Noël contre la faim

Publié le 11.07.2006 • Mis à jour le 15.03.2013

Que la France t’accepte même si tu ne sais pas jouer au foot

La France a vibré aux exploits d’une équipe nationale dont la composition doit beaucoup à l’apport de l’immigration. Immigrés ou enfants d’immigrés contribuent à la société française depuis des décennies.


Pourtant beaucoup de responsables politiques continuent à entretenir le sentiment que l’immigration est un « problème », entretiennent l’amalgame entre immigration et délinquance, rendent les étrangers ou leurs enfants français, responsables des difficultés sociales dont ils sont les victimes (ghettoïsation, logement insalubres, échec scolaire, chômage…).

La migration peut être un phénomène positif. Parce que vivre en France, pour une durée plus ou moins longue, est un moyen d’ouvrir son horizon sur le reste du monde, d’aider sa famille restée au pays, de se former, d’acquérir un capital en vue d’un projet au retour, d’échapper à une situation politique dangereuse…

Parce que c’est une forme d’insertion et de redistribution des richesses pour les pays pauvres dont les ressortissants n’ont pas de raison d’être privés de leur liberté de circulation.

Parce que pour la société française, c’est un apport humain, culturel et un devoir de solidarité. Malheureusement aujourd’hui, le migrant est réduit à son utilité pour la compétitivité économique et pour le rayonnement de la France.

Remplir des quotas d’expulsions dans des conditions inhumaines et arbitraires, légiférer pour réduire le droit de vivre en famille, pour précariser la vie des étrangers résidant en France, est une forme de repli et d’égoïsme, et contredit nos valeurs.

La France qui gagne, c’est la France qui n’a pas peur !

S’informer

1er janvier 2018

En Colombie, une commission pour faire la vérité sur le conflit- Francisco De Roux

302 - Novembre-Décembre

Responsable de la communauté jésuite de Colombie depuis 2008, ancien directeur du Cinep/PPP, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, (...)

8 décembre 2017

Au Mexique, le Prix National des Droits Humains 2017 décerné à notre partenaire Miguel Gandara, président de Serapaz

Avec tous les membres de Serapaz, le CCFD-Terre Solidaire se réjouit de voir le Prix National des Droits Humains au Mexique décerné à son (...)

7 novembre 2017

Paradise papers : les paradis fiscaux, comme l’île Maurice, sont une entrave aux droits humains (témoignage)

Dossier : Vers un traité Onu contre l’impunité des multinationales

Chaque année, l’Ile Maurice, véritable paradis fiscal, doit renoncer à des investissements dans le secteur de la santé et de l’éducation. (...)

Nos projets

12 septembre 2017

En vacances avec des demandeurs d’asile au Pays basque (diaporama)

Inviter des familles de demandeurs d’asile à passer des vacances ensemble ? C’est le pari relevé au mois d’août par des bénévoles du (...)

28 octobre 2016

COP22 : "l’Odyssée des alternatives Ibn Battûta", une flottille pour la justice climatique

Plusieurs associations et mouvements citoyens d’Afrique et d’Europe ont choisi de faire de l’avant-COP22 un temps fort de la mobilisation (...)

27 septembre 2016

En France, les jeunes habitants des bidonvilles privés d’école

Le Collectif pour le droit des enfants roms à l’éducation a réalisé une étude, soutenue par le CCFD-Terre Solidaire, permettant de mieux (...)