Noël contre la faim

Numéro 259 - juin juillet 2011

 

« Les mesures d’incitation fiscale coûtent cher ! »

La fiscalité du secteur minier est un thème central pour l’économie péruvienne qui multiplie les incitations fiscales pour attirer les investisseurs étrangers. Rencontre avec Victor Manuel Gamonal, économiste au sein de Cooperaccion, un partenaire du CCFD-Terre Solidaire*.

Pourquoi la fiscalité du secteur minier est-elle importante ?
Victor Manuel Gamonal  : Pour les pays en voie de développement, le financement des politiques sociales, de santé, d’éducation… provient essentiellement de deux sources : l’endettement ou la politique fiscale. C’est un thème central pour tout le continent et pour le Pérou qui a beaucoup emprunté, pendant une trentaine d’années, aux instances internationales. À partir des années 1990, l’activité minière est devenue un secteur stratégique pour l’économie. Le pays est aujourd’hui le 1er exportateur mondial d’argent, le 2e pour le cuivre et le zinc et le 6e producteur d’or. Cette activité emploie 5 % de la population économiquement active et représente environ 7 % du PIB, ainsi que plus de 60 % du montant des exportations. En 2010, les investissements dans le secteur minier ont atteint près de 2,8 milliards d’euros.

Comment fonctionne le système fiscal de ce secteur au Pérou ?
L’impôt sur les bénéfices (30 %) est la principale charge fiscale des compagnies minières. Toutefois, elles bénéficient de diverses mesures d’incitation fiscale comme la déduction des coûts d’exploration et de développement. Résultat, elles paient peu ou pas d’impôts. Quand c’est le cas, dans le cadre d’accords particuliers entre l’État et l’entreprise, jusqu’à la moitié des impôts sur les bénéfices peut être versée aux communautés locales. Selon une répartition précise : 20 % à la commune sur laquelle se trouve la concession, 60 % que se divisent les districts et les provinces de la région et 20 % au gouvernement régional. L’idée est que les fonds parviennent aux communautés affectées par l’activité minière. Mais en pratique, le flux de cet argent demeure très opaque. Enfin, l’État péruvien offre dans la plupart des cas un « pacte de stabilité fiscale » qui garantit aux entreprises qu’il ne peut pas modifier les règles du jeu fiscal établies lors de la délivrance de la concession.
Il est important de rappeler que les mesures d’incitation fiscales ont un coût. Au Pérou, le manque à gagner pour l’État – entre le non-paiement par les entreprises minières de leurs redevances et des mesures comme la non-imposition des bénéfices réinvestis – a été de près de 850 millions de dollars (590 millions d’euros) en douze ans (entre 1994 et 2006).

Peut-on évaluer le montant de l’évasion fiscale ?
C’est l’éternelle question ! D’autant que l’accès à l’information est très difficile en ce qui concerne les entreprises mais aussi les services de l’État en charge de percevoir les redevances. Il n’y a en outre aucun contrôle fiable sur la manière de calculer les redevances et les niveaux de production des compagnies. Et puis l’évasion fiscale, c’est un thème très large. Elle comprend par exemple les « prix de transfert », c’est-à-dire l’achat et la vente de produits entre les filiales d’un même groupe à des prix « adaptés » pour ne pas dégager de bénéfices et ne pas être imposés. Au Pérou, on estime que le montant de l’évasion fiscale du secteur minier s’élève à quelque 5 millions de dollars par an (3,5 millions d’euros).

L’Initiative de transparence des industries extractives (Itie) permet-elle de lutter plus efficacement contre l’évasion fiscale ?
Cette initiative créée en 2002 lors du Forum mondial sur le développement durable de Johannesburg va effectivement dans le bon sens. Elle accroît la transparence des transactions financières effectuées entre les gouvernements et les sociétés du secteur des industries extractives. Divulguer ces informations permet de vérifier que les revenus liés aux ressources naturelles sont effectivement investis dans les programmes sociaux et de renforcer l’obligation de rendre des comptes. Le Pérou a souscrit aux principes de cette initiative. C’est donc un point positif, même s’il reste beaucoup de travail à accomplir dans ce domaine.

Auteur(s): Jean-Claude Gerez

* Cooperacción a pour mission de promouvoir le développement des zones côtières et des zones d’exploitation des ressources minières et énergétiques au Pérou. Le projet soutenu par le CCFD-Terre Solidaire cherche à contribuer à la bonne gouvernance et à la défense des droits des communautés paysannes et indigènes affectées par ces industries, à travers un accompagnement visant à générer une culture de dialogue et une l’approche participative pour aider la promotion des processus de développement.

Article mis en ligne le 15 juin 2011

S’informer

16 janvier 2018

Birmanie : se former aux pratiques alternatives pour s’émanciper des grandes entreprises étrangères

En Birmanie, le Gaia Sustainable Management Institute (GSMI), organisation partenaire du CCFD-Terre Solidaire, développe des pratiques (...)

12 janvier 2018

Les enjeux de la visite du pape au Pérou et en Amazonie

Du 18 au 21 janvier 2018, le pape François se rendra au Pérou. Une visite importante dans ce pays très inégalitaire, qui a aussi donné (...)

11 janvier 2018

#Soldes2018 : au Cambodge, les droits aussi sont soldés

Dossier : Vers un traité Onu contre l’impunité des multinationales

Alors que les soldes démarrent en France, au Cambodge, ce sont les droits des ouvrières du textile qui sont soldés ! Pour attirer les (...)

Nos projets

1er décembre 2017

L’agriculture paysanne et l’agroécologie en Afrique : un pari gagnant

301 - Septembre-Octobre

Le soutien à une agriculture paysanne et l’agroécologie peuvent-ils améliorer les conditions de vie et la cohésion des populations rurales (...)

1er décembre 2017

Burundi : Les femmes au coeur de la transition écologique et sociale

301 - Septembre-Octobre

Porté par le CCFD-Terre Solidaire dans six pays africains, le programme PAIES au Burundi a notablement contribué à inclure les femmes au (...)

16 novembre 2017

Au Mali, 6 manières de faire face aux changements climatiques

Au Mali, la saison des pluies est durablement perturbée par la crise du climat. Ces changements affectent en particulier la période des (...)