Noël contre la faim

Publié le 03.08.2006 • Mis à jour le 29.06.2012

Liban
Jours de ténèbres

3 août 2006 La guerre au Liban vue par le journaliste israélien Gideon Levy.

Mots-clés :

La dévastation que nous semons aujourd’hui au Liban ne touche personne ici et, pour l’essentiel, n’est même pas montrée aux Israéliens, constate l’éditorialiste de Ha’Aretz, qui déplore le ralliement de la gauche au consensus guerrier.

A la guerre comme à la guerre : Israël est en train de sombrer dans une atmosphère de nationalisme véhément dont les ténèbres commencent à tout obscurcir. Les freins dont nous disposions sont en train de s’user, l’insensibilité et l’aveuglement qui caractérisent la société israélienne depuis quelques années s’aggravent. Le front intérieur est coupé en deux : le nord souffre, le centre est serein. Mais les deux ont succombé aux accents du chauvinisme, du refus de la pitié, de la vengeance, et les voix de l’extrémisme, qui caractérisaient autrefois les marges de la société politique, expriment désormais son coeur. Une fois de plus, la gauche est perdue, drapée dans son silence ou « admettant des erreurs ». Israël exhibe un seul visage : celui du nationalisme.

Les hôpitaux de Gaza sont pleins d’enfants brûlés
La dévastation que nous semons aujourd’hui au Liban ne touche personne ici et, pour l’essentiel, n’est même pas montrée aux Israéliens. Ceux qui veulent savoir à quoi ressemble Tyr ces jours-ci doivent se tourner vers les chaînes étrangères : de ce qui se passe là-bas, la BBC nous rapporte des images effrayantes, des images que nous ne voyons pas ici. Comment pouvons-nous ne pas être choqués par la souffrance que nous infligeons aux autres même quand, chez nous, le nord souffre aussi ? Et la mort que nous continuons à semer, pendant ce temps à Gaza - 120 morts depuis l’enlèvement de Gilat Shalit, 27 en une seule journée, l’autre mercredi - nous touche encore moins. Les hôpitaux de Gaza sont pleins d’enfants brûlés, qui s’en soucie ? Les ténèbres de la guerre dans le nord les recouvrent aussi.
Depuis que nous acceptons de considérer les punitions collectives comme une arme légitime, il n’y a plus de raison de s’étonner que la cruelle punition que nous infligeons au Liban pour les actions du Hezbollah n’ait pas donné lieu à la moindre discussion. Si c’est acceptable à Naplouse, pourquoi pas à Beyrouth ? Les seules critiques que l’on peut entendre à propos de cette guerre concernent la tactique. Chacun est général, désormais, et pousse l’armée à intensifier ses activités. Commentateurs, ex-généraux et politiciens se disputent les propositions les plus extrêmes. [...]

Chauvinisme et appétit de vengeance
Le chauvinisme et l’appétit de vengeance relèvent la tête. Il y a deux semaines, seuls des illuminés comme le rabbin Shmuel Eliyahu, de Safed, parlaient d’« anéantir tout village depuis lequel une Katioucha est tirée ». Maintenant, un officier supérieur des Forces de défense d’Israël s’exprime dans les mêmes termes à la une du Yediot Aharonot. Il se peut que nous n’ayons pas encore anéanti de village libanais, mais nous avons depuis longtemps effacé nos propres lignes rouges.
Haïm Avraham, un père en proie au chagrin depuis la mort de son fils kidnappé et tué par le Hezbollah en octobre 2000, tire un obus sur le Liban, pour les journalistes. En signe de vengeance. L’image de cet homme étreignant un obus « décoré » est l’une des plus honteuses de cette guerre. Et ce n’est pas la première. Un groupe de jeunes filles a aussi été photographié en train d’écrire des slogans sur des obus. [...]
Le Liban, qui n’a jamais combattu Israël, qui possède 40 quotidiens, 42 établissements d’enseignement supérieur, et des centaines de banques, est en train d’être détruit par nos avions et nos canons, et personne ne mesure la quantité de haine que nous semons. Aux yeux de l’opinion publique internationale, Israël est devenu un monstre, et cela aussi, il faudra l’inscrire au débit de cette guerre. Israël a été souillé par cette guerre. Une souillure morale qu’il ne sera pas facile d’effacer. Et que nous nous contentons de ne pas vouloir voir. Le peuple veut une victoire, et personne ne sait à quoi elle pourrait ressembler et quel prix nous devrons la payer.

Souillure morale
La gauche sioniste, elle aussi, s’est montrée coupée de la réalité, dans cette affaire. Comme à chaque moment difficile par le passé - lors des deux intifadas, par exemple - elle a été absente au moment précis où sa voix était si nécessaire pour faire contre poids à la véhémence des tambours de guerre. A quoi sert une gauche si, face à chaque épreuve, elle joint sa voix au concert national ? La Paix maintenant est silencieuse, tout comme le Meretz [...]. Seule l’extrême gauche fait entendre sa voix, mais c’est une voix que personne n’écoute.
Avant même que l’issue de cette guerre ne soit tranchée, il est déjà évident que son coût exorbitant inclura le prix de ces ténèbres morales qui nous recouvrent aujourd’hui, aussi menaçantes pour notre existence et notre image que les Katiouchas du Hezbollah.

Gideon Levy

© Ha’Aretz
Publié par Le Nouvel Observateur Semaine du jeudi 3 août 2006 - n°2178

Nos projets

14 septembre 2015

Soutenir les Syriens sur place et dans les pays voisins

Dossier : 2015, les réfugiés en Europe

Alors que le conflit est entré dans sa cinquième année, la situation humanitaire à l’intérieur de la Syrie, comme celle des millions de (...)

23 mai 2014 Najdeh

Au Liban, les réfugiés palestiniens discriminés

Nawal Mohamad Hassan, coordinatrice des programmes de Najdeh dans le camp de Nahr el Bared au Nord du Liban était en France à l’occasion (...)

9 décembre 2013 Fair Trade Lebanon

Liban « Permettre aux femmes de s’affirmer dans la société »

Véritable ambassadeur des saveurs des terroirs libanais, Fair Trade Lebanon se consacre depuis ses débuts, en 2006, à promouvoir les (...)

S’informer

1er décembre 2016

Alep : L’ONU doit d’urgence « s’unir pour la paix »

Alors qu’Alep-Est en Syrie pourrait tomber dans les prochains jours et est le théâtre d’une catastrophe humanitaire sans précédent, plus de (...)

14 décembre 2015

Liban : Tisser du lien avec les réfugiés syriens

FDM n°290

La crise syrienne a entraîné l’exil de plus d’un million de réfugiés au Liban. Cet afflux massif exacerbe les tensions entre population hôte (...)

14 janvier 2015

L’art, une force d’émancipation

FDM n°282

Plus de trois ans après le début des bouleversements régionaux, on assiste à un foisonnement d’innovations dans les modes de mobilisation. (...)