas-fond crasseux. On ne peut pas échapper au système de caste, même quand on évolue dans un environnement urbain et dans des institutions anglophones. À la l’âge du mariage, la caste détermine avec qui vous pouvez vous marier. C’est la vie de toutes les Indiennes.

À l’âge adulte, j’ai réalisé à quel point il est difficile de se positionner comme femme Dalit dans le mouvement de femmes, parce que les femmes de hautes castes (qui dominent le mouvement fémniste) ont tendance à penser qu’elles seules disposent de la connaissance et de la compréhension qu’elles seules peuvent élaborer le discours féministe. Je me suis efforcée de rejeter cette dominiation et j’ai contribué à fonder le féminisme Dalit.

La discrimination à l’encontre des Dalits est profondément ancrée dans la société indienne. Comment changer ces préjugés ? Comment pouvez-vous faire entendre votre voix ?

Selon moi, la hiérarchie de castes est conçue par les hommes pour s’approprier les richesses, le statut social et les possibilités, pour dominer et opprimer les êtres humains. Il n’y a aucune de raison scientifique de conserver ce système.

il faut éduquer les gens qui souffrent de discrimination et des préjugés dans leur vie quotidienne. un travail intensif de formation aux droits doit être dispensé pour abolir les vieux préjugés.

En quoi le Right Livelihood Award peut faire progrsser votre cause ?

En me récompensant, ce prix donne la reconnaissance, pas seulement des enjeux sur lesquels je travaille, mais aussi des droits, de la dignité et du juste partage économpique et social auxquels peuvent prétendre les femmes dalit qui sont au bas de l’échelle sociale en Inde.

Quels sont vos projets ?

1. Consolider l’organisation des femmes dalits et établir des alliances avec d’autres communautés discriminées.

2. Renforcer la participation et la représentation des femmes, en particulier des communautés Dalits, dans toutes les instances de décision.

3. Susciter une nouvelle génération de leaders féminines.

* Le terme Dalit signifie "opprimé". Les Intouchables, rejetés dans le bas de la hiérarchie sociale indienne, en dehors du système de castes, ont choisi ce terme pour se désigner quand ils ont organisé des mouvements pour revendiquer le respect de leurs droits et lutter contre les discrimination.

Nos projets

16 mars 2016 WORD

Inde : du droit des femmes aborigènes au développement local

WORD (Women’s organization for rural developpement), soutenu par le CCFD-Terre solidaire, est une ONG initiée par des femmes pour le (...)

22 décembre 2015 GRDR

La parité, un défi pour la démocratie locale au Mali

Dans la région de Kayes au Mali, les femmes sont peu représentées dans les instances politiques locales, que ce soit au niveau régional, (...)

1er octobre 2015 Violaine Plagnol

Colombie : Machisme et conflit, la spirale infernale

FDM n°288

Si des avancées législatives significatives ont été conquises en Colombie pour les droits des femmes, ces dernières sont encore victimes de (...)

S’informer

22 avril 2016

Dans quelles conditions travaillent les ouvrières du textile au Cambodge ?

FDM n°292

United Sisterhood est une alliance de quatre ONG cambodgiennes intervenant dans des domaines aussi différents que l’industrie du textile, (...)

11 avril 2016

Edito : Esprit de solidarité, es-tu là ?

FDM n°292

À un an d’importantes échéances électorales, l’absence de débats et de convictions fondamentales pour le vivre ensemble me stupéfie. J’ai (...)

11 avril 2016

Quels droits des femmes dans les mines en Afrique du Sud ?

FDM n°292

Retrouvez le dossier spécial "L’émancipation des femmes, clé du développement" dans le numéro d’avril 2016 de notre magazine Faim et (...)