Un avenir sans faim

Publié le 21.11.2007 • Mis à jour le 12.03.2013

Liban - Nahr el Bared : les réfugiés palestiniens dans la tourmente

Pendant trois mois, du 20 mai au 3 septembre, le camp de réfugiés palestiniens de Nahr el Bared (nord Liban) a été détruit. La population a fui. Après les combats, elle a retrouvé un camp en grande partie inhabitable.

Reportage photo, aout - octobre 2007.

Un reportage photo de Thierry Brésillon - Aout et octobre 2007 Le camp de Nahr el Bared sous les bombardements. Fin août 2007. Chaque salle de classe abrite entre 30 et 50 personnes dans des conditions de dénuement total. Un réfugié vient d'aller récupérer la ration alimentaire pour sa famille. Plusieurs milliers d'habitants ont été installés dans les écoles du camp de Baddawi. Une solution de remplacement est difficile à trouver. Les réfugiés veulent éviter d'être dispersés et craignent d'être éloigné de leur camp. L'eau n'est disponible que dans les quelques citernes installées dans la cour. Pour la vaisselle, la cuisine, la toilette, les installations des écoles suffisent à peine. La promiscuité interdit toute intimité. Aucun équipement (cuisine, sanitaire…) n'était disponible. Les enfants sont traumatisés par les scènes de guerre auxquelles ils ont assistés dans les premiers jours. L'association Najdeh propose des activités éducatives et une écoute aux enfants déplacés. Najdeh a repris partiellement son activité auprès des enfants revenus dans le camp après les combats. Un enfant a dessiné la destruction de sa maison dans le camp. Dans les maisons l'ameublement et les équipements qui n'ont pas détruits ont été volés. La partie du sud du camp a été relativement moins détruite. Les locaux de l'association Ajial, partenaire du CCFD qui proposait des activités sociales aux jeunes. Le camp a été le théâtre d'âpres combats entre l'armée libanaise et le groupe jihadiste Fatah el-Islam. Il faudra probablement plusieurs mois, voire plusieurs années avant que le camp soit à nouveau habitable.

Nos projets

21 juin 2017 Gwénaëlle Lenoir , Adel

En Cisjordanie, l’agroécologie porteuse d’alternatives

299 Juin

En Cisjordanie l’agriculture paysanne palestinienne est entravée par le poids de l’occupation, l’accaparement des terres les plus fertiles (...)

2 juin 2017

En Palestine, soigner une société traumatisée

Cinquante ans après la conquête par Israël de la Cisjordanie, de Jérusalem Est et de la Bande de Gaza, et près d’un quart de siècle après (...)

1er octobre 2015 Group 484

En Serbie, Groupe 484 se mobilise pour aider les migrants

Dossier : 2015, les réfugiés en Europe

En Serbie, l’association Groupe 484, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, travaille depuis plusieurs années auprès des migrants pour leur (...)

S’informer

12 septembre 2017

En vacances avec des demandeurs d’asile au pays basque (diaporama)

Inviter des familles de demandeurs d’asile à passer des vacances ensemble ? C’est le pari relevé au mois d’août par des bénévoles du (...)

2 août 2017

En Cisjordanie, le théâtre pour guérir et construire

299 Juin

En 1997, trois acteurs et un musicien décident de créer à Hébron, en Cisjordanie, la compagnie Yes Theatre, aujourd’hui soutenue par le (...)

7 juillet 2017

Palestine : Hébron reconnu patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco le 7 juillet 2017

Anwar Abu Eisheh est le président de l’association Hébron-France, association partenaire du CCFD-Terre Solidaire. Il est aussi l’un des (...)