Noël contre la faim

Publié le 1er mai 2006

Délit d’émigration clandestine

Pour donner plus de force et de crédibilité au fantasme d’une horde de migrants prête à envahir l’Europe, rien de tel qu’une "traduction juridique" du phénomène, gage de sérieux : le "délit d’émigration illégale". Repris en choeur par les décideurs politiques et les médias, ce concept conforte l’ensemble des citoyens européens dans l’idée qu’en plus d’être illégitime, l’émigration n’est pas légale.

. Pas de fondement juridique
Or, cette notion nouvelle ne repose sur aucun fondement juridique. Car si l’immigration peut, elle, être illégale, la Déclaration universelle des droits de l’homme précise bien « toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et d’y revenir ». Rappelons que la criminalisation des « fuyards » est d’ordinaire l’apanage des dictatures, comme c’était le cas dans les pays du bloc soviétique plongés dans la Guerre Froide. Mais l’idée fait néanmoins son chemin dans le contexte actuel de contrôle total du migrant, à la source comme à l’arrivée.

. Cautionner la chasse aux "émigrants"
Le Maroc s’est ainsi transformé en nasse mortelle pour les migrants qui échouent devant les grilles protégeant les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla. Fort d’une nouvelle législation à l’encontre des émigrants clandestins, « poussé en cela par l’Ue, le Maroc a pris l’habitude de faire la chasse aux sortants - ce qui, on le sait, s’est soldé par une quinzaine de morts par balle lors des événements de Ceuta et Melilla de l’automne 2005. » dénonce le réseau Migreurop*.

* « Emigration illégale, une notion à bannir », Libération, 13 juin 2006.

Nos projets

12 septembre 2017

En vacances avec des demandeurs d’asile au Pays basque (diaporama)

Inviter des familles de demandeurs d’asile à passer des vacances ensemble ? C’est le pari relevé au mois d’août par des bénévoles du (...)

12 juillet 2017

Sri Lanka : aider les personnes déplacées par la guerre, en particulier les veuves

Après des années d’un long conflit meurtrier, l’association sri lankaise Nafso accompagne le retour des personnes déplacées par la guerre, (...)

28 octobre 2016

COP22 : "l’Odyssée des alternatives Ibn Battûta", une flottille pour la justice climatique

Plusieurs associations et mouvements citoyens d’Afrique et d’Europe ont choisi de faire de l’avant-COP22 un temps fort de la mobilisation (...)

S’informer

5 avril 2018

Au Mexique, les familles de disparus témoignent et s’organisent (vidéo témoignage)

Selon la société civile, au moins 180 000 personnes sont portées disparues au Mexique. Démunies face à des autorités corrompues et liées au (...)

3 avril 2018

Déclaration de solidarité envers le père Amaro et la Commission pastorale de la terre

Le 27 mars 2018, le père Amaro Lopes de Sousa, agent de la Commission pastorale de la terre et curé au Brésil, a été arrêté et incarcéré. (...)

3 avril 2018

Au Brésil, le père José Amaro, défenseur des sans-terres, est jeté en prison

Le père José Amaro Lopes, prêtre à Anapu au Brésil, a été arrêté le 27 mars 2018 et incarcéré. Défenseur des droits des sans terres, il est (...)