Un avenir sans faim

Publié le 17.01.2006 • Mis à jour le 27.03.2013

Mme Thi Vy Pham, Vietnam

Promouvoir le droit au travail pour les enfants défavorisés.

Partenaire du CCFD-Terre Solidaire, l’école Hoa Sua propose des formations professionnelles gratuites aux enfants défavorisés pour qu’ils puissent s’intégrer dans l’économie.

"Depuis sa création, l’école Hoa Sua a pour objectif principal de proposer une formation gratuite aux enfants défavorisés, pour les métiers de l’hôtellerie, de la boulangerie et plus généralement dans les métiers du tourisme.

Au départ, nous avons accueilli des enfants des rues et ou grande difficulté, sur Hanoi. Mais avec le développement de l’école, nous avons élargi notre activité à l’ensemble du Vietnam.

Ce problème reste préoccupant au Vietnam. La situation des orphelins ou des enfants d’invalides de guerre demeure une des causes. Le Vietnam connaît une transformation sociale et économique : l’agriculture décline tandis que l’emploi se développe en ville. Les familles qui vivaient de l’agriculture dans les périphéries des villes perdent leurs terres à cause de l’urbanisation. Arrivent ainsi sur Hanoi des familles pauvres qui viennent chercher du travail, et même des enfants seuls. Nous avons donc renforcé notre recrutement dans les bidonvilles, nous allons au devant des jeunes, nous essayons de leur montrer que le tourisme offre des possibilités professionnelles intéressantes. Pour ceux qui arrivent sans aucune formation, nous sommes en lien avec d’autres organisations pour leur permettre d’acquérir un niveau d’instruction de base.

Nous nous penchons maintenant sur le cas des enfants de familles issus d’ethnies minoritaires. Nous nous rendons dans les provinces pour rencontrer les jeunes, avec les autorités locales. Les formations que nous proposons leur permettront de revenir ensuite dans leur région d’origine pour contribuer à son développement dans le secteur touristique.

Hoa Sua est aujourd’hui partie prenante d’un programme de développement du
tourisme au Vietnam, avec le soutien des Chambre de Commerce de Versailles et
d’Indre-et-Loire. Nos formations visent à élever la qualité des prestations à un niveau compatible avec les exigences du tourisme, en particulier dans les régions où il est encore peu développé. Mais nous conservons notre vocation sociale.

Nos élèves n’ont en général ensuite aucune difficulté à trouver du travail.
Nous assurons un suivi pendant six mois après la sortie. Nous contribuons à accroître les possibilités pour les jeunes d’accéder à l’emploi. Promouvoir l’accès au droit au travail, c’est cela notre contribution au progrès des droits de l’homme au Vietnam."

Propros recueillis par Thierry Brésillon

Le 12 décembre dernier, Mme Thi Vy Pham fondatrice de l’école Hoa Sua à Hanoi, a reçu "le Prix des Droits de l’Homme de la République Française" des mains du Premier ministre.

Nos projets

24 février 2017 SEMS (Socially Engaged Monastic Schools)

En Birmanie, une école monastique ouverte à tous les enfants

À Hlaing Tha Yar, une banlieue très pauvre de Rangoun, un moine bouddhiste a ouvert une école monastique "engagée socialement". Gratuite et (...)

30 janvier 2017 Assesoar

Le rêve agronomique d’Ayrton au Brésil

Issu d’une famille de petits agriculteurs brésiliens dits "conventionnels", Ayrton Luis Rodrigues Freiré a choisi de se former à (...)

23 janvier 2017 Assesoar

Au Brésil, des agriculteurs familiaux résistent depuis 50 ans à un agro-business destructeur

Alors qu’elle a fêté en 2016 son demi-siècle d’existence, l’association Assesoar, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, peut s’enorgueillir (...)

S’informer

13 avril 2017

En Birmanie, les violences contre les minorités ethniques continuent

298 Mars-Avril

Après plus de 60 années de conflit armé avec ses minorités ethniques, la Birmanie s’est engagée dans un processus de paix. Il y a urgence, (...)

13 avril 2017

Birmanie : Le long purgatoire des Rohingyas

« Crimes contre l’humanité » selon Amnesty International, « nettoyage ethnique » pour les Nations unies, les mots ne manquent pas pour (...)

24 mars 2017

Devoir de vigilance : le Conseil Constitutionnel valide l’essentiel de la loi

Paris, le 24 mars 2017- Le Conseil constitutionnel a rendu hier sa décision suite à la saisine dont il a fait l’objet concernant la loi (...)