Noël contre la faim

Publié le 17.09.2013 • Mis à jour le 18.09.2013

Tunisie

De la Tunisie est venu un vent de contestation portant des aspirations à plus de dignité. Suite à la révolution de 2011, le pays est entré dans une phase de transition. Derrière les enjeux politiques persistent les enjeux sociaux, qui, s’ils ne sont pas pris en compte, pourraient compromettre la transition du pays vers un système démocratique stable.

Mots-clés :

Le déclencheur d’un mouvement régional
Le 17 décembre 2010, l’immolation par le feu de Mohamad Tarek Bouazizi a soudainement incarné la mal-vie et l’absence de perspectives pour la jeunesse. Cet événement a déclenché une révolte populaire à travers le pays, qui a conduit au départ du président Ben Ali le 14 janvier 2011, après 23 ans d’une présidence autoritaire et corrompue. Ce mouvement a essaimé dans tout le Maghreb-Machreq, entraînant un soulèvement populaire sans précédent et renversant des systèmes qui semblaient jusque là intouchables.

Actuellement en période de transition politique, la Tunisie est dirigée par une troïka alliant autour du parti majoritaire Ennahda (islamistes), le Congrès pour la République (gauche nationaliste) et Ettakatol (socialiste laïc). Au cours de l’année 2013, le pays a souffert de plusieurs crises politiques liées à la montée croissante d’un islamisme radical et violent, qui sévit à travers des assassinats politiques ou encore des heurts à la frontière avec l’Algérie. Pourtant, la société civile continue de défendre les acquis des luttes passées et de la révolution en matière de droits et de libertés : pour exemple, la centrale syndicale de l’Union Générale des Travailleurs Tunisiens figure parmi les acteurs clés qui mobilisent la population sur les grandes questions qui décideront de l’avenir du pays.

Un modèle de développement en panne
Sur le plan économique et social, les défis sont importants. Comparées à 2010, les recettes du tourisme ont baissé de plus de 30% depuis la révolution en 2012, alors que ce secteur représente plus de 400.000 emplois en Tunisie. Pour autant, le modèle économique de la Tunisie d’hier ne peut plus constituer une référence : la révolution tunisienne de janvier 2011 constitue en effet le produit de l’échec d’un modèle de développement dans lequel la question ne figurait pas. Dans certaines régions subsiste une profonde détresse humaine : Gafsa, Kasserine, Sidi Bouzid, Tozeur, où les taux de chômage atteignent plus de 25% et jusqu’à plus de 50% à Tatouine. Au niveau national, autour d’1/4 des diplômés sont au chômage. La question environnementale est également niée : activités liées à l’extraction de matières premières comme le phosphate dans le bassin minier Gafsa, activités liées au textile et rejetant des produits chimiques dans la région de Monastir, activités de tourisme de masse dans la région de Djerba. Dans ce pays, où les entreprises multinationales sont fortement implantées, le respect de la responsabilité sociale et environnementale des entreprises est un enjeu majeur.

Notre partenariat
En Tunisie, il se concentre en particulier autour du soutien à notre partenaire Forum Tunisien pour les Droits Economiques et Sociaux, qui participe à l’élaboration d’un nouveau modèle de développement, où le citoyen puisse défendre ses droits.

Quelques chiffres
Population (2012) : 10,7 millions d’habitants.
Indice de développement humain : 0,712, 94ème rang mondial.
PIB (2012) : 35,2 Mds €.
PIB par habitant (2012) : 7 300 €
Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB : agriculture : 8,9% ; industrie : 29,6% et services : 61,5%
Langue officielle : arabe
Langues courantes : arabe dialectal, langues berbères, français
Croissance démographique (2011) : 1,29 %
Espérance de vie (2011) : 74,9 années
Taux d’alphabétisation (2013) : 77,6%

Composition confessionnelle : islam sunnite (98% de la population dont 85% de rite malékite, minorité ibadite à Djerba), christianisme (1%), judaïsme et autres (1%)

Nos projets

17 septembre 2013 FTDES Forum Tunisien pour les Droits économiques et sociaux

Création d’un observatoire social tunisien

En Tunisie le malaise social ne s’est pas résolu avec la révolution. Le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), qui (...)

1er février 2005 Association pour la sauvegarde de l’oasis de Chenini

Sauver l’écosystème d’un oasis, un exemple pour la planète

Situées dans un environnement aride et hostile, les oasis constituent un écosystème original, fondé sur le juste équilibre de trois éléments (...)

S’informer

30 juillet 2016

La société civile tunisienne mobilisée contre l’impunité et la corruption

Le processus de transition démocratique engagé en Tunisie depuis janvier 2011 se trouve probablement à un carrefour décisif. Dans la (...)

13 janvier 2016

La révolution tunisienne, cinq ans après, le désenchantement ?

« La joie est partie », soupirait une mère de famille en pleine discussion avec une amie, un dimanche de mi-décembre. Cette parole saisie (...)

9 octobre 2015

Le prix Nobel de la paix, une reconnaissance pour la société civile tunisienne

Abderrahmane Hedhili, président du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), partenaire du CCFD-Terre solidaire, est (...)