Publié le 27.03.2018 • Mis à jour le 11.04.2018

Benoît FAUCHEUX, nouveau délégué général du CCFD-Terre Solidaire

Sylvie Bukhari-de Pontual, présidente du CCFD-Terre Solidaire, a nommé Benoît Faucheux comme nouveau délégué général du CCFD-Terre Solidaire. Il succède à Bernard Pinaud, délégué général du CCFD-Terre Solidaire depuis juin 2010, qui part à la retraite.

Professionnel du développement depuis plus de 20 ans, Benoît Faucheux a travaillé dans plusieurs ONG de solidarité internationale. Expert des questions de souveraineté alimentaire, il est également militant de longue date de l’action catholique.

Ingénieur en agriculture de formation, Benoît Faucheux a travaillé au GRET (ONG internationale de développement), et au CFSI (Comité français pour la solidarité internationale) entre 2004 et 2007. Il y a conduit, notamment, des travaux de recherche sur le lien entre les politiques agricoles, les accords de libre-échange et le développement. En tant qu’expert des questions de souveraineté alimentaire, il a effectué de nombreuses missions en Asie, Amérique Latine, Afrique et Maghreb. Entre 2008 et 2010, il a été Conseiller du Ministère de l’Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural d’Haïti.

Il a travaillé ensuite sur les politiques de transition écologique et de lutte contre les dérèglements climatiques. En 2015, il devient Vice-président du Conseil régional Centre-Val de Loire (groupe Écologistes), délégué à l’environnement et à la transition énergétique et président de la Commission développement durable des Régions de France. Demeurant conseiller régional, il a quitté ces deux fonctions et le parti EELV pour rejoindre le CCFD-Terre Solidaire.

Militant de l’action catholique, Benoît Faucheux a travaillé entre 1992 et 2002 au MRJC (Mouvement Rural de Jeunesse Chrétienne), au CMR (Chrétiens dans le Monde Rural), où il était membre de l’équipe nationale, et au CCFD-Terre Solidaire, où il avait la responsabilité d’animer un réseau de bénévoles.

Pour Benoît Faucheux « face aux inégalités et aux dérèglements climatiques, le CCFD-Terre Solidaire doit contribuer au renouvellement des modèles de développement et des politiques publiques. C’est en soutenant les projets de nos organisations partenaires et en analysant avec eux les réussites et les échecs que notre contribution est pertinente. C’est en amplifiant les mobilisations citoyennes que nos propositions prennent du poids et influencent la décision publique ».

Contact presse :
Sophie Rebours, 01 44 82 80 64 / 07 61 37 38 65 – s.rebours@ccfd-terresolidaire.org

Lire aussi : Quatre questions à Benoît Faucheux, nouveau délégué général du CCFD-Terre Solidaire

S’informer

13 de julio de 2018

¿Qué hacen los miembros de la Unión europea para que la ONU acabe con la impunidad de las empresas multinacionales?

Un colectivo de 36 organisaciones de la sociedad civil (asociaciones y sindicatos) interpeló a los Estados miembros de la Unión europea (...)

12 July 2018

What are the European Union and its individual Member States doing at the UN to stop corporate impunity?

On 11 July 2018, during the consultations taking place at the UN, a group of 36 civil society organisations called on the Member States (...)

12 juillet 2018

Que font les Etats membres de l’Union européenne à l’Onu pour mettre fin à l’impunité des multinationales ?

Ce 11 juillet 2018, un collectif de 36 organisations de la société civile (associations et syndicats) a interpellé les Etats membres de (...)

Nos projets

16 mai 2018

Bénin : l’association Sin Do donne la voix aux femmes

Face aux violences faites aux femmes et aux jeunes filles au Bénin, l’association Sindo lutte avec elles pour leur dignité et développe (...)

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

5 avril 2018

Au Mexique, les familles de disparus témoignent et s’organisent (vidéo témoignage)

A la veille de l’élection présidentielle au Mexique, n’oublions pas les personnes disparues. Selon la société civile, au moins 180 000 (...)