Publié le 05.06.2018 • Mis à jour le 26.07.2018

Pour sauver l’Amazonie, le peuple wampis se constitue en nation (vidéo)

Face aux dérèglements climatiques et aux convoitises économiques, le peuple wampis, au Nord du Pérou, en Amazonie, s’est constitué en nation. Avec un double objectif : défendre ses droits de peuple indigène et protéger la forêt source de vie. Témoignage vidéo de Wrayz Pérez Ramirez, premier président wampis.

Ici, pas de routes. Les rivières Santiago et Morona, affluents de l’Amazone, constituent les uniques voies d’accès et de contact avec le monde extérieur. Lima, la capitale, se trouve à 1500 kilomètres de l’autre côté des Andes. Le territoire sur lequel vivent les 15 000 indiens wampis s’étend sur une superficie vaste comme l’Ile de France, recouverte par une forêt primaire impénétrable.

Loin de tout, les wampis désirent poursuivre leur mode de vie traditionnel amazonien vieux de 4 000 ans, fondé sur la chasse, la pêche et l’agriculture familiale.

Bois, or, pétrole… les menaces sont nombreuses

Pourtant, leur territoire suscite bien des convoitises. Bois, or, pétrole, complexes hydroélectriques… Comme dans toute l’Amazonie les menaces sont nombreuses. La pauvreté et le mode de « développement » soutenu par l’État favorisent la déforestation et l’extraction minière illégale qui pollue les rivières. D’où l’idée de créer une nation afin de :

  • défendre leur territoire,
  • préserver le poumon de la planète et
  • assurer l’avenir des générations futures.

Dans la cosmovision des wampis, la terre est un « territoire intégral ». Il inclue les cours d’eau, le sous-sol où vit la Terre Mère, et le ciel où résident les esprits des ancêtres.

Une nation pour se défendre

Cartographier son territoire pour mieux le protéger. © Jean-Claude Gerez / CCFD-Terre Solidaire

La scène s’est déroulée le 29 novembre 2015, à la veille de l’ouverture officielle de la Conférence de Paris sur le climat (COP 21). Au fin fond de la forêt amazonienne péruvienne, tout près de la frontière avec l’Équateur, 300 représentants de l’ethnie wampis ont déclaré officiellement la création du premier (et unique à ce jour) gouvernement territorial autonome indigène du Pérou. Dotée d’une Constitution, d’un président et d’un parlement élu pour cinq ans, la « nation » wampis est née.

Les indiens wampis ne refusent pas la citoyenneté péruvienne. Ils entendent faire respecter leurs droits inscrits dans la Déclaration des Nations unies signée par le Pérou en 2007. Elle donne aux peuples indigènes le droit à la libre détermination et la possibilité de s’autogouverner. Ils s’appuient aussi sur la Convention n°169 de l’Organisation internationale du travail (OIT) relative aux peuples indigènes et tribaux, qui stipule que toute activité pouvant affecter un territoire indigène doit d’abord obtenir le consentement de ceux qui y vivent.

À travers le témoignage de Wrayz Pérez Ramirez, premier président de la nation wampis, la vidéo ci-dessus présente la lutte d’un peuple indigène déterminé à préserver sa culture, son « Bien Vivre » et la forêt. Un combat qui dépasse les frontières du seul territoire wampis car il contribue à protéger la planète et l’humanité. Le CCFD-Terre Solidaire accompagne cette démarche des peuples indigènes à travers le travail de conseil et d’aide juridique dispensé par plusieurs de ses organisations partenaires au Pérou.

Ecoutez l’Amazonie...

Lire aussi :
Mgr Barreto, un cardinal pour l’Amazonie
Les Indiens d’Amazonie ne sont pas la priorité de l’Etat

Auteur(s): Jean-Claude Gerez

S’informer

6 August 2018

Promouvoir une « culture de la rencontre », au service de la paix

Dans un monde marqué par les tensions et les conflits, le Pape François prône une culture de la rencontre. Dans une émission spéciale, la (...)

19 juillet 2018

Les terres, variable d’ajustement des politiques climatiques ? (interview)

FDM n°305

L’agriculture commence enfin à être prise en compte dans les négociations climatiques internationales. Mais le péril grandit de voir des (...)

19 juillet 2018

L’espérance collective est notre force (Edito)

FDM n°305

Il y a 20 ans, lorsque j’étais animateur diocésain au CCFD-Terre Solidaire à Orléans, nous venions de commencer des relations partenariales (...)

Nos projets

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

21 mars 2018

A Haïti, entre cyclones et sècheresses, assurer l’accès à l’eau

Dans le cadre de la Journée mondiale de l’eau, zoom sur Haïti. Dans un pays touché par des sècheresses de plus en plus longues et intenses, (...)

1er décembre 2017

L’agriculture paysanne et l’agroécologie en Afrique : un pari gagnant

301 - Septembre-Octobre

Le soutien à une agriculture paysanne et l’agroécologie peuvent-ils améliorer les conditions de vie et la cohésion des populations rurales (...)