Publié le 13.01.2011 • Mis a jour le 16.08.2012

Le CCFD-Terre Solidaire exprime sa solidarité envers la population tunisienne

Communiqué de presse du CCFD-Terre Solidaire sur la situation en Tunisie

Mots-clés :

Paris, le 13 janvier 2011

Face à la mobilisation sociale en Tunisie, le CCFD-Terre Solidaire exprime sa solidarité envers la population tunisienne. Il est particulièrement préoccupé par le traitement répressif de ce mouvement par les autorités et s’inquiète de la faiblesse et de la lenteur des réactions de la France et de l’Union Européenne à l’égard de leur allié tunisien.

Le CCFD-Terre Solidaire est présent depuis 30 ans en Tunisie où il soutient des organisations de défense des libertés et des organisations de développement. Il est particulièrement préoccupé par la crise actuelle. L’ampleur des mesures répressives mises en place par le gouvernement tunisien face à l’expression de revendications sociales, économiques et politiques de citoyens tunisiens et d’organisations de la société civile atteint un niveau alarmant. L’usage de la violence par les forces de sécurité, qui ont provoqué la mort de dizaines de personnes, les arrestations et les détentions arbitraires constituent des violations manifestes des Droits de l’Homme.

Le mouvement social actuellement en cours en Tunisie s’inscrit dans la continuité des autres mouvements qui l’ont précédé, comme celui du bassin minier de Gafsa, mais il a pris une dimension nationale qui n’avait pas été observée depuis les premières « émeutes de la faim » des années 1980. Les actes de désespoir initialement menés de manière isolée à Sidi Bouzid ont rapidement fait l’objet d’une solidarité, exprimée par des couches entières de la société tunisienne : lycéens, étudiants, diplômés sans emploi, enseignants, avocats, associations de défense des droits humains, sections syndicales et partis politiques d’opposition.

Pour le CCFD-Terre Solidaire, ce mouvement s’exprime dans la rue et dans la durée en raison de l’absence d’espaces institutionnels, de dialogue, de débat et de concertation, indépendants du gouvernement. Ses racines sont simples : népotisme, corruption, répression. C’est pourquoi la lutte contre le terrorisme et la recherche de la croissance économique, soutenus par le gouvernement français et l’Union européenne, ne peuvent en aucun cas justifier la répression des libertés fondamentales.

Contacts : Pascale Rachid 01 44 82 81 77 ou Nathalie Perramon 06 82 85 28 82

Nos projets

8 août 2016 AZHAR

Au Mali, l’association Azhar soutient les initiatives Touaregs contribuant au vivre-ensemble

Assinamar Ag Rousmane est coordinateur de programme au sein de l’ONG Azhar, soutenue par le CCFD-Terre Solidaire depuis sa création en (...)

20 juin 2016 ANAFE

Défendre les droits des migrants aux frontières et en zone d’attente

Partenaire du CCFD-Terre Solidaire, l’Anafé – Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers – est l’une des rares (...)

15 juin 2016 RNSCM

Nicaragua : Sheila Reyes, au plus près des migrantes

Dans un pays étranglé depuis des années par la crise économique, de nombreux Nicaraguayens ne trouvent d’issue à leur situation personnelle (...)

S’informer

22 septembre 2016

La responsabilité des chefs d’Etat engagée après l’attaque du convoi humanitaire près d’Alep

L’attaque délibérée de lundi 19 septembre 2016 sur un convoi humanitaire apportant de l’aide essentielle pour venir en aide aux habitants (...)

12 septembre 2016

Violations des droits humains : STOP à l’impunité des multinationales !

La France et l’Union européenne doivent soutenir le traité des Nations Unies sur le respect des droits humains par les entreprises (...)

4 août 2016

Retour sur le 7ème Forum social mondial des migrations

Après Johannesburg en Afrique du Sud, en 2014, c’est à Sao Paulo, capitale économique du Brésil, qu’a eu lieu le 7ème Forum social mondial (...)