Publié le 1er mai 2006

Externalisation, les migrants sous-traités

Depuis une dizaine d’années, l’Union européenne a fait le choix de sécuriser au maximum ses frontières et de transférer vers les pays d’origine ou de transit des migrants la responsabilité du contrôle des migrations. Une sous-traitance désignée, dans le langage européen aseptisé, par le terme d’externalisation. Mais quelles sont les conséquences de cette stratégie ?

• L’absence de garanties pour les migrants
Le but officiel de l’externalisation est de renforcer les capacités des pays tiers à accueillir les migrants. En réalité, le dispositif maintient les étrangers indésirables à l’écart des frontières de l’UE, en créant des « zones tampon » dont la gestion est assurée par des pays offrant parfois peu de garanties (et de compétences) quant au respect des procédures et des droits fondamentaux des migrants.

L’Ukraine est ainsi devenue un nouveau garde-frontière du territoire européen. Des milliers de demandeurs d’asile désireux de rejoindre l’UE y sont détenus au milieu de prisonniers de droit commun et font face au risque de "détention indéfinie" tant qu’ils ne sont pas expulsés vers leurs pays d’origine ou de transit. Le réseau Migreurop dénonce ainsi le déficit démocratique général et l’absence de tradition politico-administrative de traitement de la demande d’asile en Ukraine.

• Eloigner le problème, se déresponsabiliser
En confiant aux pays d’origine ou de transit le rôle de gérer les flux de migrants, l’Union européenne éloigne le problème de son territoire, le rend moins visible et en préserve sa propre opinion publique. D’une part, celle-ci est peu informée de ce qui peut se passer en Ukraine ou en Libye. D’autre part, en tenant les migrants à distance, l’UE et ses citoyens se dégagent de toute responsabilité à leur égard.

• Les migrants au cœur d’un chantage
Les pays-tiers sont prêts à tout pour jouer les bons élèves de la lutte contre l’immigration clandestine en échange de la bienveillance de l’UE.

Exemple éloquent : la Libye. Pays de transit pour les migrants subsahariens autrefois diabolisé par l’Ue, la Libye est désormais un partenaire de choix dans la lutte contre l’immigration illégale. Tripoli n’a pourtant pas signé la Convention de Genève sur les réfugiés... Le Parlement européen se dit « préoccupé par les conditions de vie déplorables des personnes détenues dans des camps […] et les rapatriements massifs dans des conditions qui n’assurent ni la dignité, ni la survie »*. Pour le compte de l’UE, et en échange de la levée de l’embargo sur les armes, la Libye gère pourtant les flux migratoires à sa manière.

* Résolution du Parlement européen sur Lampedusa, avril 2005.

Nos projets

5 avril 2018

Au Mexique, les familles de disparus témoignent et s’organisent (vidéo témoignage)

A la veille de l’élection présidentielle au Mexique, n’oublions pas les personnes disparues. Selon la société civile, au moins 180 000 (...)

12 septembre 2017

En vacances avec des demandeurs d’asile au Pays basque (diaporama)

Inviter des familles de demandeurs d’asile à passer des vacances ensemble ? C’est le pari relevé au mois d’août par des bénévoles du (...)

12 juillet 2017

Sri Lanka : aider les personnes déplacées par la guerre, en particulier les veuves

Après des années d’un long conflit meurtrier, l’association sri lankaise Nafso accompagne le retour des personnes déplacées par la guerre, (...)

S’informer

21 août 2018

En Algérie, des relais solidaires pour les migrants sur la route du retour

FDM n°305

Partenaire du CCFD-Terre Solidaire, Rencontre et Développement est un service social créé dans les années 1970 à Alger par l’Église pour (...)

19 août 2018

Migrations : « Le Maroc est une salle d’attente »

Malgré une politique d’ouverture à l’égard des migrants au Maroc, leur intégration dans le pays reste très précaire. Interview de Hicham (...)

13 de julio de 2018

¿Qué hacen los miembros de la Unión europea para que la ONU acabe con la impunidad de las empresas multinacionales?

Un colectivo de 36 organisaciones de la sociedad civil (asociaciones y sindicatos) interpeló a los Estados miembros de la Unión europea (...)