n°305 - Juillet 2018
Entretien

Article mis en ligne le 19 juillet 2018

Les terres, variable d’ajustement des politiques climatiques ? (interview)

L’agriculture commence enfin à être prise en compte dans les négociations climatiques internationales. Mais le péril grandit de voir des sols cultivables prioritairement affectés à la capture du CO2, au détriment d’une réelle transition agricole.

Mots-clés :

.

Anne-Laure Sablé, chargée de plaidoyer souveraineté alimentaire et climat au CCFD-Terre Solidaire, nous éclaire sur cet enjeu.

Le CCFD-Terre Solidaire a publié début juin 2018 un rapport « Nos terres valent plus que du carbone ». Pourquoi un rapport sur ce thème ?

Anne-Laure Sablé : Sous la pression de la lutte contre le dérèglement climatique, d’importants enjeux se cristallisent actuellement sur l’agriculture dans le monde.
Ce sera le cas, en particulier, en décembre prochain, en Pologne, lors de la prochaine conférence internationale annuelle de l’Onu sur le climat – la COP 24. C’est une étape importante, car les pays doivent y réviser les engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre pris lors de l’adoption de l’Accord de Paris sur le climat – à la COP 21 en 2015 –, qui entrera en vigueur en 2020.
Mais ces efforts sont notoirement insuffisants pour stabiliser le réchauffement planétaire à moins de 2 °C, objectif convenu.

Cet objectif, mentionné simplement comme optionnel par l’Accord de Paris, est pourtant exigé par les nations les plus vulnérables au dérèglement, en particulier les petites îles menacées par la hausse du niveau des océans.
Dans l’état actuel des choses, nous disent les chercheurs, c’est hors d’atteinte, avec les seules mesures de réduction des émissions : il faudra avoir recours à des technologies de stockage du CO2, le principal des gaz à effet de serre.
Or, l’agriculture est dans le collimateur. La croissance des plantes, par la photosynthèse, absorbe du CO2 et le fixe dans les fibres sous forme de carbone, dont une partie passe dans les sols pour s’y stocker.

Sans remise en cause globale de nos systèmes agroalimentaires, miser sur l’agriculture pour jouer le rôle d’un « puits de carbone » préfigure des évolutions risquées pour la souveraineté alimentaire, les agricultures familiales, les droits des paysans et des peuples autochtones...
Ces implications sont complexes et peu défrichées. C’est pourquoi nous avons sorti notre rapport suffisamment tôt afin d’alimenter les réflexions en amont de la COP 24, et d’alerter les décideurs politiques, les scientifiques, les relais associatifs et les médias sur ces enjeux.

En savoir plus sur le rapport « Nos terres valent plus que du carbone »

Cela fait des années que le CCFD-Terre Solidaire et ses alliés bataillent pour que les négociations climatiques intègrent les enjeux agricoles. Avec quels résultats ?

A-L.S : Le blocage durait depuis des années. Mais fin 2017, lors de la COP 23 à Berlin, les pays les plus vulnérables au dérèglement et les pays qui en sont les plus responsables ont trouvé un terrain d’entente : ils ont décidé de créer un groupe de travail sur l’agriculture et le climat qui sera actif jusqu’en 2020.
Il s’agit d’un cadre de négociations entre États sur cinq thèmes : l’élevage, les engrais, la séquestration du CO2 dans le sol, l’adaptation des agricultures et les implications socio-économiques des changements climatiques sur l’agriculture.
C’est une initiative importante, car ses conclusions influenceront directement les politiques climatiques, c’est pourquoi nous sommes vigilants sur son contenu.

La création d’un groupe de travail agriculture et climat depuis la COP 23 est-elle une bonne nouvelle ?

A-L.S : Oui, dans la mesure où l’agriculture et son rôle dans la lutte contre le dérèglement devraient enfin faire l’objet de négociations sérieuses. De plus, la création de ce groupe de travail va contribuer à mettre un peu d’ordre et de transparence sur ce sujet. Car, en l’absence de cadre onusien adéquat, on a vu surgir diverses initiatives parallèles, voire concurrentes, impliquant des acteurs privés et étatiques : l’Alliance globale pour une agriculture intelligente face au climat (Global alliance for climate-smart agriculture, Gacsa), le projet « 4 pour 1000 » [1], ou encore l’initiative pour l’Adaptation de l’agriculture africaine (AAA).

Autre point positif : les groupes les plus impactés dans l’agriculture par le dérèglement – paysans, communautés locales, peuples autochtones, femmes, jeunes... – sont invités à participer à ces réflexions, ainsi que des organisations telles que le CCFD-Terre Solidaire. Cependant, les questions de fond ne sont pas résolues.

Lire notre dossier réalisé au moment de la Cop 21 : Faim et dérèglements climatiques

Quel scénario redoutez-vous ?

A-L.S : Que l’on prenne une fois de plus le problème par le mauvais bout. À savoir, que l’on considère hors de portée la réduction drastique des émissions de gaz à effet de serre, et que la hausse de la population mondiale serve d’alibi à une vision productiviste qui n’a en rien résolu le problème de la malnutrition jusqu’à présent.
Et que, in fine, la contribution massive des sols agricoles au stockage du CO2 soit présentée comme incontournable. Ce qui signifierait un recours accru à une agro-industrie, dont on connaît les dégâts sociaux et environnementaux.

Par ailleurs, la focalisation extrême sur le CO2 occulte le rôle d’autres gaz à effet très important, et dont l’agriculture est le principal émetteur : le méthane (CH4) et le protoxyde d’azote (N2O).
Leur contribution à l’effet de serre pourrait s’accroître, alors qu’il serait plus efficace et plus sûr pour la lutte climatique de revoir le système agroalimentaire industriel pour réduire ces émissions : moins d’élevages industriels (réduction du CH4) et d’intrants de synthèse, engrais notamment (réduction du NO2).
Enfin, point très important, il faudra aider les pays les plus vulnérables à adapter leur agriculture, déjà affectée par le dérèglement.

Dans le grand débat sur la révision des politiques de lutte climatique surgit ainsi cette question de fond : jusqu’où les décideurs sont-ils prêts à utiliser les terres comme une variable d’ajustement ?
Les États-Unis, le Canada ou l’Australie expérimentent déjà des techniques de stockage du CO2 dans les sols. L’Union européenne, le Brésil et l’Argentine n’en sont pas loin...
Et l’on peut s’attendre à l’essor d’une nouvelle modalité d’accaparement des terres :

les grandes entreprises agroalimentaires vont chercher à compenser leurs émissions industrielles en finançant le stockage de CO2 dans les sols agricoles, y compris dans les pays du Sud.

Que préconise votre rapport face à ces risques ?

A-L.S : La transition vers cette agroécologie que nous appelons de nos vœux, garantissant la souveraineté alimentaire, le renforcement des droits des paysans, la préservation des ressources naturelles mais aussi la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Propos recueillis par Patrick Piro

Lire l’intégralité de l’entretien dans le n°305 de Faim et Développement, disponible sur abonnement payant.

[1Qui vise à accroître la productivité agricole tout en stockant du CO2 dans les sols.

Découvrir le magazine

Découvrir le magazine

S'abonner

En ligne
Je m'abonne
Par courrier

En téléchargeant et en renvoyant le formulaire d'abonnement

Je m'abonne

Que trouve-t-on dans Faim et Développement Magazine ?

Des dossiers thématiques pour penser autrement les enjeux sociaux, politiques, économiques d’un monde en pleine mutation.

Des sujets de reportage peu traités dans les grands médias qui donnent la parole aux actrices et acteurs du Sud mobilisés pour un autre monde.

Des rubriques originales comme "ils bâtissent un autre monde" qui explorent des alternatives citoyennes au modèle de développement actuel en France et ailleurs.

Des pages Cultures du monde pour aller à la découverte de livres, musiques, films...