Publié le 28.08.2018 • Mis à jour le 08.10.2018

Démission de Nicolas Hulot : L’urgence climatique ne s’accommode pas de la « politique des petits pas »

En présentant sa démission, Nicolas Hulot - jusqu’alors ministre de la Transition Ecologique et Solidaire – dresse un bilan sans concession de l’inadéquation des nombreuses décisions politiques du gouvernement actuel face à l’urgence climatique.

Ce samedi 8 septembre 2018, le CCFD-Terre Solidaire participe à la grande Marche pour le Climat et appelle à manifester partout en France, à l’unisson avec la mobilisation mondiale #riseforclimate

La "politique des petits pas" mise en cause par Nicolas Hulot (voir la vidéo ci-dessous), à l’image de l’action de la communauté internationale pour lutter contre les dérèglements climatiques, demeure largement insuffisante pour endiguer la crise climatique à laquelle doivent faire face en premier lieu les populations les plus vulnérables.

Au-delà de cette incompatibilité des petits pas face à l’immense défi auquel sont confrontées nos sociétés, ce sont également les incohérences entre discours et actes et le poids des lobbys dans les arbitrages gouvernementaux, qui ont déjà été pointées du doigt par les organisations de la société civile depuis cette première année du gouvernement au pouvoir.

Comme l’a encore rappelé l’ancien ministre ce matin, le constat est clair : nos modes de production et de consommation doivent évoluer. Et en première ligne de cette évolution se trouve notre système agricole et alimentaire.
Le changement de paradigme auquel aspire Nicolas Hulot ainsi que de nombreux acteurs de la société civile dont le CCFD-Terre Solidaire, ne pourra avoir lieu qu’avec des choix politiques ambitieux et courageux face à l’ampleur de la crise environnementale.
La France, en tant que pays industrialisé se positionnant comme « puissance agricole », a une responsabilité historique dans cette crise et le devoir d’agir pour transition profonde de nos systèmes agricoles et alimentaires dont l’impact est majeur pour les populations du Sud, notamment.

Cette annonce intervient à la veille d’échéances politiques importantes telles que l’adoption dans quelques semaines de :

  • la seule loi du quinquennat sur l’agriculture et l’alimentation,
  • la publication du rapport des Experts internationaux sur le climat (GIEC) sur les conséquences du réchauffement climatique
  • la COP24.

Ces deux dernières échéances nous rappellent l’impérieuse nécessité d’un sursaut. L’urgence climatique ne s’accommode ni de la « politique des petits pas », ni des incohérences. Le CCFD-Terre Solidaire restera mobilisé et vigilant. Il continuera à dénoncer avec force le refus d’agir pour une véritable transition.

S’informer

17 décembre 2018

Face à une humanité fragilisée, la solidarité à l’oeuvre (Edito)

307 - DECEMBRE

Ce numéro est organisé autour de deux fragilités de notre humanité. Les dégradations de notre environnement qui rendent d’ores et déjà des (...)

17 décembre 2018

COP24 : A quand une réelle transition écologique ?

Avec les manifestations des gilets jaunes, la COP24 est passée au second plan dans l’actualité française. Au terme d’une conférence sur le (...)

30 novembre 2018

COP 24 : quels enjeux pour notre planète et l’humanité ? (vidéos)

Du 2 au 14 décembre 2018, les dirigeants du monde entier se réunissent à Katowice, en Pologne, à l’occasion de la COP24. Trois ans après (...)

Nos projets

30 novembre 2018

Accorder l’humain et la planète, les initiatives qui marchent ! (carte interactive)

Il peut sembler difficile d’articuler écologie et droits humains. Pourtant, le CCFD-Terre Solidaire accompagne ses partenaires dans le (...)

13 septembre 2018

Au Sénégal, la population vent debout contre la centrale à charbon de Bargny

Au Sénégal, la construction d’une centrale à charbon suscite une forte opposition locale. Outre son impact sur le réchauffement climatique (...)

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)