Publié le 5 janvier 2018

Edito : La paix demeure l’espérance de millions de Colombiens

Manifestation avec Vamos Mujer, © Martin Willaume/CCFD-Terre Solidaire
Manifestation avec Vamos Mujer, © Martin Willaume/CCFD-Terre Solidaire

L’espoir de voir la paix s’installer demeure, malgré d’énormes freins au processus. Dans les zones délaissées par les anciens guérilleros des Farc - Forces armées révolutionnaires de Colombie - occupées désormais par des narcotrafiquants, des groupes paramilitaires ou des bandes criminelles, la violence continue. Les assassinats de leaders sociaux sont en augmentation. Et selon les sondages, 67,2 % des Colombiens ne croient pas à une paix durable.

Pourtant le processus de paix se poursuit avec le cessez-le-feu entre le gouvernement et l’ELN (Armée de libération nationale) – la dernière guérilla en activité – le 4 septembre 2017, deux jours avant l’arrivée du pape François et la transformation de l’ex-guérilla des Farc en parti politique.

D’autres processus de paix latino-américains – au Brésil, en Argentine, et plus récemment au Salvador, au Guatemala… – ou encore en Afrique du Sud montrent qu’il n’y a pas de paix véritable sans réconciliation et pas de réconciliation sans pardon. Mais pour qu’il y ait pardon, il faut que la vérité soit faite, et les responsabilités établies.

C’est pourquoi les commissions vérité ont joué un rôle déterminant dans les différents processus de paix. Le CCFD-Terre Solidaire a d’ailleurs appuyé financièrement ses partenaires, défenseurs des droits humains, pour qu’ils alimentent en information ces commissions.

La commission colombienne « Commission pour la vérité, le vivre ensemble et la non-répétition » mise en place début novembre 2017 a élu à sa tête le père Francisco de Roux. Lorsque j’étais chargé de mission en Colombie dans les années 1990, « Pacho » de Roux était directeur du Cinep/PP - Centre de recherches et d’éducation populaire/Programme pour la paix . Cette ONG, créée par les jésuites, est un partenaire historique du CCFD-Terre Solidaire et sa mission principale était déjà la construction de la paix.

Pacho a multiplié les contacts avec les guérillas pour faire avancer les accords de paix. Il a une capacité de médiation incroyable. Cette nomination est la reconnaissance de son combat pour la paix. Le CCFD-Terre Solidaire est fier d’avoir été à ses côtés pendant toutes ces années.

Pour établir la vérité, il faut écouter les victimes, comme l’a fait le pape François lors de sa visite en Colombie. Il faut aussi que justice soit rendue. Dans le processus colombien, la justice transitionnelle se veut « restauratrice » plus que punitive. Le pape l’a expliqué en affirmant que « la réconciliation n’est possible qu’à condition d’assumer la vérité, compagne indissociable de la justice et de la miséricorde ». Mais ce processus sera difficile tant les antagonismes et les traumatismes sociaux sont forts. C’est pourquoi Pacho parle d’un « changement spirituel » à opérer.

Visite du point de transition des FARC, © Martin Willaume/CCFD-Terre Solidaire
Visite du point de transition des FARC, © Martin Willaume/CCFD-Terre Solidaire

Un autre enjeu attend la Colombie : la justice sociale. Il faut s’attaquer aux racines du conflit. La première étant la question foncière : 1,15 % des propriétaires possèdent 70 % des surfaces cultivables ! Les millions de paysans déplacés veulent légitimement récupérer leur terre. De nombreux paysans, engagés dans des démarches en justice pour y arriver, ont été assassinés. Le Cinep/PPP, avec l’aide du CCFD-Terre Solidaire, s’attaque aujourd’hui à la restitution des terres.
Si la fin du conflit armé n’est pas encore la paix, elle en est le début indispensable. C’est mon Espérance. C’est l’Espérance de millions de Colombiens.

Chères lectrices et chers lecteurs, comme beaucoup de journaux, Faim et Développement connaît des difficultés qui nous conduisent à réduire la périodicité du magazine pour passer à cinq numéros par an. Si vous aimez ce magazine, si vous êtes attachés à la qualité de ses contenus, continuez à nous soutenir. Vous pouvez d’ailleurs dès à présent abonner l’un ou l’une de vos proches, comme nous vous le proposons dans ce numéro. Le prochain numéro paraîtra début mars. Merci pour votre fidélité. La Rédaction

Auteur(s): Bernard Pinaud

S’informer

6 August 2018

Vidéo : Promouvoir une « culture de la rencontre », au service de la paix

Dans un monde marqué par les tensions et les conflits, le Pape François prône une culture de la rencontre. Dans une émission spéciale, la (...)

24 juillet 2018

Au Niger : Soulagement après la libération de 6 acteurs de la société civile

Le CCFD-Terre Solidaire est heureux et soulagé d’apprendre la libération de 6 acteurs de la société civile nigérienne emprisonnés depuis (...)

20 juillet 2018

Niger : Les défenseurs des droits humains poursuivis à tort doivent être libérés (communiqué)

Alors que le verdict du procès des défenseurs des droits humains au Niger est attendu pour mardi 24 juillet, il est plus que temps pour (...)

Nos projets

5 avril 2018

Au Mexique, les familles de disparus témoignent et s’organisent (vidéo témoignage)

A la veille de l’élection présidentielle au Mexique, n’oublions pas les personnes disparues. Selon la société civile, au moins 180 000 (...)

6 mars 2018

Liban : à l’école avec les enfants réfugiés syriens (vidéo)

Aujourd’hui un enfant syrien sur deux réfugié au Liban n’a pas accès à l’enseignement. Le CCFD-Terre Solidaire appuie les initiatives de la (...)

15 décembre 2017

A Jérusalem, une association d’archéologues israéliens dénonce l’utilisation politique des fouilles

Créée par des archéologues, l’association Emek Shaveh est une organisation israélienne qui vise à sensibiliser le public, les journalistes et (...)