Publié le 18.05.2018 • Mis à jour le 28.06.2018

Gaza : Face à l’inhumanité, nous pouvons agir !

Tirer à balles réelles sur des manifestants désarmés à Gaza est inhumain et inacceptable. La France et l’Union européenne doivent intervenir auprès du gouvernement israélien pour qu’il mette fin à ces violences et s’opposer à une politique d’occupation désastreuse.

Ecrire au président pour lui demander d’agir pour Gaza

Nous sommes horrifiés par le massacre de manifestants non armés dans la Bande de Gaza.

Tirer sur une foule de manifestants qui ne représentent aucun danger pour les citoyens ou les soldats israéliens est inhumain. C’est une violation des normes internationales, voire un crime de guerre.

Le CCFD-Terre Solidaire vient de participer à une mission internationale avec la Cidse en avril 2018. Ses membres sont allés dans l’un des campements du Nord de la Bande de Gaza d’où sont organisées les marches de retour. Jeunes et vieux, femmes ou hommes, s’y retrouvent. Ils partagent les histoires des villages dont leurs familles ont été chassées en 1948, chantent, cuisinent... Puis ils marchent vers la ligne de séparation avec Israël pour appeler à la liberté. Les jeunes ont expliqué à la délégation combien ils voulaient attirer l’attention sur leur situation et dire au monde qu’ils ne veulent pas être oubliés.

Avec une population de près de deux millions de personnes enfermées à l’intérieur d’une minuscule bande de terre, le plus grand désir des jeunes est la liberté de circuler et de pouvoir sortir de Gaza. Une liberté fondamentale qui leur est refusée. Les associations partenaires que nous soutenons sur place nous disent aussi combien la population a peur de se faire tuer et se sent abandonné. Ils appellent à la protection internationale.

La « Grande Marche du retour » est une initiative spontanée et populaire. Les rassemblements et manifestations sont l’expression d’une résistance non-violente qui nous rappelle la première intifada. Cette volonté de résister sans recourir à la violence armée est un signe extraordinaire pour une population confrontée à une situation invivable. Depuis douze ans le blocus illégal imposé par les gouvernements israéliens à la Bande de Gaza l’a transformé en prison à ciel ouvert.

Lire aussi : Comprendre les manifestations de la marche du retour à Gaza

La décision des Etats-Unis de réduire son soutien à l’UNRWA (l’agence des Nations unies qui fournit une aide d’urgence aux réfugiés palestiniens) rend encore plus vulnérables les 80 % de la population qui dépendent de cet appui pour vivre. L’Onu a annoncé en 2017 que Gaza ne sera plus viable en 2020. Mais c’est déjà le cas, et nous en sommes témoins.

Or l’occupation poursuit son cours sur l’ensemble du Territoire palestinien. En Cisjordanie, nos associations partenaires nous font part d’un même sentiment de désespoir et frustration sans précédent face aux expropriations ininterrompues des maisons, des terres et des ressources palestiniennes, y compris à Jérusalem Est.

La communauté diplomatique, y compris le gouvernement français, attend une initiative de paix menée par les États-Unis. Avec le choix de déplacer leur ambassade à Jérusalem, en violation du droit international, les Etats-Unis ne sont plus en position de jouer un rôle de médiateur dans le conflit israélo-palestinien. C’est désormais à l’Union européenne de jouer ce rôle, et la France doit être force de proposition.

Nous appelons la France à prendre une position claire pour que :

  • le gouvernement israélien mette fin aux violences contre les manifestants, et lève le blocus illégal de la Bande de Gaza
  • pour qu’une commission d’enquête internationale et indépendante sur les violences en Palestine soit mise sur pied.

Nous appelons la France à agir pour stopper la politique d’occupation implacable du gouvernement israélien qui pousse au désespoir les Palestiniens et ruine tout espoir de paix entre les deux peuples.

Nous adhérons à l’initiative de la plateforme française pour la Palestine et incitons chacun à écrire au président de la République.

Benoît Faucheux,
Délégué général du CCFD-Terre Solidaire

Ecrire au président pour lui demander d’agir pour Gaza

.

Lire aussi : Pourquoi s’engager publiquement pour demander le respect du droit international ?

S’informer

6 August 2018

Vidéo : Promouvoir une « culture de la rencontre », au service de la paix

Dans un monde marqué par les tensions et les conflits, le Pape François prône une culture de la rencontre. Dans une émission spéciale, la (...)

24 juillet 2018

Au Niger : Soulagement après la libération de 6 acteurs de la société civile

Le CCFD-Terre Solidaire est heureux et soulagé d’apprendre la libération de 6 acteurs de la société civile nigérienne emprisonnés depuis (...)

20 juillet 2018

Niger : Les défenseurs des droits humains poursuivis à tort doivent être libérés (communiqué)

Alors que le verdict du procès des défenseurs des droits humains au Niger est attendu pour mardi 24 juillet, il est plus que temps pour (...)

Nos projets

5 avril 2018

Au Mexique, les familles de disparus témoignent et s’organisent (vidéo témoignage)

A la veille de l’élection présidentielle au Mexique, n’oublions pas les personnes disparues. Selon la société civile, au moins 180 000 (...)

6 mars 2018

Liban : à l’école avec les enfants réfugiés syriens (vidéo)

Aujourd’hui un enfant syrien sur deux réfugié au Liban n’a pas accès à l’enseignement. Le CCFD-Terre Solidaire appuie les initiatives de la (...)

15 décembre 2017

A Jérusalem, une association d’archéologues israéliens dénonce l’utilisation politique des fouilles

Créée par des archéologues, l’association Emek Shaveh est une organisation israélienne qui vise à sensibiliser le public, les journalistes et (...)