Noël contre la faim

Publié le 13.09.2006 • Mis à jour le 09.07.2012

Sabah Badreddine - Liban

La société libanaise après la guerre.

Unir la société autour de la reconstruction

Beyrouth, 13 seprembre 2006

La situation libanaise ne peut se comprendre sans apposer des grilles de lecture régionale et internationale. L’explication tient - beaucoup l’ont relevé - au caractère multicommunautaire de la société libanaise. Le Liban est morcelé en 17 communautés embourbées dans des rapports de forces et de rivalités. Aussi, pour gagner en autorité et en force, chacune cherche à tisser des alliances à l’étranger. Ces alliances se renouvellent, se lient et se délient, ce qui complique la l’analyse. Aujourd’hui, les uns font appel à l’Iran et à la Syrie alors que d’autres se tournent vers les Etats-Unis ou la Grande Bretagne. Ces alliances injectent aujourd’hui, comme dans le passé, des intérêts régionaux et internationaux dans la vie politique et économique libanaise, en même temps qu’elles régionalisent et internationalisent les conflits internes libanais. La guerre qui vient de ravager le Liban a donné l’occasion à ces forces centrifuges de se déployer.

Attiser les conflits internes
Le facteur communautaire interne s’est en effet détaché en toile de fond du conflit transfrontalier entre Israel et le Hezbollah. L’histoire la plus récente du Liban a ainsi amenée beaucoup à craindre que ce conflit transfrontalier ne conduise à un conflit interne. Les tracts que l’aviation israélienne faisait pleuvoir sur les quartiers chrétiens cherchaient précisément à attiser ces factions communautaires pour muer le conflit transfrontalier en conflit interne ou du moins, pour greffer l’un sur l’autre. Si la guerre s’était prolongée dans la durée, je ne suis pas certaine que les libanais seraient restés soudés et que, tiraillée par des forces étrangères, chaque communauté ne se serait pas retournée contre la communauté voisine pour nous faire sombrer à nouveau dans la guerre civile.
Il ne s’agit pas pour moi de rejeter la responsabilité des conflits libanais sur les tiers étrangers. Les Libanais et l’Etat libanais en particulier doivent prendre la mesure de leur responsabilité. La force du Hezbollah qualifiée par certains journalistes étrangers « d’Etat dans l’Etat », tient précisément aux carences de cet Etat libanais. Mon travail au sein du Mouvement social ne me permet de mesurer que les manquements de l’Etat dans le domaine social. D’autres vous diront quelles sont ces carences par ailleurs. Il reste que les Libanais n’opéreraient pas ce repli spasmodique vers leurs communautés et leurs chefs religieux si l’Etat libanais pouvait garantir leur sécurité mais aussi rendre tous les services sociaux et prendre les initiatives économiques qui incombent à l’Etat moderne.

Le rôle de l’État libanais
Depuis le cessez le feu, avec chaque jour qui passe, l’Etat libanais manque une chance inespérée de s’affirmer dans le rôle qui doit être le sien. La reconstruction est un chantier public que l’Etat doit diriger au nom de tous les libanais et avec la participation de tous. Or, l’Etat s’en désiste alors que les leaderships communautaires s’affirment.
Le Hezbollah distribue ainsi une aide en argent aux familles dont le logement a été détruit. Les médias en ont d’ailleurs abondement rendu compte. Or, l’allocation d’aides au logement devrait relever de l’initiative de l’Etat.
Plus encore, au lieu de soutenir et de prendre appui sur la société civile, le fonctionnement de l’Etat en paralyse aujourd’hui les initiatives : c’est ainsi que les formalités administratives imposées par le Ministères des affaires sociales aux associations chargées de distribuer des aides aux réfugiés, ont compliqué et accru le coût de la mise en oeuvre de nos actions d’urgence. Aussi, la distribution de cargos de produits de première nécessité offerts par la France aux familles déplacées, n’a pu être entreprise par le Mouvement social, qu’après l’accomplissement de lourdes formalités (avec les retards que cela emporte) et après que nous nous soyons engagés à verser des droits de douanes !

Reconstruire avec les citoyens
Quant à la levée de l’embargo, il s’agit certes d’un élément positif. Toutefois, le redressement économique ne se suffit pas du libre échange. Des dommages considérables sont enregistrés dans le Sud, la Bekaa et le Nord. Or ces régions intensément bombardées étaient déjà parmi les plus pauvres. Elles étaient aussi les oubliées de l’Etat libanais et des efforts de reconstruction de la « première guerre ». Par des actions locales, il est indispensable de soutenir le rétablissement de petits agriculteurs et commerçants qui ont perdu leur outil de travail.
Pour prévenir leur migration massive vers les banlieues déjà pauvres et surpeuplées des grands centres urbains, il est tout aussi nécessaire de cultiver leur sentiment d’appartenance, appartenance à leur région mais aussi à l’Etat- nation : si la zone limitrophe à la frontière israélienne doit être désarmée, elle ne doit pas être désertée. Là bas comme ailleurs au Liban, il faut engager la participation de chaque citoyen et reconstruire des écoles, des hôpitaux, des jardins et des bâtiments publics.
Aussitôt après le cessez-le-feu, les familles que le Mouvement Social avait accueilies dans des écoles publiques ont tenté de regagner leurs foyers. Il appartient à l’Etat d’assurer aujourd’hui leur sécurité. Nous devons quant à nous, acteurs de la société civile, non plus distribuer des aides comme en temps de guerre, mais appuyer des actions pour un développement local et durable.

 

Sabah Badreddine
Directrice du Mouvement social

Nos projets

15 septembre 2016

Un rapport pour comprendre la crise en République centrafricaine

Le Réseau des Organisations de la Société Civile Centrafricaine pour la Gouvernance et le Développement (ROSCA-GD), partenaire du (...)

8 août 2016 AZHAR

Au Mali, l’association Azhar soutient les initiatives Touaregs contribuant au vivre-ensemble

Assinamar Ag Rousmane est coordinateur de programme au sein de l’ONG Azhar, soutenue par le CCFD-Terre Solidaire depuis sa création en (...)

30 mai 2016

Centrafrique : le CCFD-Terre Solidaire consolide son soutien à la société civile

Au début de la crise politique en 2012, le CCFD-Terre Solidaire n’a pratiquement plus de partenaires dans ce pays, malgré quelques (...)

S’informer

1er décembre 2016

L’Assemblée Générale de l’ONU doit d’urgence « s’unir pour la paix » en Syrie face à la catastrophe à Alep

Alors qu’Alep-Est pourrait tomber dans les prochains jours et est le théâtre d’une catastrophe humanitaire sans précédent, plus de 220 ONG (...)

10 novembre 2016

La société civile centrafricaine sous pression

Les ONG signataires ont été informées de l’arrestation lundi 7 novembre à Bangui d’un leader de la société civile centrafricaine, M. Gervais (...)

9 novembre 2016

Arrestations au centre de formation du Mouvement des Sans Terre brésilien

La police de Sao Paulo a violemment fait irruption, vendredi 4 novembre, dans un centre de formation du Mouvement des travailleurs (...)