Publié le 03.06.2010 • Mis à jour le 16.08.2012

Le CCFD-Terre Solidaire rappelle l’illégalité du siège israélien.

Paris, le 3 juin 2010

Le 31 mai, la marine israélienne a attaqué la « Flotille de la Paix », composée de 6 bateaux avec plus de 700 personnes à leurs bords, qui tentait de briser le blocus et apportait plus de 10 000 tonnes de matériaux de reconstruction et de biens de premières nécessités à la population de la Bande de Gaza.

L’intervention israélienne, menée dans les eaux internationales, s’est soldée, selon le dernier communiqué des médias israéliens, par un bilan faisant état d’au moins neuf morts et d’une trentaine de blessés dans les rangs des passagers de la flottille.

Cet assaut donné par les forces armées israéliennes est un pas de plus franchi dans l’escalade de violence pratiquée par l’Etat israélien. Rien ne peut justifier cette opération armée contre des personnes qui apportaient à la population palestinienne de la Bande de Gaza une aide humanitaire.

La question centrale est bien la réponse que la communauté internationale va apporter à cette crise.

En effet, cet incident montre, une fois encore, la nécessité absolue d’une action internationale en faveur de la Bande de Gaza. Le blocus - voir les témoignages dans la brochure « Gaza : une dignité assiégée » - imposé par le gouvernement israélien depuis janvier 2008, représente une punition collective pour la population palestinienne et constitue une violation majeure du droit international.

Certes, la communauté internationale appelle avec urgence Israël à ouvrir les points de passage avec Gaza. Plusieurs ministres ont visité la région pour montrer leur soutien à la population palestinienne. Le ministre français des Affaires étrangères, M. Kouchner s’est vu interdire l’entrée de la Bande de Gaza par le gouvernement israélien en octobre 2009. En mars 2009, la communauté internationale a promis 4,5 milliards de dollar d’aide financière pour reconstruire la Bande de Gaza après l’opération "Plomb Durci".

Cependant, aucune pression internationale n’a obligé Israël à se conformer au droit international, selon lequel il doit faciliter l’entrée des biens et des personnes pour que la population de la Bande de Gaza ait accès à une vie décente et digne. Bien au contraire, puisque les pays de l’Union européenne ont récemment accepté Israël comme membre de l’Organisation économique de Coopération et de Développement - OCDE, ce qui peut être considéré comme un encouragement à poursuivre sa politique.

Les déclarations ne sont plus suffisantes, des actes sont nécessaires. Alors que nos gouvernements ne font pas assez pour mettre un terme à une crise humanitaire et lever le siège, de nombreux citoyens agissent. Ils considèrent comme leur devoir de défendre les droits humains de la population de Gaza, à commencer par le droit à la vie. C’est la raison pour laquelle certains ont mené cette opération de la "Flottille de la Paix".

Le CCFD-Terre Solidaire, très impliqué aux côtés de ses partenaires palestiniens dans la Bande de Gaza, est solidaire de ces citoyens, qui rappellent au monde l’illégalité du siège et demandent à leurs gouvernements de prendre des mesures pour obtenir sa levée immédiate et sans conditions.

Le CCFD-Terre Solidaire demande à la France et à l’Union européenne :

  • d’exercer des pressions sur les autorités israéliennes afin de lever au plus vite le blocus de la bande de Gaza ;
  • d’être actifs afin que l’enquête impartiale, crédible et transparente conforme aux critères internationaux, demandée par le Conseil de Sécurité des Nations Unies, soit lancée dans les plus brefs délais ;
  • de veiller à ce que l’ensemble du matériel humanitaire et de reconstruction embarqué sur les bateaux soit livré à la population de Gaza, comme le gouvernement israélien semble s’y être engagé.

AGIR
« FLOTTILLE DE LA LIBERTE » ACTION CITOYENNE

L’attaque de la flottille pour Gaza le 31 mai par la marine israélienne, dans les eaux internationales, a fait 9 morts et plusieurs dizaines de blessés. Cette flottille tentait de briser le blocus de la bande de Gaza en apportant 10 000 tonnes de matériel humanitaire à la population palestinienne. Au-delà des déclarations dénonçant l’illégalité du blocus, nos gouvernements doivent agir pour que celui-ci soit levé. Nous vous invitons pour cela à envoyer un courrier écrit à MM. Nicolas Sarkozy, président de la République et Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères et européennes.

1. Vous trouverez sur ce lien la lettre adressée à Nicolas Sarkozy - http://www.plateforme-palestine.org/IMG/doc/AttaqueFlottille-lettreNicolasSarkozy-2.doc et à Bernard Kouchner http://www.plateforme-palestine.org/IMG/doc/AttaqueFlottille-lettre_BernardKouchner.doc

2. Il est important que vous nous fassiez par de votre envoi par courrier électronique en vous rendant sur http://www.palestine-nos-elus.org/spip.php?rubrique163 ou en nous écrivant sur contact@plateforme-palestine.org afin que nous comptabilisions le nombre de lettres envoyées et sur cette base mesurer l’impact de la mobilisation.

S’informer

13 de julio de 2018

¿Qué hacen los miembros de la Unión europea para que la ONU acabe con la impunidad de las empresas multinacionales?

Un colectivo de 36 organisaciones de la sociedad civil (asociaciones y sindicatos) interpeló a los Estados miembros de la Unión europea (...)

12 July 2018

What are the European Union and its individual Member States doing at the UN to stop corporate impunity?

On 11 July 2018, during the consultations taking place at the UN, a group of 36 civil society organisations called on the Member States (...)

12 juillet 2018

Que font les Etats membres de l’Union européenne à l’Onu pour mettre fin à l’impunité des multinationales ?

Ce 11 juillet 2018, un collectif de 36 organisations de la société civile (associations et syndicats) a interpellé les Etats membres de (...)

Nos projets

5 avril 2018

Au Mexique, les familles de disparus témoignent et s’organisent (vidéo témoignage)

A la veille de l’élection présidentielle au Mexique, n’oublions pas les personnes disparues. Selon la société civile, au moins 180 000 (...)

15 décembre 2017

A Jérusalem, une association d’archéologues israéliens dénonce l’utilisation politique des fouilles

Créée par des archéologues, l’association Emek Shaveh est une organisation israélienne qui vise à sensibiliser le public, les journalistes et (...)

21 juin 2017

En Cisjordanie, l’agroécologie est porteuse d’alternatives

299 Juin

En Cisjordanie l’agriculture paysanne palestinienne est entravée par le poids de l’occupation, l’accaparement des terres les plus fertiles (...)