Noël contre la faim

Publié le 29.05.2006 • Mis à jour le 14.03.2013

Tremblement de terre à Java

Les partenaires du CCFD sont mobilisés pour venir en aide aux populations (15 juin 2006)

15 juin 2006

Le 27 mai 2006 s’est produit un tremblement de terre d’une magnitude de 5,9 sur l’échelle de Richter.
Java abrite la moitié des 220 000 millions d’Indonésiens.

Les partenaires locaux du CCFD
Les associations, Cindelaras, Jesuit Refugee Service, FPUB et YPR ont démarré un travail d’évacuation des victimes, de distributions de nourriture et de kits logistiques et mettent sur pied des équipes médicales.
Ces associations partenaires ont organisé des cellules de crise afin de coordonner au jour le jour l’aide à apporter aux survivants.
Les partenaires visent prioritairement les communautés avec lesquels ils sont en contact d’habitude ainsi que les villages les plus reculés.

• Cindelaras
Dès les premières heures après le séisme, les salariés de Cindelaras, leurs familles, et des centaines d’autres bénévoles qui se sont présentés spontanément, ont organisés la distribution de vivres, de médicament et de tentes.

Dans les premiers jours, Cindelaras est ainsi venu en aide à plus de 14 800 foyers (soit 54 000 personnes, dont 2 680 enfants en bas âge).
Son personnel et ses bénévoles ont réussi à atteindre 77 hameaux dans 31 villages autours de Yogyakarta, et dans une moindre mesure dans la région de Klaten (où l’aide gouvernementale et internationale est arrivée très tôt).

Cindelaras dans les mois à venir se concentrera sur le soutien à la reconstruction et à la réhabilitation dans les villages et les hameaux reculés où elle était présente avant le 27 mai.

Cindelaras a demandé au CCFD de contribuer financièrement à ses besoins, et plus spécifiquement pour financer l’achat et l’acheminement des kits d’outils pour le travail de déblaiement et de reconstruction des maisons.

• FPUB (Jogja Interfaith Forum)
L’organisation est venue en aide à plus de 5000 personnes grâce à sa clinique mobile et une distribution quotidienne de vivre.

Le plan d’actions de FPUB pour la phase de réhabilitation et de reconstruction de la région de Yogyakarta :

  • Une participation active dans les activités de reconstruction des maisons
  • Un travail en partenariat avec les autres ONG locales afin de coordonner au mieux les activités de réhabilitation et de couvrir l’ensemble du territoire et des communautés touchés par le séisme.
  • L’organisation de réunions publiques d’information et de concertation avec les communautés villageoises ou urbaines afin que le processus de réhabilitation soit véritablement participatif et efficace.
  • Un travail de lobbying auprès des pouvoirs public et des médias pour garantir que les promesses faites par le gouvernement en terme d’appui à la reconstruction et d’aide à la population dans la durée, soient effectivement tenues.

• FSPI (Féderation Indonésienne de Syndicats Paysans)
Son travail s’est concentré sur l’approvisionnement d’aide humanitaire (nourriture, tentes, aide médicale et couverture pour les nuits fraiches) dans 3 villages isolés de la région de Bantul. Ces villages ont été choisis car ils ont été très durement touchés par le séisme (plus de 1000 morts dans ce district). FSPI avait déjà par ailleurs des partenaires locaux sur place, notamment l’Union Paysanne de Java Centre.

FSPI va concentrer son activité sur l’acheminement de l’aide humanitaire dans ces villages difficiles d’accès. Ils prévoient que les populations de ces villages reculés vont avoir besoin d’approvisionnement en nourriture (en particulier du lait pour les enfants) pendant encore 3 mois du fait de leur isolement et de la difficulté qu’ils vont avoir à reprendre un activité « normale ».

• YPR (Fondation Yyasan Pondok Rakyat)
Les membres de la fondation YPR ont participés aux programmes de distribution de l’aide humanitaires dès les premiers instants de la catastrophe.

YPR concentre désormais ses efforts à préparer ses activités de réhabilitation des logements en zone urbaine, qui est son véritable domaine de compétence et d’expertise.

• JRS Jesuit Refugee Services
Quelques heures après le séisme, JRS avait commencé l’aide d’urgence aux postes de distribution d’aide d’urgences de Pleret, Sasana et Ogyakarta.
En quelques jours, JRS a distribué plus de 100 tonnes de riz, et fourni des tentes et des bâches à plus de 8 200 foyers.

JRS s’est maintenant engagé dans la durée auprès de 16 hameaux, pour assister 1638 foyers pendant les phases de réhabilitation et de reconstruction.

Les premiers mois, les actions de JRS se concentreront sur l’approvisionnement en nourriture et en matériel de première urgence, ainsi que sur l’achat d’outils de déblaiement des maisons détruites.

Ensuite, JRS coordonnera, en partenariats avec d’autres organisations locales, des programmes d’aide à l’accès aux matériaux de reconstruction pour les sans-abris affectés par le séisme.

www.jrs.or.id/en/archives/news/000160.php


La situation au 8 juin

  • 5 722 morts
  • 37 924 blessés
  • 122 301 maisons complètement détruites,
  • 415 169 partiellement détruites
  • 15 368 habitants vivant sur les pentes du Merapi ont été déplacés vers des refuges éloignés du cratère du volcan

À ce jour, les communautés affectées sont installées par famille (parfois élargie) dans des abris de fortune près de leur maison afin de veiller sur leurs biens. Il y a très peu de camps organisés.

L’artisanat et le tourisme (déjà affectés par une mauvaise gestion sur le long terme et par le réveil du volcan Merapi) sont sinistrés.

Près de deux semaines après le séisme, la population démarre le nettoyage des débris et commence à recycler les matériaux pour reconstruire les maisons avec l’aide des voisins et parents. Les besoins en reconstruction sont élevés : outils, matériaux, expertise en construction parasismique, conseils en urbanisme.

Les secours
Le gouvernement indonésien semble avoir tiré quelques leéons du tsunami. Les opérations ont démarré plus vite que pour Aceh (plus éloigné et moins stratégique).

La réponse des associations locales et des communautés a été immédiate et impressionnante. Elles ont pris en main les distributions de nourriture et dÅfabris, et se sont organisées pour assurer une meilleure coordination (autre leçon apprise du tsunami).

L’aide internationale
Le 2 juin, les Nations Unies ont dévoilé un programme d’aide d’urgence sur six mois censé financer à hauteur de 100 millions de dollars des programmes de fourniture de vivres, d’assistance médicale, d’assainissement de l’eau et de protection de l’enfance.

L’Arabie saoudite, le Koweit ou les Emirats arabes unis ont débloqué 13 millions de dollars d’aide au total. Taïwan et le Japon ont envoyé des secouristes ; la France du matériel humanitaire et des équipes médicales.

Les risques de dérive
Les manœuvres médiatiques des partis politiques qui affichent leur sollicitude (notamment le parti du Premier Ministre) font craindre à la population que les annonces faites ne soient pas suivies d’effet.

La bureaucratie très lourde en Indonésie représente une source de ralentissement dans la mise en œuvre de l’aide.

La société civile rappelle que l’envoi d’expatriés (para-médicaux ou non) doit faire l’objet de beaucoup de discernement, afin seules les compétences techniques rares soient visées.

Nos projets

7 octobre 2016

Ouragan Matthew, solidaire avec le peuple haïtien

Alors qu’Haïti se relevait péniblement de l’impact du terrible séisme de 2010, le pays vient d’être frappé les 3 et 4 octobre 2016 par le (...)

9 mars 2016 Institut de Dayakologie

Indonésie, défendre la culture du peuple Dayak, pilier de sa survie

Immenses plantations de palmiers à huile, exploitations minières, industrie du bois : les Dayaks, peuple de Kalimantan, sont gravement (...)

7 janvier 2016 ANPFa

Le Népal, huit mois après

En avril et mai 2015, Le Népal connait deux secousses sismiques. Des milliers de morts, des millions de sans-abris et huit mois après, (...)

S’informer

21 avril 2016

Séisme, solidaire avec le peuple équatorien

Le CCFD-Terre Solidaire exprime sa solidarité envers la population équatorienne ébranlée par le séisme qui a secoué le pays le 16 avril (...)

10 janvier 2015

5 ans après le séisme en Haïti, le CCFD-Terre Solidaire fait le bilan de son soutien

L’appel au don lancé par le CCFD-Terre Solidaire à la suite du séisme lui a permis de réunir 2 millions d’euros pour renforcer son soutien (...)

7 janvier 2015

Reportage de Faim et Développement aux Philippines : Les écueils de la reconstruction

FDM n°284

Un an après le passage du typhon Haiyan, les régions sinistrées peinent à se relever. La décision d’interdire la construction d’habitations (...)