Un avenir sans faim

Publié le 30.11.1999 • Mis à jour le 06.02.2013

Un tremplin pour les jeunes diplômés au chômage

Le chômage des jeunes est l’un des problèmes sociaux majeurs de l’Algérie. Le taux de chômage est en effet de 25%. Il touche aussi les jeunes diplômés qui trouve difficilement un emploi dans une économie où l’investissement productif reste limité.

Partenaire(s) : CIARA

Seule une minorité de chaque tranche d’âge parvient à s’insérer dans le marché du travail C’est l’une des motivations pour l’émigration, mais surtout un facteur de tension sociale et de découragement très fort.

Le partenaire

L’Eglise d’Algérie s’est donné comme vocation d’être au service de la population algérienne et d’encourager ses initiatives. C’est pourquoi, elle est à l’origine de nombreuses associations à but social. C’est le cas du Collectif d’Initiation à des Activités de Recherche Appliquée (CIARA), animé par le père Joseph Rivat, dont l’objectif est de mettre à disposition des étudiants des lieux et des moyens pour faire aboutir des projets à caractère professionnel dans la prolongation de leurs études.

Le projet

La finalité du collectif est d’encourager les jeunes diplômés à s’investir professionnellement dans leur pays. Le but est que les bénéficiaires des programmes repartent confiants en eux, avec une formation technique consolidée, de bonnes notions de travail en équipe, une mise à niveau linguistique, un CV rédigé de façon convaincante et une culture des outils de bureautique maîtrisée. Le CCFD soutient les activités de formation du CIARA.

Les réalisations

Le CIARA s’adresse aux jeunes diplômés en biologie ou en informatique, et aux professionnels graphistes de la région de l’Algérois et de Tizi-Ouzou. Il leur propose une culture tant associative que professionnelle afin de s’appuyer sur un réseau d’échange d’informations. Le réseau BIOS concernant la filière biologie a comme ambition de favoriser une réflexion sur les métiers de la biologie qui réponde aux forts besoins de l’Algérie en terme de santé publique et de qualité de vie. Les « anciens du CIARA », quant à eux, représentent six promotions et font régulièrement acte de solidarité en aidant les nouveaux et en élargissant le réseau.

Les premières sessions ont pu d’ailleurs s’enorgueillir d’un placement à 100%.

Nos projets

24 février 2017 SEMS (Socially Engaged Monastic Schools)

En Birmanie, une école monastique ouverte à tous les enfants

À Hlaing Tha Yar, une banlieue très pauvre de Rangoun, un moine bouddhiste a ouvert une école monastique "engagée socialement". Gratuite et (...)

30 janvier 2017 Assesoar

Le rêve agronomique d’Ayrton au Brésil

Issu d’une famille de petits agriculteurs brésiliens dits "conventionnels", Ayrton Luis Rodrigues Freiré a choisi de se former à (...)

23 janvier 2017 Assesoar

Au Brésil, des agriculteurs familiaux résistent depuis 50 ans à un agro-business destructeur

Alors qu’elle a fêté en 2016 son demi-siècle d’existence, l’association Assesoar, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, peut s’enorgueillir (...)

S’informer

30 mai 2017

Lettre ouverte d’associations et institutions à Monsieur le Président Emmanuel Macron

À l’occasion de la refonte de la Directive européenne Accueil qui sera votée en juin prochain, nous demandons à ce que, conformément à la (...)

1er février 2017

« Aidons les enfants à échapper à la traite »

FDM n°297

La traite d’enfants touche les jeunes Béninois les plus pauvres du pays. Face à ce phénomène, Sindo, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, met (...)

11 septembre 2015

Des ados sensibilisés aux parcours des migrants

Dans le cadre du partenariat Bouge ta Planète, le CCFD-Terre Solidaire s’est allié avec Okapi et Phosphore, deux titres du groupe Bayard, (...)