Publié le 30.10.2017 • Mis à jour le 12.03.2018

[COP23] Climat : pour une transition vers un modèle agricole socialement juste et respectueux de nos ressources (communiqué)

Le CCFD-Terre Solidaire participera aux négociations de la COP23 (6–17 novembre 2017) pour faire pression sur les gouvernements afin qu’un programme de travail ambitieux sur l’agriculture et la sécurité alimentaire soit créé. Les Etats doivent trancher en faveur d’un modèle agricole capable de nourrir le monde, tout en respectant l’environnement et les droits humains.

« Ce sont désormais 815 millions de personnes qui souffrent de la faim dans le monde, un chiffre en hausse depuis 2015. Et le dernier rapport de la FAO [1] identifie les dérèglements climatiques comme un facteur majeur de cette situation. Il y a urgence à agir  », déclare Anne-Laure Sablé, chargée de plaidoyer souveraineté alimentaire et climat au CCFD-Terre Solidaire.

• Or, depuis que les Etats ont pris la décision de se pencher sur l’enjeu crucial de l’agriculture face aux dérèglements climatiques à la COP de Durban en 2011, aucun consensus n’a été trouvé sur la façon d’aborder la question des modèles agricoles.
• Aujourd’hui le modèle qui s’étend est celui d’une agriculture industrielle, gourmande en intrants chimiques et hydrocarbures et donc fortement émettrice de gaz à effet de serre. Et ce, au détriment des agricultures paysannes qui sont les moins responsables des émissions GES.
• En refusant de considérer de manière franche la conversion de nos modèles de production et de consommation, les Etats laissent au secteur privé le soin de définir ce que sera l’agriculture de demain. Sa vision est pourtant celle d’un système agro-alimentaire qui cherche à compenser ses émissions à travers la séquestration du carbone dans les sols agricoles. Un jeu de dupes qui, loin de favoriser une conversion de nos modèles agricoles, risque d’accroître encore l’accaparement des terres.

Pour Anne-Laure Sablé, « en l’absence de tout encadrement, cette défection des Etats permet aux grandes entreprises du système agro-alimentaire de dérouler leurs « solutions » en marge des réunions onusiennes et bénéficier ainsi du crédit d’un espace institutionnel clé dans le paysage des relations internationales. Dès lors, les initiatives qui y sont le plus souvent promues, comme l’Alliance mondiale pour une agriculture intelligente face au climat [2], font l’apologie de pratiques agricoles plébiscitées par les lobbies agro-industriels. Cela ne répond en aucun cas aux impératifs de transition mise en avant par les gouvernements dans leur communication. »

Face à l’inertie des Etats, le CCFD-Terre Solidaire demande à ce qu’un programme de travail sur l’agriculture et la sécurité alimentaire soit créé à l’occasion de la COP23.

• Ce programme doit aboutir à la formalisation de critères qui prennent à la fois en compte la sécurité alimentaire des populations (avec ses quatre piliers que sont la qualité, l’accès, la disponibilité et la stabilité) et les impératifs liés à la préservation de la biodiversité et à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.
• Les résultats des travaux menés à l’aune de ces critères devront servir de base à l’élaboration des contributions nationales sur les questions agricoles (qui doivent être révisées dans le cadre de la CCNUCC avant 2020) et enclencher une réelle transition vers une agroécologie paysanne.

Anne Laure Sablé, chargée de plaidoyer souveraineté alimentaire et climat au CCFD-Terre Solidaire, sera présente à la COP 23 à Bonn du 3 au 17 novembre et joignable au + 33 7 60 02 19 65 / a.sable@ccfd-terresolidaire.org

- Contact presse : Karine Appy, 06 66 12 33 02 – k.appy@ccfd-terresolidaire.org

Notes aux rédactions :
[1] L’Etat de la sécurité alimentaire et de la nutrition 2017
[2] En savoir plus sur l’Alliance mondiale pour une agriculture intelligente face au climat

S’informer

13 de julio de 2018

¿Qué hacen los miembros de la Unión europea para que la ONU acabe con la impunidad de las empresas multinacionales?

Un colectivo de 36 organisaciones de la sociedad civil (asociaciones y sindicatos) interpeló a los Estados miembros de la Unión europea (...)

12 July 2018

What are the European Union and its individual Member States doing at the UN to stop corporate impunity?

On 11 July 2018, during the consultations taking place at the UN, a group of 36 civil society organisations called on the Member States (...)

12 juillet 2018

Que font les Etats membres de l’Union européenne à l’Onu pour mettre fin à l’impunité des multinationales ?

Ce 11 juillet 2018, un collectif de 36 organisations de la société civile (associations et syndicats) a interpellé les Etats membres de (...)

Nos projets

16 mai 2018

Bénin : l’association Sin Do donne la voix aux femmes

Face aux violences faites aux femmes et aux jeunes filles au Bénin, l’association Sindo lutte avec elles pour leur dignité et développe (...)

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

5 avril 2018

Au Mexique, les familles de disparus témoignent et s’organisent (vidéo témoignage)

A la veille de l’élection présidentielle au Mexique, n’oublions pas les personnes disparues. Selon la société civile, au moins 180 000 (...)