Publié le 09.11.2016 • Mis à jour le 18.11.2016

Arrestations au centre de formation du Mouvement des Sans Terre brésilien

La police de Sao Paulo a violemment fait irruption, vendredi 4 novembre, dans un centre de formation du Mouvement des travailleurs ruraux sans terre (MST), partenaire du CCFD-Terre Solidaire. De quoi renforcer le climat de criminalisation dans lequel baignent les organisations sociales brésiliennes depuis plusieurs mois.

Les images des caméras de surveillance sont éloquentes.

Vendredi 4 novembre, à 9h25, une demi douzaine d’hommes du Groupe Armé de Répression des Vols et Agressions (Garra) brisent les vitres d’une fenêtre et s’introduisent dans les locaux de l’École Nationale Florestan Fernandes (ENFF), à Guararema, près de Sao Paulo.
Dans cet établissement qui forme des militants et des cadres de mouvements populaires, les hommes lourdement armés, plutôt habitués à intervenir lors de braquages de banque et de prises d’otages, sont venus arrêter deux militants, un homme et une femme, soupçonnés notamment « d’occupation illégale de terre et d’association de malfaiteurs. »

Une violence disproportionnée

Selon de nombreux témoins, les policiers ont fait usage à plusieurs reprises de leur arme, tirant en l’air et au sol, mais à balles réelles, alors que plus de 200 personnes assistaient à des cours à l’intérieur de l’établissement et que des enfants étaient également présents dans l’enceinte de ce centre de formation qui accueillent des leaders sociaux du monde entier.

Pour en savoir plus sur le centre de formation, voir le site des amis de l’École Nationale Florestan Fernandes

La mobilisation de la police faisait partie de l’opération « Castra » qui couvrait simultanément trois états du sud du Brésil : Paraná, São Paulo et Mato Grosso do Sul.

Objectif ? Procéder à l’arrestation de huit militants du Mouvement des Sans Terre dans le cadre d’une enquête liée à l’occupation par plus de 2500 familles de 10 000 hectares de terre près de Queidas do Iguaçu, dans l’état du Paraná, au sud du pays.

Une terre, désormais « Campement MST Mgr Tomas Balduino », où l’entreprise « Araupel Celulose » développait depuis 2004 une monoculture de pins et d’eucalyptus pour la confection de pâte à papier. En toute illégalité, puisque la terre appartient officiellement à l’état Brésilien et a d’ailleurs été déclarée « propriété publique » par la Cour fédérale du Brésil.

D’illégalité, il en a été également question lors de cette intervention à l’ENFF. La police possédait bien un mandat d’emprisonnement préventif à l’encontre de Margareth Barbosa de Souza, l’une des deux personnes arrêtées.

Mais d’après son avocate, Alessandra da Silva Carvalho, il y a de « forts indices » que le dit mandat n’ait pas été valable. « Le policier nous a montré le mandat à travers la messagerie « whatsapp », a indiqué la défenseure. Il a ensuite été l’imprimer dans un lieu près de l’école ». Or, d’après une journaliste du journal espagnol « El Pais » présente sur les lieux, il manquait la signature du juge.

En attendant, les nombreux témoins présents lors des faits ont tous évoqué la brutalité avec laquelle les policiers ont mené l’intervention. « Le militant arrêté souffre de la maladie de Parkinson, a par exemple expliqué l’avocate Alessandra da Silva Carvalho. Il est allé s’appuyer sur un policier car il a des problèmes de locomotion. A ce moment, il a été jeté au sol et menotté. »

Un climat de criminalisation dénoncé par les organisations sociales brésiliennes

L’information de « l’invasion policière » a été rapidement relayée par les réseaux sociaux et très vite les réactions venues de tout le pays se sont multipliées. Dans un communiqué publié le jour même, le Mouvement des Sans Terre a dénoncé « l’escalade de la répression contre la lutte pour la terre, sous l’influence des lobbys agro-industriels associés à la violence d’un Etat d’exception », et a accusé la compagnie Araupel de collusion avec l’appareil de police et les autorités publiques.

Le communiqué souligne également que le Mouvement des Sans Terre est « un mouvement qui lutte pour la démocratisation de l’accès à la terre dans le pays. L’action déraisonnable de la police porte un coup aux droits constitutionnels et démocratiques. »
Pour le partenaire du CCFD-Terre Solidaire, «  la police civile exécute des mandats de prison contre des militants du Mouvement, rééditant ainsi la thèse qui fait des mouvements sociaux des organisations criminelles, déjà dénoncée par diverses organisations de défense des Droits de l’homme, et même par des décisions du Tribunal Supérieur de Justice Brésilien (STJ). »

Pour dénoncer la criminalisation des mouvements populaires et en solidarité avec le Mouvement des sans terre plus d’un millier de personnes se sont réunies le samedi 5 novembre à l’École Nationale Florestan Fernandes.
Une réunion à laquelle a participé l’ancien président brésilien Ignacio Lula da Silva. Lors de son intervention, Lula a souligné que l’action menée contre le Mouvement fait partie « d’un processus qui vise à réprimer les mouvements populaires dans tout le pays. » Un processus de criminalisation qui passe désormais par l’envoi de forces de police armées.
Y compris dans une école.

Jean-Claude Gerez

Lire aussi les inquiétudes des acteurs sociaux brésiliens suite à la destitution de Dilma Roussef

S’informer

8 novembre 2018

RDC : 9 villages portent plainte contre une banque de développement allemande (communiqué)

Neuf communautés de la République démocratique du Congo ont accompli un geste historique cette semaine : elles ont porté plainte contre la (...)

7 novembre 2018

Samouni Road, un documentaire animé bouleversant sur une famille de Gaza

Comment faire face à l’indicible ? Stefano Savona a choisi de mêler images vidéos tournées sur le terrain et animées pour raconter la (...)

30 octobre 2018

Des jeunes à la découverte de la Bosnie sur le thème de la paix en Europe

FDM n°306

Que signifie la paix pour celles et ceux qui ont connu la guerre ? C’est pour tenter de répondre à cette question que treize jeunes des (...)

Nos projets

23 octobre 2018

En Amazonie, lutter contre le désespoir et le suicide des jeunes indigènes Madiha

Les Madiha, peuple indigène amazonien, sont confrontés à une grave crise sociale qui se traduit par une vague de suicides sans précédents (...)

5 avril 2018

Au Mexique, les familles de disparus témoignent et s’organisent (vidéo témoignage)

A la veille de l’élection présidentielle au Mexique, n’oublions pas les personnes disparues. Selon la société civile, au moins 180 000 (...)

23 mars 2018

Cinq reportages de La Croix au Paraguay pour découvrir l’action du CCFD-Terre Solidaire

Cinq portraits ont été réalisés par le quotidien La Croix au Paraguay avec des associations partenaires du CCFD-Terre solidaire. Une série (...)