Noël contre la faim

Publié le 21.04.2016 • Mis à jour le 25.04.2016

Signature de l’Accord de Paris : les fausses solutions toujours à l’agenda

La signature de l’Accord de Paris ce vendredi 22 avril à New York, sera l’occasion de promouvoir l’« Agenda des solutions » (ou Lima Paris Action Agenda - LPAA). Institutionnalisé par la COP21, il réunit 70 initiatives collectives d’acteurs non-étatiques jugées « transformationnelles » pour nos sociétés. Or, en l’absence de cadres et de critères permettant de sélectionner et d’assurer le suivi de ces initiatives, certaines d’entre elles pourraient s’avérer inefficaces voire contraires à l’objectif fixé. La France, grâce à son rôle de président de la COP21 a largement contribué à ce que cet Agenda figure dans l’Accord de Paris. Elle doit maintenant assumer ses responsabilités et en garantir un véritable suivi.

En effet malgré les alertes répétées du CCFD-Terre Solidaire et d’autres organisations de la société civile auprès du gouvernement français, l’Agenda des solutions [1] comporte toujours des initiatives qui s’apparentent à du greenwashing ou à de fausses solutions qui risquent de nuire à l’environnement et aux populations.

C’est le cas par exemple de l’initiative « Oil and Gas Methane Partnership » (partenariat entre agences onusiennes et grands groupes pétroliers et gaziers) qui vise à limiter les fuites de méthane liées à l’exploration et la production d’hydrocarbures et non à favoriser le développement d’énergies renouvelables. Ou encore de l’initiative 4 pour 1000 promue par la France, censée favoriser le stockage du carbone dans les sols tout en améliorant leur fertilité via les pratiques agricoles et forestières.

Aucun garde-fou n’a pour le moment été établi, alors même que cette initiative pourrait entrer dans une logique de compensation des émissions au Nord par de la séquestration de carbone dans les terres au Sud, avec des risques d’accaparements des terres. Par ailleurs, elle ne comporte pour l’instant pas de critères clairs permettant d’exclure des modèles agricoles basés sur l’utilisation d’herbicides chimiques ou d’OGM.

« Etre transformationnel, ce n’est certainement pas faire la promotion, sur un pied d’égalité, des pratiques agro-écologiques et du Round Up de Monsanto. C’est au contraire permettre la transformation de nos sociétés vers des modes de vie bas carbone, dans le respect des droits fondamentaux », déclare Anne-Laure Sablé, chargée de plaidoyer climat au CCFD-Terre Solidaire.

Pour que ces « fausses solutions » soient exclues de l’Agenda, il est nécessaire et urgent d’établir une structure de suivi transparente, de définir des critères d’inclusion et d’exclusion des initiatives, d’exiger une redevabilité des acteurs impliqués afin de garantir les droits humains et le respect de l’environnement. Autant d’éléments qu’il conviendrait d’annoncer ce 22 avril lors de la signature de l’Accord de Paris.

« L’inertie de la France dans la définition d’un véritable cadre ne peut plus perdurer car les initiatives, elles, avancent. Stéphane Le Foll sera ainsi au Maroc la semaine prochaine pour présenter l’initiative 4 pour 1000 au Salon de l’agriculture de ce pays. Là encore, il est à craindre que l’on soit plus dans l’exercice de communication que dans la préoccupation que les pratiques promues répondent bien aux enjeux »
, ajoute Anne-Laure Sablé.

Contact presse : Karine Appy, 06 66 12 33 02 – 01 44 82 80 67

- Pour plus d’information sur l’Agenda des solutions, lire la note du CCFD-Terre Solidaire

- Dossier de presse regroupant l’ensemble des recommandations des organisations de la société civile française en vue de la signature de l’Accord de Paris

[1Un évènement de haut niveau « Climate Action », coprésidé par la Présidente de la COP et la Secrétaire exécutive de la CCNUCC aura lieu le 22 avril à 15h00 (heure de New York) / En présence d’entreprises, villes, collectivités territoriales, investisseurs, ONG

S’informer

16 octobre 2017

10 ans après les émeutes de la faim, où en sont les engagements internationaux ? (rapport)

Dans son rapport intitulé « La faim justifie les moyens ! », le CCFD-Terre Solidaire constate la montée de l’insécurité alimentaire dans le (...)

12 octobre 2017

Madagascar : le militant écologiste Raleva écope de deux ans de prison avec sursis

M. Raleva, défenseur des droits environnementaux à Madagascar, a été condamné le 26 octobre 2017 à deux ans de prison avec sursis. Son tort : (...)

6 octobre 2017

Etats généraux de l’alimentation : appel à la mobilisation

Alors que les Etats généraux de l’alimentation arrivent à mi-parcours, 50 organisations, dont le CCFD-Terre Solidaire, souhaitent que les (...)

Nos projets

1er décembre 2017 Acord Burundi , Les femmes paysannes de l’Union Uwaki de Kiwanja, décembre 2013 , Mooriben

L’agriculture paysanne et l’agroécologie en Afrique : un pari gagnant

301 - Septembre-Octobre

Le soutien à une agriculture paysanne et l’agroécologie peuvent-ils améliorer les conditions de vie et la cohésion des populations rurales (...)

1er décembre 2017 Inades formation au Burundi

Burundi : Les femmes au coeur de la transition écologique et sociale

301 - Septembre-Octobre

Porté par le CCFD-Terre Solidaire dans six pays africains, le programme PAIES au Burundi a notablement contribué à inclure les femmes au (...)

16 novembre 2017 Amassa Afrique Verte

Au Mali, 6 manières de faire face aux changements climatiques

Au Mali, la saison des pluies est durablement perturbée par la crise du climat. Ces changements affectent en particulier la période des (...)