Un avenir sans faim

Numéro 267 - juin-juillet 2012

 

Rédigé le 4 juillet 2012

République de Serbie : La réconciliation régionale à petits pas

Pas facile de renouer les liens entre des pays séparés par des années de guerre. Même si les choses commencent à bouger en Serbie sous l’impulsion d’une partie de la société civile qui exhorte les populations à engager un travail de mémoire.

C’est un véritable serpent de mer : depuis près de dix ans, l’idée de créer une commission régionale pour faire la vérité sur les crimes de guerre et les autres violations des droits de l’homme commis entre 1991 et 2001 dans l’ex-Yougoslavie est inscrite sur les agendas de la société civile des pays impliqués dans ces conflits. Et, en dépit de la reprise de cette revendication, il y a un an, par une coalition de jeunes regroupés dans une centaine d’ONG de l’ex-Yougoslavie, le processus a bien du mal à aboutir. Les protagonistes viennent toutefois de recevoir un soutien de poids : celui du président croate, Ivo Josipović, souhaitant convaincre les autres présidents de la nécessité de donner corps à cette initiative. «  Les choses bougent », se félicite Ivan Stojanović, le directeur de Youth Initiative for Human Rights (YIHR) de Belgrade, rappelant aux septiques que le processus de rapprochement entre la France et l’Allemagne a pris aussi du temps. De Sarajevo, à Zagreb, en passant par Pristina ou Podgorica, dans toutes les capitales des bureaux nationaux de YIHR se sont créés.

Les lycéens et les étudiants ne sont pas les seuls à s’inscrire progressivement dans ces démarches. Le journal serbe Republika, un des rares médias indépendants de Serbie, vient d’organiser des rencontres avec des journalistes des autres États issus de l’ex-Yougoslavie, afin d’élaborer une charte de déontologie qui s’adresserait à toute la profession. Les artistes ne sont pas les derniers à franchir les frontières. Il y a un an, l’initiative croisée de deux auteurs serbes et albanais du Kosovo, qui ont publié une anthologie de la littérature de leur région respective dans la région et dans la langue de l’autre, n’est pas non plus passée inaperçue. « La situation commence même à se détendre dans ma ville, à Vukovar, où l’on observe une légère augmentation des mariages mixtes  », affirme Mirjana, étudiante à l’université de Novi Sad.

Des gestes contradictoires

Il reste, maintenant, à entraîner la majorité de la population. « Les gens ne s’intéressent pas aux autres. Quand, par exemple, je me rends à Sarajevo ou Pristina, ils me demandent souvent pourquoi ? J’ai pris l’habitude de leur répondre pourquoi pas ? », lance Zeljko, étudiant dont les parents serbes, originaires de Bosnie, l’ont sensibilisé à la nécessité de renouer les liens. «  Ce n’est pas gagné, notamment en Serbie où, officiellement, il n’y a pas eu de guerre puisqu’elle s’est déroulée dans des pays voisins. Du coup, il n’y a ni vétérans, ni réfugiés, ni personnes déplacées alors qu’il suffit d’ouvrir les yeux pour se rendre compte de la réalité de ce phénomène !  », note Nora qui travaille au centre de décontamination culturelle de Belgrade. Ce centre culturel organise des manifestations et des conférences auxquelles participent des militants associatifs serbes et internationaux. Son objectif : combattre le nationalisme et poursuivre la démocratisation en cours du pays.

Néanmoins, le travail de mémoire n’a pas vraiment commencé, malgré les gestes symboliques effectués par l’ex-président serbe, Boris Tadić qui a fait voter par le Parlement une condamnation des crimes commis par les Serbes à Srebrenica et a livré, sous la pression de l’Union européenne, Ratko Mladić et Radovan Karadzić, les criminels de guerre les plus emblématiques. Mais il y a eu aussi des gestes contradictoires, comme ce déplacement en Republika Srpska (République serbe de Bosnie) [1] donnant le sentiment de soutenir les nationalistes serbes locaux qui revendiquent encore leur rattachement à la Serbie. « De toutes les façons, ces rapprochements sont inévitables, philosophe Bandhyl, vingt-sept ans, professeur d’anglais d’origine albanaise au lycée de Presevo. À terme, nous serons tous membres de l’Union européenne !  » Reste à savoir si dans ce futur que l’enseignant appelle de ses vœux, les populations vivront réellement ensemble et pas côte à côte, comme aujourd’hui…

[1La Republika Srpska, à forte majorité serbe, est, avec la Fédération de Bosnie et Herzégovine, où vivent majoritairement les Bosniaques et les Croates, une des deux entités composant la Bosnie depuis les accords de Dayton

Article mis en ligne le 4 janvier 2013

S’informer

20 octobre 2017

Birmanie : l’UE privilégie ses intérêts financiers à l’instauration de la paix

Un collectif d’organisations birmanes et européennes, dont le CCFD-Terre Solidaire, publie, le 4 octobre 2017, un rapport intitulé « (...)

23 août 2017

Les réseaux sociaux, des armes de mobilisation massive

300 - Juillet-Août

Facebook, Twitter, Instagram... En Argentine, au Brésil, comme dans toute l’Amérique latine, les réseaux sociaux sont devenus (...)

16 août 2017

La paix en marche en Colombie

300 - Juillet-Août

Au mois de juillet 2017, Bernard Pinaud, délégué général du CCFD-Terre Solidaire, était de retour en Colombie. Il connait bien ce pays où il (...)

Nos projets

2 juin 2017

En Palestine, soigner une société traumatisée

Cinquante ans après la conquête par Israël de la Cisjordanie, de Jérusalem Est et de la Bande de Gaza, et près d’un quart de siècle après (...)

19 avril 2017

Victimes de la sécheresse et de Boko Haram, les éleveurs du lac Tchad appellent à la solidarité

Dossier : La faim guette les populations fragilisées par les crises politiques en Afrique

Dans un environnement déjà fortement fragilisé par la sécheresse, les populations de la région du Lac Tchad sont soumises aux violences et (...)

15 septembre 2016

Un rapport pour comprendre la crise en République centrafricaine

Le Réseau des Organisations de la Société Civile Centrafricaine pour la Gouvernance et le Développement (ROSCA-GD), partenaire du (...)