Accaparement des terres

L’accaparement des terres recouvre l’achat, la location ou l’occupation de terres agricoles par des multinationales, des banques, des États (via les fonds d’investissements ) ou par des acteurs locaux.
Les communautés paysannes sont ainsi privées de plusieurs millions d’hectares dans de nombreux pays du Sud.
Ces transferts massifs de terres entraînent la destruction en profondeur de la vie des populations concernées et sont une des causes de la faim dans le monde.

Sans terres à cultiver, les populations locales ne peuvent plus se nourrir.

Accaparées par l’Etat, des entreprises agro-alimentaires, de grands propriétaires fonciers en vue de l’exportation, les terres agricoles échappent aux communautés paysannes dont la survie dépend de l’agriculture.

Les cultures locales variées, adaptées aux besoins des populations sont remplacées par des monocultures (soja, palmiers à huile…) à destination du commerce international.

L’accaparement des terres est l’une des causes de la faim dans le monde.

Cet agrobusiness menace à la fois les écosystèmes, fragilise les populations locales, et rend la planète plus vulnérable.

Les changements climatiques risquent d’accroitre l’accaparement des terres

Les terres agricoles représentent un enjeu stratégique dans la lutte contre le changement climatique.

De plus en plus de terres sont ainsi dédiées à la production d’agrocarburant.
Avec les dispositifs de compensation carbone, elles deviennent un élément de négociation dans la politique climatique des Etats.

Les terres risquent de perdre leur vocation première à nourrir les populations.

Lire aussi notre article : La séquestration du carbone dans les terres agricoles, miracle ou alibi ? (Rapport)

Rendre aux populations locales leur droit fondamental de vivre dignement de leur terre.

L’accaparement des terres agricoles par une minorité de grands propriétaires fonciers ou industriels met en lumière :

- le manque de prise en compte des droits des communautés locales

- l’absence de règles d’accès au foncier légitimes et partagées par tous.

Les organisations partenaires locales soutenues par le CCFD-Terre Solidaire accompagnent les paysannes et les paysans pour faire respecter leur droit à la terre.

Elles proposent des solutions basées sur le dialogue intercommunautaire et sur la reconnaissance des droits et des devoirs de chacun.

Retrouvez tous nos contenus sur l’accaparement des terres :

14 juin 2012

L’auteur

« Je suis un artisan engagé. Artisan car je confectionne à la main et de bout en bout chacun de mes web documentaires en profitant des possibilités offertes (...)
14 juin 2012

Des lois foncieres inexistantes pour la paysannerie

Les pays les plus attractifs pour les investisseurs sont ceux dans lesquels la gouvernance foncière est la plus faible et dans lesquels les droits sur la (...)
14 juin 2012

Les stratégies spéculatives des opérateurs financiers

Les opérateurs financiers cherchent toujours à produire le profit maximum en termes monétaires, quel que soit l’objet de la spéculation, même si cela affame les (...)
14 juin 2012

Les multiples moteurs de la « soif de terre »

La hausse des prix des denrées alimentaires en 2007 et 2008 a largement contribué à l’accélération des acquisitions et des locations de terres à grande échelle. (...)
14 juin 2012

Quels impacts ?

Au-delà des effets négatifs directs pour les populations locales (expropriations, déni des droits fonciers divers, destruction de l’environnement, etc.), il (...)
14 juin 2012

L’insécurité alimentaire s’accroît

Les règles du commerce international, sous l’égide de l’OMC ne garantissent plus l’alimentation pas chère pour tous. Aujourd’hui des Etats comme la Lybie, les (...)
14 juin 2012

De quoi parlons-nous ?

C’est une élite financière qui aujourd’hui se rue sur les terres arables, refuges pour les fonds de spéculation après la crise du crédit immobilier et des (...)
11 mai 2012

Réaction des ong dont le CCFD-Terre Solidaire aux directives sur la gouvernance foncière

Rome, le 11 mai 2012 Réaction commune des Organisations de la société civile aux Directives pour une gouvernance responsable des régimes fonciers appliquées (...)
17 avril 2012

Création d’un Collectif citoyen français contre les accaparements de terres

Paris, le 17 avril 2012 Le 17 avril est la journée internationale des luttes paysannes, commémorant le massacre de 19 paysans qui se battaient pour la (...)
11 janvier 2012

En Ethiopie, les terres appartiennent à l’Etat et les citoyens en ont l’usufruit

En Ethiopie, les terres appartiennent à l'Etat et les citoyens en ont l'usufruit Addis Abeba, janvier 2012 Généralement désigné comme l’une des causes de l’insécurité alimentaire, le régime foncier continue de faire débat. Vu du terrain, « (...)
Donner
Suivez-nous
CCFD-Terre Solidaire
Comité Catholique Contre la Faim
et pour le Développement – Terre Solidaire
4 rue Jean Lantier
75001 Paris
France
Tel (+33)1 44 82 80 00
N° SIREN 775 664 527
N° RNA W759000066