Publié le 1er mai 2006

Des statuts sûrs pour les migrants et leur famille

Faciliter la vie de famille et respecter la vie privée sont deux conditions indispensables à une intégration réussie. Pourtant, les migrants n’y ont souvent pas droit. En outre, la précarisation de leur statut les fragilise et conduit, parfois, à la clandestinité. Il faut :

- Faciliter le regroupement familial sans condition de ressources ou de logement.

- Créer une vraie citoyenneté de résidence pour les réfugiés et les migrants qui ont des attaches privées et/ou familiale en France.

- Ôter au ministère de l’Intérieur la compétence en matière d’immigration.

Nos projets

5 avril 2018

Au Mexique, les familles de disparus témoignent et s’organisent (vidéo témoignage)

A la veille de l’élection présidentielle au Mexique, n’oublions pas les personnes disparues. Selon la société civile, au moins 180 000 (...)

12 septembre 2017

En vacances avec des demandeurs d’asile au Pays basque (diaporama)

Inviter des familles de demandeurs d’asile à passer des vacances ensemble ? C’est le pari relevé au mois d’août par des bénévoles du (...)

12 juillet 2017

Sri Lanka : aider les personnes déplacées par la guerre, en particulier les veuves

Après des années d’un long conflit meurtrier, l’association sri lankaise Nafso accompagne le retour des personnes déplacées par la guerre, (...)

S’informer

21 août 2018

En Algérie, des relais solidaires pour les migrants sur la route du retour

FDM n°305

Partenaire du CCFD-Terre Solidaire, Rencontre et Développement est un service social créé dans les années 1970 à Alger par l’Église pour (...)

19 août 2018

Migrations : « Le Maroc est une salle d’attente »

Malgré une politique d’ouverture à l’égard des migrants au Maroc, leur intégration dans le pays reste très précaire. Interview de Hicham (...)

13 de julio de 2018

¿Qué hacen los miembros de la Unión europea para que la ONU acabe con la impunidad de las empresas multinacionales?

Un colectivo de 36 organisaciones de la sociedad civil (asociaciones y sindicatos) interpeló a los Estados miembros de la Unión europea (...)