Un avenir sans faim
dossier

FSM 2002 (Porto Alegre, Brésil)

Le deuxième Forum Social Mondial a été une réussite à plusieurs niveaux. Quantitativement, 50 000 personnes ont participé dont 15 000 délégués de 5000 organisations différentes et de 120 pays. Dans l’ensemble, l’ampleur a été trois fois plus importante que lors du premier Forum. Ce deuxième Forum a marqué le passage de la critique altermondialiste, alors appelée antimondialiste, à la proposition d’alternatives concrètes au modèle néolibéral.

Lire la suite

15 février 2002

2002, Porto Alegre, Brésil

Le deuxième Forum Social Mondial a été une réussite à plusieurs niveaux. Quantitativement, 50 000 personnes ont participé dont 15 000 (...)

Nos projets

15 septembre 2017 ITECA

Irma, Maria : solidaires avec les peuples des Caraïbes !

Au cours de leurs passages, les ouragans Irma et Maria ont causé des dégâts considérables dans les Caraïbes. A Haïti et à Cuba, les (...)

15 septembre 2017 ITECA

Haiti : La culture de la mangue m’a permis d’aller à l’école (témoignage)

Ovalson OVID a 24 ans et vit près de la ville de Gros Morne à Haiti. Il raconte tout ce que lui a permis de faire l’association locale (...)

12 septembre 2017

En vacances avec des demandeurs d’asile au Pays basque (diaporama)

Inviter des familles de demandeurs d’asile à passer des vacances ensemble ? C’est le pari relevé au mois d’août par des bénévoles du (...)

S’informer

20 octobre 2017

Birmanie : l’UE privilégie ses intérêts financiers à l’instauration de la paix

Un collectif d’organisations birmanes et européennes, dont le CCFD-Terre Solidaire, publie, le 4 octobre 2017, un rapport intitulé « (...)

20 octobre 2017

Le CCFD-Terre Solidaire engagé pour un traité Onu contre l’impunité des multinationales

« Se battre contre les injustices est dans l’ADN du CCFD-Terre Solidaire ». Carole Peychaud, chargée de plaidoyer Régulation des (...)

20 octobre 2017

Impunité des multinationales : les victimes de ProSavana au Mozambique représentées à l’Onu

Au Mozambique, des entreprises de l’agrobusiness, impliquées dans le projet ProSavana, font passer leurs intérêts avant ceux des (...)