Un avenir sans faim

Publié le 1er février 2007

Populorum Progressio : quarantième anniversaire de l’encyclique

Pâques 1967 : le pape Paul VI présentait au monde son encyclique Populorum progressio (Le développement des peuples). 40 ans déjà ! Célébrons ensemble cet anniversaire en faisant nôtre, ce message d’espérance qui nous implique très concrètement aujourd’hui encore.

La trilogie faim, développement, libération

Résoudre le problème de la faim suppose davantage qu’une simple intervention matérielle ponctuelle. C’est pourquoi l’action du CCFD est à triple dimension : matérielle, politique, spirituelle. Matérielle : à travers les projets que le CCFD soutient à l’étranger ; politique : pour permettre un changement en profondeur qui s’attaque aux causes structurelles du problème (exemple : campagne contre la dette) ; spirituelle : notre engagement découle d’un engagement évangélique qui s’enracine dans la foi chrétienne ; par notre action nous faisons oeuvre d’évangélisation.

Mais, désormais, les initiatives locales et individuelles ne suffisent plus. La situation présente du monde exige une action d’ensemble à partir d’une claire vision de tous les aspects économiques, sociaux, culturels et spirituels [1].

Il ne s’agit pas seulement de vaincre la faim mais de construire un monde où tout homme puisse vivre une vie humaine. [2]

Ainsi le problème de la faim s’inscrit dans une problématique beaucoup plus large qui est celle du développement. Un développement qui ne se limite plus à une seule dimension – économique – mais qui tient compte de l’homme et des hommes dans toute leur complexité. Le développement ne se réduit pas à la simple croissance économique. Pour être authentique, il doit être intégral, c’est-à-dire promouvoir tout homme et tout l’homme. [3]

Ici et là-bas - l’interdépendance des peuples

La mondialisation entraîne une interdépendance croissante des peuples qui forment une seule humanité (nous avons tous été créés à l’image de Dieu) et qui nécessite une action globale. Pour changer les choses Là-bas il faut commencer par changer les choses ici : c’est le sens de l’Éducation au développement à laquelle travaille le CCFD en France.

Aujourd’hui, le fait majeur dont chacun doit prendre conscience est que la question sociale est devenue mondiale. (…) Cet enseignement est grave et son application urgente. Les peuples de la faim interpellent aujourd’hui de façon dramatique les peuples de l’opulence. L’Église tréssaille devant ce cri d’angoisse et appelle chacun à répondre avec amour à l’appel de son frère. [4]

Nous sommes solidairement responsables :
La situation présente du monde exige une action d’ensemble. [5]

Le partenariat : considérer l’autre comme mon égal

Pour soutenir efficacement les populations du Sud, il ne faut pas les assister mais leur donner les moyens de s’aider eux-mêmes. Or, pour cela il faut d’abord les reconnaître égaux, comme capable de conduire eux-mêmes leur destin.

Et l’homme n’est vraiment homme que dans la mesure où, maître de ses actions et juge de leur valeur, il est lui-même auteur de son progrès, en conformité avec la nature que lui a donnée son Créateur et dont il assume librement les possibilités et les exigences. [6]

Car c’est là qu’il faut en venir. La solidarité mondiale, toujours plus efficiente, doit permettre à tous les peuples de devenir eux-mêmes les artisans de leur destin. Le passé a été trop souvent marqué par des rapports de force entre nations : vienne le jour où les relations internationales seront marquées au coin du respect mutuel et de l’amitié, de l’interdépendance dans la collaboration, et de la promotion commune sous la responsabilité de chacun. Les peuples plus jeunes ou plus faibles demandent leur part active dans la construction d’un monde meilleur, plus respectueux des droits et de la vocation de chacun. Cet appel est légitime : à chacun de l’entendre et d’y répondre ». [7]

[1Popularum Progressio N° 13

[2PP N° 47

[3PP N° 14

[4PP N° 3

[5PP N° 13

[6PP N° 34

[7PP N° 65

Nos projets

12 juillet 2017 Nafso

Sri Lanka : appuyer les pêcheurs face à l’accaparement du littoral

Développer le pays. Si le mot d’ordre du gouvernement sri lankais parait louable, les bénéfices de cette politique restent trop souvent (...)

12 juillet 2017 Nafso

Sri Lanka : aider les personnes déplacées par la guerre, en particulier les veuves

Après des années d’un long conflit meurtrier, l’association sri lankaise Nafso accompagne le retour des personnes déplacées par la guerre, (...)

21 juin 2017 Gwénaëlle Lenoir , Adel

En Cisjordanie, l’agroécologie porteuse d’alternatives

299 Juin

En Cisjordanie l’agriculture paysanne palestinienne est entravée par le poids de l’occupation, l’accaparement des terres les plus fertiles (...)

S’informer

24 juillet 2017

Brésil : une mère obtient justice pour son fils, jeune noir des favelas, assassiné (témoignage)

Marcia de Oliveira Silva Jacintho a perdu son fils de 16 ans assassiné en 2002 par des policiers de Rio de Janeiro. Accompagnée par la (...)

19 juillet 2017

Etats Généraux de l’Alimentation : Les organisations de la société civile interpellent le président de la République sur les conditions et enjeux des débats

Paris-le 19/07/17 : À la veille de l’ouverture des États Généraux de l’Alimentation, 39 organisations de la société civile saluent (...)

12 juillet 2017

Tourisme au Sri Lanka : Six conseils pour voyageurs responsables

Derrière les promesses d’une île paradisiaque, la vie n’est pas toujours rose pour ceux qui vivent sur place. Francis Priyankara Costa (...)

Nos rapports

PDF