Noël contre la faim

Publié le 12 juin 2013

L’école de la démocratie locale en Casamance

L’enracinement du système démocratique au Sénégal percole en Casamance ! Mais le dialogue entre les autorités et la population est encore fragile. L’Association de solidarité internationale pour un développement social et urbain, bien connue en Casamance sous le nom de PACTE, innove pour consolider la réconciliation et la co-construction de la démocratie locale entre les élus et la société civile.

Mots-clés :

La décentralisation : condition de la bonne gouvernance

Marqués par des décennies de défiance à l’égard de l’Etat sénégalais, les Casamançais avaient fini par s’éloigner d’institutions locales jugées partiales, distantes et inefficaces. Mais l’inflexion démocratique advenue à Dakar en 2006, puis confirmée par l’alternance présidentielle de 2012, a ouvert une brèche dans le processus de décentralisation.

PACTE s’y est engouffré pour semer les germes de la bonne gouvernance à tous les échelons de la vie publique de Bignona et Ziguinchor, les deux principales villes de Casamance.

Les comités de quartier : maîtres d’œuvre de la concertation

L’instrument de cette percée démocratique ? Les Comités de quartier : 32 instances (6 à Bignona, 26 à Zinguinchor) mis en place pour que les habitants, en priorité ceux des quartiers défavorisés, puissent se faire entendre par les élus communaux et les fonctionnaires.

Maîtres d’œuvre de la concertation entre les citoyens et leurs édiles, les comités forment le noyau dur d’une démocratie participative source de transparence dans les affaires publiques. Ces instances, proches des réalités sociales, sont devenus des interlocuteurs légitimes. Le résultat est probant : élections de délégués dans chaque quartier, avancées sur le mode de collecte des taxes, construction des budgets participatifs communaux, choix des investissements collectifs... Les ferments de la gouvernance démocratique sont à l’œuvre.

L’ingénierie institutionnelle en action

Désormais, des protocoles d’accord fixent les cadres de cette concertation entre la population et les élus. Ils couronnent les ambitions de PACTE qui a mobilisé des ressources financières, humaines et méthodologiques.

Ainsi, le Fonds d’appui aux initiatives communautaires, auquel abonde le CCFD-Terre Solidaire, a permis en 2012 de consolider l’édifice institutionnel à plusieurs niveaux. En matière d’infrastructures, des espaces de réunions ont été mis à disposition des comités.

En matière de formation, des dizaines de membres ont maintenant des compétences en administration, en fiscalité et en participation citoyenne. Enfin, l’intercommunalité, elle aussi, est en bonne voie : les échanges de bonnes pratiques (collecte des déchets, construction de rues pavées ...) entre quartiers et villes esquissent déjà les synergies à venir.

Au-delà du projet, le lien social

Derrière ce foisonnement de projets institutionnels pilotés par PACTE, c’est bien la reconstruction du lien social entre communautés qui est en jeu. Celle-ci passe naturellement par le développement durable des activités économiques : l’agriculture, la pêche et l’emploi des jeunes.

Sans oublier de sensibiliser un public plus large avec l’animation de l’émission « La tribune de la bonne gouvernance » qui permet aux acteurs associatifs, aux jeunes de se faire entendre sur des radios locales.

7 projets au Sénégal

Malgré un taux de croissance autour de 5% depuis cinq ans, le chômage dans les villes s’accroît et les paysans survivent grâce à l’argent des immigrés et aux aides internationales octroyées à un pays jugé stable. Présent au Sénégal depuis près de 40 ans, le CCFD-Terre Solidaire soutient prioritairement trois régions : la vallée du fleuve Sénégal, la Casamance et la Petite Côte. Il travaille notamment avec des associations de paysans, de pêcheurs, d’artisans et d’anciens migrants.

Pour plus d’information

Trois questions à... Philippe Mayol, Responsable du service Afrique

Quels sont les impacts du travail de PACTE ?

Les espaces de concertation que Pacte arrive à créer sont des lieux de débat et de rencontres entre la population, les élus, les associations. Leur fonction ? Responsabiliser des communautés autour d’intérêts communs : l’aménagement territorial, la résolution des conflits, l’organisation de filières économiques...

Dans une région fragilisée par l’exode rural, le chômage, ces rendez-vous citoyens consolident l’édifice démocratique.

Comment se manifeste ici l’accompagnement du CCFD-Terre Solidaire ?

En premier lieu, nous inscrivons notre accompagnement dans la durée, car le long terme est un gage d’efficacité pour enrayer les causes de la pauvreté. Ensuite, en plus de notre appui financier, nous apportons une analyse critique pour perfectionner l’action opérationnelle menée par PACTE, notamment son coordinateur Ibrahim Ka.

La démocratie participative est-elle un luxe pour les pauvres ?

Du fait de leur pauvreté, il faudrait nier à ces personnes le droit d’être considérées comme des citoyens à part entière ? Bien au contraire, nous avons comme objectif de leur redonner de la dignité. Les comités de quartiers, comme ailleurs les organisations paysannes, apportent l’exemple d’une démocratie participative, in moto, où les individus s’organisent, trouvent collectivement des solutions aux enjeux locaux. Ils rendent possible l’exercice de la citoyenneté, un objectif commun à tous nos partenaires.

Nos projets

24 février 2017 SEMS (Socially Engaged Monastic Schools)

En Birmanie, une école monastique ouverte à tous les enfants

À Hlaing Tha Yar, une banlieue très pauvre de Rangoun, un moine bouddhiste a ouvert une école monastique "engagée socialement". Gratuite et (...)

30 janvier 2017 Assesoar

Le rêve agronomique d’Ayrton au Brésil

Issu d’une famille de petits agriculteurs brésiliens dits "conventionnels", Ayrton Luis Rodrigues Freiré a choisi de se former à (...)

23 janvier 2017 Assesoar

Au Brésil, des agriculteurs familiaux résistent depuis 50 ans à un agro-business destructeur

Alors qu’elle a fêté en 2016 son demi-siècle d’existence, l’association Assesoar, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, peut s’enorgueillir (...)

S’informer

21 février 2017

Devoir de vigilance : adoption d’une loi historique

Les député-e-s français-e-s ont adopté définitivement mardi 21 février 2017, la loi relative au devoir de vigilance des sociétés mères et (...)

21 février 2017

Présidentielle 2017 : L’aide publique au développement en 3 questions

La France doit augmenter le financement de son aide publique au développement (APD). C’est le constat de Coordination Sud, la plateforme (...)

20 février 2017

Devoir de vigilance : verdict le 21 février

FDM n°297

Le devoir de vigilance des entreprises sera-t-il définitivement adopté à l’Assemblée nationale le 21 février 2017, malgré les blocages du (...)

Nos rapports

PDF

Rapport d'activité 2015 {PDF}