Noël contre la faim

Publié le 10 juillet 2012

Implantation de l’usine MICHELIN au Tamil Nadu (Inde)

Des associations et un syndicat saisissent le point de contact national de l’OCDE

Dans le Tamil Nadu, un Etat du sud de l’Inde, les habitants de la caste des Intouchables du petit village de Thervoy tentent depuis 5 ans de faire respecter leurs droits face aux impacts négatifs d’un projet industriel qui les a privés de leur principal moyen de subsistance : leur forêt collective. L’entreprise MICHELIN est l’un des acteurs majeurs de ce projet industriel. Des associations françaises et indiennes saisissent le Point de contact national de l’OCDE, en France, afin de soutenir leur combat et faire progresser la responsabilité des entreprises françaises à l’étranger.

Les habitants de Thervoy qui vivaient depuis deux siècles de l’exploitation de leur forêt collective voient leur ressource vitale détruite par ce projet industriel. Cette forêt leur permettait de cultiver, faire paître leurs animaux, et cueillir les fruits et herbes médicinales dont ils avaient besoin pour se nourrir et se soigner. Thervoy et tous les villages environnants risquent de subir les impacts irréversibles de ce projet sur leur accès à l’eau, leurs activités agricoles et leur santé.

Si l’Etat du Tamil Nadu, dont la société d’Etat, SIPCOT (State Industries Promotion Corporation of Tamil Nadu) qui développe le site industriel, a manqué à ses obligations de protéger les populations de ces impacts négatifs, l’entreprise MICHELIN, première et seule entreprise à ce jour à s’être installée sur ce site, porte une part importante des responsabilités. Ni l’Etat, ni MICHELIN, n’ont consulté ou informé les populations de manière adéquate, ni mené à bien les études d’impact social et environnemental nécessaires. L’Etat comme l’entreprise sont restés sourds à la résistance pacifique des populations : manifestations, grèves de la faim, blocage pacifique de l’avancée des travaux, actions en justice contre l’Etat indien n’ont pas empêché les travaux de se poursuivre.

C’est pour mettre en évidence les manquements de l’entreprise MICHELIN en matière de respect des droits humains, et pour soumettre des recommandations concrètes, que des associations françaises et indiennes saisissent en France le Point de contact national (PCN) de l’OCDE.

Cet instrument est un dispositif qui doit permettre à chacun des 41 Etats signataires des Principes Directeurs de l’OCDE à l’intention des entreprises multinationales, de veiller à faire appliquer ces principes par les entreprises. Les PCN visent à « promouvoir le respect » de ces principes, et s’assurer qu’ils soient « connus et compris par le milieu national des affaires et les autres parties intéressées ».
Il joue également un rôle de médiateur, car il peut être saisi dans le cadre d’une plainte, c’est-à-dire d’un cas présumé de violation des Principes directeurs par une entreprise multinationale.

Implantation de l’usine MICHELIN au Tamil Nadu (Inde)

Nos projets

23 mars 2018

Cinq reportages de La Croix au Paraguay pour découvrir l’action du CCFD-Terre Solidaire

Cinq portraits ont été réalisés par le quotidien La Croix au Paraguay avec des associations partenaires du CCFD-Terre solidaire. Une série (...)

21 mars 2018

A Haïti, entre cyclones et sècheresses, assurer l’accès à l’eau

Dans le cadre de la Journée mondiale de l’eau, zoom sur Haïti. Dans un pays touché par des sècheresses de plus en plus longues et intenses, (...)

6 mars 2018

Liban : à l’école avec les enfants réfugiés syriens (vidéo)

Aujourd’hui un enfant syrien sur deux réfugié au Liban n’a pas accès à l’enseignement. Le CCFD-Terre Solidaire appuie les initiatives de la (...)

S’informer

5 avril 2018

Au Mexique, les familles de disparus témoignent et s’organisent (vidéo témoignage)

Selon la société civile, au moins 180 000 personnes sont portées disparues au Mexique. Démunies face à des autorités corrompues et liées au (...)

3 avril 2018

Déclaration de solidarité envers le père Amaro et la Commission pastorale de la terre

Le 27 mars 2018, le père Amaro Lopes de Sousa, agent de la Commission pastorale de la terre et curé au Brésil, a été arrêté et incarcéré. (...)

3 avril 2018

Au Brésil, le père José Amaro, défenseur des sans-terres, est jeté en prison

Le père José Amaro Lopes, prêtre à Anapu au Brésil, a été arrêté le 27 mars 2018 et incarcéré. Défenseur des droits des sans terres, il est (...)