Noël contre la faim

Numéro 257 - avril 2011

 

Le passeur de mémoire

Toute l’œuvre du cinéaste cambodgien Rithy Panh est traversée par le génocide. Afin que les jeunes générations s’approprient cette mémoire, il a créé, en décembre 2006, à Phnom Penh, le centre Bophana. Cette « bibliothèque audiovisuelle » est aussi un lieu de vie culturelle qui facilite le passage de relais entre les générations.

En retrouvant le cinéaste au centre, je lui demande : « Au fait, pourquoi ce nom de Bophana ? » « C’était une jeune femme, détenue à S 21, très amoureuse de son mari et qui a toujours refusé de l’accuser de trahison. J’ai été touché par sa façon de résister. » « Ce nom a du sens, reprend Rithy Panh, car faire vivre la mémoire, comme nous le faisons ici, est une forme de résistance. Je n’imagine pas rebâtir avec succès mon pays s’il est amputé de pans entiers de son histoire. »
L’affluence au centre Bophana lui fait chaud au cœur. Quelque 65 000 visiteurs se sont pressés vers les écrans du centre en 2010, dont une grande majorité de jeunes. Le cinéaste nous entraîne dans les étages. Tous les ordinateurs sont occupés par la nouvelle génération. Certains s’intéressent au patrimoine culturel et visionnent la grande fête des eaux – les courses de pirogues – au temps du protectorat français ; d’autres prennent des notes en réécoutant le fameux discours de Phnom Penh du général de Gaulle, prononcé le 1er septembre 1966. Plus loin, ce sont les chansons d’amour langoureuses des « voix d’or » des années 1960 – Sin Sisamouth et Ros Sereysothea – qui concentrent toutes les attentions.
«  Lors d’ateliers, poursuit Rithy Panh, nous apprenons aussi aux jeunes à décrypter les images. » Il fait défiler sur l’écran de rares films de propagande khmère rouge. « Voyez sur ce plan panoramique consacré aux camps de rééducation, on décèle des néons et des haut-parleurs. Le signe que le travail forcé se poursuivait la nuit au son de chants révolutionnaires psalmodiés. »

La mémoire des corps

Rithy Panh fait également figure de « créateur » d’archives mémorielles. Lors du tournage de S 21, la machine de mort khmère rouge, la confrontation entre survivants et bourreaux n’a pas déclenché tous les aveux attendus. Mais, réticents à s’exprimer, les ex-tortionnaires mimaient bientôt, sous l’œil de la caméra, leurs sinistres pratiques : les fers enlevés aux détenus conduits aux séances d’interrogatoire, la fouille des détenus, les coups contre les récalcitrants. L’expression corporelle, étonnante de minutie, supplée la supposée amnésie.
Le travail de transmission se poursuit de manière moins tendue, lors des projections organisées au centre et rassemblant plusieurs générations. À l’issue de Noces rouges, film évoquant les mariages forcés sous les Khmers rouges, des parents ont révélé pour la première fois à leurs enfants leur union passée sous la contrainte. « Au terme de scènes de vie quotidienne éprouvantes du temps de Pol Pot, reprend Rithy Panh, j’ai vu des grands-parents, jusque-là muets, murmurer à l’oreille de leurs petits-enfants : “Moi aussi, tu sais, j’ai vécu ces humiliations“.  »
« Nous sommes un peu, dit-il en souriant, un service public de la mémoire. Mais nous ne sommes pas considérés comme tel par les autorités. » Il salue pourtant au passage le Premier ministre Hun Sen : « Nous n’avons jamais eu à subir d’interventions intempestives du gouvernement. Ici, j’anime un vrai espace de liberté.  »
Rithy Panh récuse l’appellation de « cinéaste du génocide », qui ferait de lui un Claude Lanzmann cambodgien. « Non, insiste-t-il, je suis seulement revenu du néant et je dispose, depuis une vingtaine d’années des petits cailloux sur les territoires de la mémoire. Tantôt à l’aide de documentaires, tantôt au moyen de fictions.  » « J’ai envie d’imaginer demain une comédie musicale, achève-t-il plein d’enthousiasme. Si nous sommes toujours en mesure de rêver, c’est bien que les Khmers rouges ont perdu la partie !  »

Auteur(s): Yves Hardy

Article mis en ligne le 15 avril 2011

S’informer

15 décembre 2017

A Jérusalem, une association d’archéologues israéliens dénonce l’utilisation politique des fouilles

Créée par des archéologues, l’association Emek Shaveh est une organisation israélienne qui vise à sensibiliser le public, les journalistes et (...)

8 décembre 2017

Au Mexique, le Prix National des Droits Humains 2017 décerné à notre partenaire Miguel Gandara, président de Serapaz

Avec tous les membres de Serapaz, le CCFD-Terre Solidaire se réjouit de voir le Prix National des Droits Humains au Mexique décerné à son (...)

29 novembre 2017

Henri Burin des Roziers, grand avocat des paysans sans terre au Brésil, nous a quittés

Henri Burin des Roziers est mort le 26 novembre 2017 à Paris à l’âge de 87 ans. Frère dominicain français épris de justice et de liberté, (...)

Nos projets

1er décembre 2017 Acord Burundi , Les femmes paysannes de l’Union Uwaki de Kiwanja, décembre 2013 , Mooriben

L’agriculture paysanne et l’agroécologie en Afrique : un pari gagnant

301 - Septembre-Octobre

Le soutien à une agriculture paysanne et l’agroécologie peuvent-ils améliorer les conditions de vie et la cohésion des populations rurales (...)

1er décembre 2017 Inades formation au Burundi

Burundi : Les femmes au coeur de la transition écologique et sociale

301 - Septembre-Octobre

Porté par le CCFD-Terre Solidaire dans six pays africains, le programme PAIES au Burundi a notablement contribué à inclure les femmes au (...)

16 novembre 2017 Amassa Afrique Verte

Au Mali, 6 manières de faire face aux changements climatiques

Au Mali, la saison des pluies est durablement perturbée par la crise du climat. Ces changements affectent en particulier la période des (...)