Un avenir sans faim

Numéro 248 - avril 2010

 

Rédigé le 11 janvier 2010

Toutes choses nouvelles !

Le VIVRE ENSEMBLE ne se construit, ni sur le vide, ni sur l’absence de convictions. Celles-ci doivent être ramenées à l’essentiel : la vie par l’amour partagé… et ce au cœur de la diversité des itinéraires spirituels et culturels.

Auteur(s) : Guy Aurenche

Alors que « Nous assistons au crépuscule des civilisations distinctes... » *, il est venu le temps du vivre ensemble et de la création nouvelle !

Le choix n’est plus d’accepter ou de refuser la dimension de l’interdépendance que créé la mondialisation. Mais de vouloir la « créer autrement ».

Des décisions s’imposent dans les domaines politique, économique et spirituel. « Le temps n’est pas notre allié ; c’est notre juge et nous sommes déjà en sursis » *.

En sursis le VIVRE ENSEMBLE en Bosnie, tandis que le CCFD-Terre Solidaire organise à Sarajevo un forum pour « construire une société commune » non pas contre mais avec la richesse des identités bosniaque, croate et serbe.

En sursis le VIVRE ENSEMBLE au Liban d’où je reviens avec le constat mêlé d’un désir profond de rencontres et de constructions communes, contrarié par les actions voyantes et violentes des extrémismes identitaires.

En sursis le Vivre ensemble en Israël-Palestine, où les partenaires du CCFD-Terre Solidaire tentent de maintenir le cap de la co-existence.

Que dire de bien d’autres régions du monde !

Le VIVRE ENSEMBLE dépend d’une volonté qui pourrait se décliner en trois étapes.
Faire, au plus intime de notre existence personnelle et communautaire, l’expérience de la fraternité, source de vie. Une réalité que nous avons tous expérimentée dans une famille, une communauté, un groupe, une Église. Encore faut-il célébrer ces temps de fraternité et ne pas se contenter de gémir sur les temps de divisions.

Approfondir la richesse des convictions. Chacun est invité, non pas à se replier sur ses trésors culturels ou spirituels, mais à être capable de rendre compte, en termes compréhensibles, de l’Espérance qui est en lui. Le VIVRE ENSEMBLE ne se construit, ni sur le vide, ni sur l’absence de convictions. Celles-ci doivent être ramenées à l’essentiel : la vie par l’amour partagé... et ce au cœur de la diversité des itinéraires spirituels et culturels.

Organiser, car cela ne viendra pas tout seul, les lieux de co-existence où les diverses pensées se frotteront les unes aux autres pour en tirer quelque chose de radicalement nouveau qui permettra le VIVRE ENSEMBLE. Et ceci aussi bien pour la politique où des lieux de gouvernance partagée doivent être construits ; pour l’économie où la dynamique du partage, apparaît comme la seule capable d’éviter l’affrontement des barbaries ; et dans le domaine spirituel où toutes les familles de pensées doivent s’imposer de passer du stade de la tolérance de l’autre à celui de l’appétit pour l’autre !

La parole de Jésus adressée à une païenne, étrangère et pécheresse résonne : « Donne-moi à boire ! ». De cette soif de l’autre, exprimée et vécue très concrètement, jaillit la rencontre et, pour tous, la découverte d’un objectif commun de vie, de vie « pleine » !

Risquée, cette ouverture à l’autre ? Bien sûr. Mais absolument nécessaire. La société civile mondiale qui s’organise, les partenariats multiples vécus par le CCFD-Terre Solidaire, le constat du « dérèglement du monde » ne sont-il pas les meilleures preuves de ce que ce VIVRE ENSEMBLE est possible ? À chacun, dans le souffle de Pâques qui fait passer de la mort à la vie, de passer de l’envie à un commencement de réalisation.

 

* Amin Maalouf. Le dérèglement du Monde, Grasset, 2009.

Article mis en ligne le 1er avril 2010

S’informer

20 octobre 2017

Birmanie : l’UE privilégie ses intérêts financiers à l’instauration de la paix

Un collectif d’organisations birmanes et européennes, dont le CCFD-Terre Solidaire, publie, le 4 octobre 2017, un rapport intitulé « (...)

20 octobre 2017

Le CCFD-Terre Solidaire engagé pour un traité Onu contre l’impunité des multinationales

« Se battre contre les injustices est dans l’ADN du CCFD-Terre Solidaire ». Carole Peychaud, chargée de plaidoyer Régulation des (...)

20 octobre 2017

Impunité des multinationales : les victimes de ProSavana au Mozambique représentées à l’Onu

Au Mozambique, des entreprises de l’agrobusiness, impliquées dans le projet ProSavana, font passer leurs intérêts avant ceux des (...)

Nos projets

15 septembre 2017 ITECA

Irma, Maria : solidaires avec les peuples des Caraïbes !

Au cours de leurs passages, les ouragans Irma et Maria ont causé des dégâts considérables dans les Caraïbes. A Haïti et à Cuba, les (...)

15 septembre 2017 ITECA

Haiti : La culture de la mangue m’a permis d’aller à l’école (témoignage)

Ovalson OVID a 24 ans et vit près de la ville de Gros Morne à Haiti. Il raconte tout ce que lui a permis de faire l’association locale (...)

12 septembre 2017

En vacances avec des demandeurs d’asile au Pays basque (diaporama)

Inviter des familles de demandeurs d’asile à passer des vacances ensemble ? C’est le pari relevé au mois d’août par des bénévoles du (...)