Publié le 25.01.2011 • Mis à jour le 17.08.2012

2009, Belèm au Brésil

Au Forum de Belém, la délégation du CCFD-Terre solidaire et ses partenaires du Sud ont moissonné de nombreuses expériences d’alternatives à la mondialisation ultra libérale et travaillé à des convergences avec d’autres acteurs de solidarité au Nord et au Sud pour construire un monde plus juste (pour tous et en particulier pour les plus pauvres). Deux sujets ont été particulièrement approfondis : la consolidation des réponses à la crise financière, et la réflexion sur les modèles énergétiques en lien avec la gestion durable des ressources naturelles.

Face à la crise financière : propositions et mobilisations

Le CCFD-Terre solidaire a très largement contribué à l’organisation des rencontres regroupant les principaux réseaux internationaux et thématiques d’ONG et de syndicats travaillant sur les questions de dette, de régulation financière et fiscale. Des propositions conjointes ont pu aboutir, dépassant les différences de langage, de nature et de culture des organisations. Ce texte a été finalisé en Assemblée thématique, et recueille aujourd’hui les signatures d’organisations (230 signataires à ce jour). L’unanimité s’est faite pour contester la légitimité du G20 pour répondre à la crise, et pour demander que cette tâche soit confiée à un organisme plus large et plus démocratique, au sein d’une ONU réformée. Les propositions de taxes mondiales, de création d’un nouveau système de réserves internationales, le démantèlement des paradis fiscaux, la surveillance stricte des mouvements de capitaux, la lutte contre la spéculation sur les matières premières sont autant de propositions formulées lors de l’assemblée thématique finale. Un atelier plus spécifique sur le plaidoyer à mener à l’occasion du G20 a été mené à bien, et une mobilisation internationale programmée pour le 28 mars, avant la rencontre des chefs d’Etat du G20.

Alternatives énergétiques : lancement d’une dynamique

L’objectif du CCFD-Terre solidaire était d’encourager une mise en relation d’organisations du Sud mobilisées face aux grands projets énergétiques (hydroélectrique, industries extractives, agrocarburants), de favoriser la mise en réseaux et la consolidation de propositions alternatives. La série d’ateliers organisés sur ce thème a permis un échange riche et varié, en particulier entre une quinzaine d’organisations d’Afrique, d’Asie et d’Amérique Latine, et le Mouvement brésilien des Affectés par les Barrages, fort de 30 années d’expérience de luttes et de propositions alternatives. La projection d’un film réalisé par la CIDSE sur les mobilisations face aux industries extractives en Amérique latine, et les apports de Michel Doucin, ambassadeur de France pour la RSE, sur les mécanismes existants pour interpeller les entreprises sur leur responsabilité, ont permis de réfléchir aux pistes d’actions à renforcer. Au Brésil, une mobilisation conjointe pour la souveraineté alimentaire et énergétique est lancée. Les partenaires du CCFD-Terre solidaire sont invités à s’associer à cette dynamique. La nécessité d’un travail conjoint avec des scientifiques engagés a été soulignée. Le CCFD-Terre solidaire a ensuite porté les recommandations issues des travaux de ces 3 journées devant l’assemblées thématique sur la justice climatique.

De multiples expériences à partager avec la société civile française

Les 21 bénévoles du réseau ou des mouvements, dont les 2/3 ont moins de 40 ans, avaient reçu un mandat de leurs délégations ou mouvements pour vivre l’expérience du FSM : celle d’une rencontre avec les sociétés civiles du monde entier. Leur participation est un investissement pour leur délégation, qui les charge d’être ensuite moteurs pour vivifier le réseau CCFD-Terre solidaire. Ils ont pleinement assumé cette responsabilité en suivant activement les axes de travail portés par le CCFD-Terre solidaire et quantité d’autres dynamiques dans le Forum. Ils ont pu approfondir leurs connaissances et analyse sur les thèmes du développement défendus par le CCFD-Terre solidaire, et rencontrer lors d’échanges informels de nombreux acteurs de la société civile venus du monde entier. Une expérience très enrichissante et motivante, dont ils ont rendu compte, au quotidien, par la tenue d’un blog très dynamique sur le site du CCFD-Terre solidaire. Ils vont désormais restituer cette expérience lors de nombreuses rencontres et conférences en France, auprès de leurs délégations et du grand public.

Pour les partenaires du Sud, l’occasion de construire et consolider des alliances

Les 12 organisations directement invitées par le CCFD-Terre solidaire, mais aussi d’autres partenaires retrouvés sur place, ont pu échanger les uns avec les autres, et intervenir dans de nombreux débats et rencontres sur place. Pour certains, il s’agissait de consolider un travail au sein d’alliances déjà forgées. Pour d’autres, l’enjeu était d’aller à la découverte de nouvelles thématiques, approches, réflexions, ou de nouvelles organisations, de confronter leurs expériences et modes d’action, et de prendre connaissance de divers réseaux dont ils sont éloignés aujourd’hui. Un travail qu’ils vont poursuivre dans les mois à venir avec l’accompagnement du CCFD-Terre Solidaire.

Des medias français peu présents, mais une bonne couverture de la presse écrite

Malgré l’absence d’envoyés spéciaux des medias audiovisuels, et le peu de place accordée au sujet dans les médias français pour cause de forte actualité sociale dans l’hexagone, le CCFD a pu faire connaître ses positions, celle de ses partenaires du Sud et le résultat de ses travaux dans plusieurs sujets radios (France inter, France info, RFI) et même au cours d’un duplex avec Davos sur France 24. Et plus largement dans l’ensemble des titres de la presse écrite qui ont couvert le FSM (Le Monde, Les Echos, La Croix, Libération, La Vie, Réforme…)

S’informer

13 de julio de 2018

¿Qué hacen los miembros de la Unión europea para que la ONU acabe con la impunidad de las empresas multinacionales?

Un colectivo de 36 organisaciones de la sociedad civil (asociaciones y sindicatos) interpeló a los Estados miembros de la Unión europea (...)

12 July 2018

What are the European Union and its individual Member States doing at the UN to stop corporate impunity?

On 11 July 2018, during the consultations taking place at the UN, a group of 36 civil society organisations called on the Member States (...)

12 juillet 2018

Que font les Etats membres de l’Union européenne à l’Onu pour mettre fin à l’impunité des multinationales ?

Ce 11 juillet 2018, un collectif de 36 organisations de la société civile (associations et syndicats) a interpellé les Etats membres de (...)

Nos projets

16 mai 2018

Bénin : l’association Sin Do donne la voix aux femmes

Face aux violences faites aux femmes et aux jeunes filles au Bénin, l’association Sindo lutte avec elles pour leur dignité et développe (...)

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

5 avril 2018

Au Mexique, les familles de disparus témoignent et s’organisent (vidéo témoignage)

A la veille de l’élection présidentielle au Mexique, n’oublions pas les personnes disparues. Selon la société civile, au moins 180 000 (...)