Un avenir sans faim

Publié le 01.03.2005 • Mis à jour le 12.07.2012

Sisaliao Svengsuksa, Laos

Jouer la carte de l’économie solidaire

Jouer la carte de l’économie solidaire

Paris, le 4 mars 2005

J’ai 63 ans et j’ai longtemps enseigné la géographie – fort d’un doctorat de l’université de Bordeaux III – avant de créer en 1988 l’Association de soutien au développement des sociétés paysannes (ASDSP). Au fil des ans, l’action s’est élargie.

Des populations semi-nomades des régions montagneuses de Kasi, à mi-chemin entre Vientiane et Louang-Prabang, jusqu’à la promotion de coopératives de production et de commercialisation (surplus agricoles, artisanat).
À l’heure des bilans, j’en viens à penser que notre petit pays de moins de 6 millions d’habitants est dans l’obligation de frayer une voie originale. En raison de la puissance de nos voisins, la Chine, le Vietnam et la Thaïlande. Les importations de riz gluant thaïlandais, notre plat de base, envahissent nos marchés, car vendues moins chères que la production lao. Nous avons appris la pisciculture aux paysans, mais seul le Mékong sépare le Laos et la Thaïlande et la nuit des pirogues de contrebande tirant des cages remplies de poissons traversent le fleuve.

Le Laos tirera son épingle du jeu s’il mise sur des marchés de niche performants et capables de prospérer. J’en perçois plusieurs, au premier rang desquels figure l’économie solidaire. Nous avons créé dès 1996 la Lao Farmer’s products, qui exporte les produits transformés (jus, confiture, pâtes de fruits) issus de nos vergers (pamplemousse, tamarin, ananas ou maracuja), grâce aux réseaux du commerce équitable, comme Solidar’monde en France. Idem pour les vanneries ou les tissus en soie.
Il nous faut encore renforcer l’image d’un Laos, pays vert, riche de nombreuses ressources naturelles. Cette sensibilité au respect de l’environnement devrait favoriser la promotion de l’écotourisme et de la culture biologique. Nous formons à présent des ingénieurs agronomes qui maîtrisent toutes les techniques culturales utilisant les seuls engrais naturels.

Hier, au temps de la guerre d’Indochine, le Laos faisait figure d’« État-tampon » déchiré entre les protagonistes. Je rêve qu’il devienne un pays carrefour expérimentant des voies d’avenir. Le contexte est favorable. Le régime politique, qui pratique une ouverture graduelle, semble prêt à accompagner ces évolutions. À nous de savoir jouer notre carte.

Propos recueillis par Yves Hardy

Nos projets

19 avril 2017

Victimes de la sécheresse et de Boko Haram, les éleveurs du lac Tchad appellent à la solidarité

Dossier : La faim guette les populations fragilisées par les crises politiques en Afrique

Dans un environnement déjà fortement fragilisé par la sécheresse, les populations de la région du Lac Tchad sont soumises aux violences et (...)

10 janvier 2017 ITECA , Concert’Action

Trois mois après l’ouragan, des nouvelles d’Haïti

Les 3 et 4 octobre 2016, l’ouragan Matthew a dévasté Haïti. Vous avez été nombreux à manifester votre solidarité avec les Haïtiens en (...)

6 janvier 2017 RTI , KPA

En Indonésie, une riziculture écologique et deux fois plus productive pour les paysans

Grâce à une méthode de riziculture intensive mise au point à Madagascar, les cultivateurs de riz parviennent à augmenter considérablement (...)

S’informer

12 mai 2017

Marchons contre Monsanto aux côtés de ceux qui sont exposés aux OGM

Fort de ses engagements de longue date pour la souveraineté alimentaire, le CCFD-Terre Solidaire appelle à se mobiliser à l’occasion de la (...)

9 mai 2017

Climat : premier test international pour Emmanuel Macron

Paris, mardi 9 mai 2017 - Alors que la France vient d’élire son nouveau président de la République, les négociations sur la mise en œuvre de (...)

29 avril 2017

Burkina Faso : La Copagen publie son rapport "Le coton Bt et nous - La vérité de nos champs"

A l’occasion des Rencontres internationales des résistances (RIR) aux OGM, qui se tiennent à Lorient en France du 28 au 30 avril, la (...)