Noël contre la faim

Numéro 221 - avril 2007

 

Rédigé le 21 mai 2007

Renforcer les sociétés civiles, une condition du développement

Editorial de Joël Thomas

Depuis de nombreuses années, le CCFD estime que le renforcement des sociétés civiles est un facteur essentiel du développement.

Ces organisations : associations, mouvements, syndicats, communautés et groupes religieux... relaient les demandes et revendications des populations auprès des institutions publiques et des entreprises. Car les politiques publiques ne peuvent pas prendre en compte les besoins de toutes les populations, si celles-ci n’ont pas la possibilité de s’exprimer, dans leur grande diversité.

Dans les milieux défavorisés, souvent délaissés par les politiques publiques, la capacité d’auto-organisation des peuples est indispensable pour prendre en charge les besoins essentiels, améliorer la vie quotidienne, ouvrir des perspectives de changement...

Dans des contextes de dictature ou de régimes corrompus, la société civile dispose d’une capacité de négociation pour transformer la situation sans risquer une opposition frontale, génératrice de blocages, de conflits et parfois de violences.

Enfin, à l’échelle internationale, une société civile forte et diversifiée est aussi indispensable pour équilibrer le poids des États et des entreprises transnationales et faire entendre le point de vue des populations.

C’est pourquoi le CCFD appuie des acteurs locaux de tous types : des plus modestes, travaillant dans les contextes les plus difficiles de misère, de faim et de conflit, au plus près du terrain, mais aussi ceux qui, œuvrant à une échelle nationale, comme au Tchad, au Cameroun, en Birmanie, en Haïti... jouent un rôle essentiel dans la structuration de la société civile de leur pays.

Pour cela, le CCFD appuie les démarches d’organisation dans les catégories de populations marginalisées, victimes de discrimination, dans les régions enclavées. Il soutient les organisations de défense des droits humains, la formation de responsables associatifs et contribue à la participation d’organisations du Sud aux événements internationaux.

Une société civile vivante, ancrée dans la réalité humaine de chaque pays, est indispensable pour un développement socialement et écologiquement durable.

Joël Thomas
Président du CCFD

Article mis en ligne le 15 avril 2007

S’informer

16 mai 2017

En Tunisie, les mouvements sociaux cherchent à s’unifier

Après s’être démultipliés dans la dynamique du printemps arabe, les mouvements sociaux tunisiens ont eu tendance à se disperser. Ils (...)

3 mai 2017

Tchad – Demande de libération immédiate pour les deux activistes torturés pendant leur détention en secret

Les autorités tchadiennes doivent immédiatement libérer deux activistes de la société civile qui ont été torturés pendant leur détention en (...)

10 novembre 2016

La société civile centrafricaine sous pression

Les ONG signataires ont été informées de l’arrestation lundi 7 novembre à Bangui d’un leader de la société civile centrafricaine, M. Gervais (...)

Nos projets

24 février 2016 CSAPR

Protestation et indignation populaire au Tchad

Bruno Angsthelm, chargé de mission Afrique, revient d’une mission au Tchad. Avec Abderamane Ali Gossoumian, Coordinateur national du (...)

8 avril 2015

Un rapport togolais décrit une démocratie « à double vitesse »

Six organisations de la société civile du Togo publient, avec l’appui du CCFD-Terre Solidaire, un rapport sur le Togo intitulé « (...)

29 novembre 2014 Pacte

En Casamance, accompagner les collectivités territoriales pour un service public plus inclusif

Favoriser le dialogue citoyen entre les élus locaux, la société civile et l’administration pour une gouvernance participative, impliquer (...)