Publié le 13.06.2018 • Mis à jour le 14.06.2018

Au Tchad : la société civile s’organise pour construire la paix

Le Tchad est rongé par les tensions intercommunautaires construites et instrumentalisées par des leaders politiques et religieux. La société civile tchadienne s’organise pour construire la paix. Initier un dialogue inter-ethnique et inter-religieux, éduquer les plus jeunes à la paix… Tour d’horizon des solutions explorées, en photos et vidéos.

Dans un contexte de banalisations des conflits intercommunautaires, la société tchadienne est extrêmement fragmentée. Face au risque de voir se développer une guerre civile, la construction de la paix est un enjeu de premier ordre. De nombreux acteurs se mobilisent.

Initier le dialogue entre les communautés

Parmi les conflits récurrents au Tchad, il y a ceux qui opposent les différentes communautés d’agriculteurs et d’éleveurs. Mais aussi ceux qui oppposent les communautés d’éleveurs entre elles.

Elles se disputent les espaces et les ressources, rendus de plus en plus rares par la sècheresse et leurs accaparements par de nouvelles élites urbaines. Ces conflits se doublent parfois d’une dimension religieuse.

© Roberta Valerio

Pour faire face à ces tensions, des associations tentent d’initier un dialogue intercommunautaire. C’est le cas de Kawtal. Cette plateforme d’éleveurs, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, organise des rencontres de la fraternité, qui rassemblent différentes communautés d’éleveurs et d’agriculteurs.

Ces rencontres ont pour but de :

  • dépasser les rivalités qui opposent les éleveurs et les agriculteurs ainsi que les éleveurs entre eux,
  • développer la compréhension et la confiance mutuelles,
  • découvrir ce qui les rassemble.

Au fil des réunions, des liens de solidarité se tissent. Les querelles s’estompent. Une relation au bénéfice de tous se crée à mesure que les préjugés se détricotent.

Extrait vidéo de l’émission « Pour une culture de la rencontre » de KTO Télévision.
Regarder l’émission en entier

Dans les écoles, des ambassadeurs de la paix

L’apprentissage de la paix doit se faire dès le plus jeune âge. Dans les écoles du pays, le rôle d’ambassadeur de la paix est désormais courant.

Garçons et filles peuvent être désignés pour endosser ce rôle qui les amène, non seulement, à intervenir dans les classes en cas de conflit, mais également à animer des débats sur différents sujets liés au vivre-ensemble intercommunautaire.

<

© Roberta Valerio

Le travail des ambassadeurs de la paix dans les écoles du pays est d’autant plus précieux que l’éducation est source de conflit dans le pays. Le débat est en effet virulent concernant la langue à privilégier dans les salles de classe.

Certaines écoles proposent des classes francophones et des classes arabophones, deux univers qui se côtoient dans les cours de récréation. Les ambassadeurs de la paix encouragent les élèves à réfléchir à ces clivages linguistiques et religieux pour mieux construire la possibilité d’un vivre-ensemble pacifique.

© Roberta Valerio

Offrir des espaces de rencontre interculturelle pour la jeunesse

L’éducation à la paix ne saurait se réduire à l’action en milieu scolaire. Elle concerne la société dans son ensemble et doit donc se poursuivre dans la vie quotidienne des jeunes. Des associations permettent de créer des ponts entre les jeunes des différentes communautés en dehors des heures de classe.

Espaces interculturels pour les jeunes

Extrait vidéo de l’émission « Pour une culture de la rencontre » de KTO Télévision.
Regarder l’émission en entier

Des espaces de rencontres sont créés. On y développe des activités culturelles et artistiques, on y mêle surtout les communautés afin de les amener à dialoguer et se comprendre. Musulmans et chrétiens interrogent les situations conflictuelles du quotidien, souvent par le biais de la poésie, de la danse ou du théâtre.

Ces lieux de mixité ethnique et religieuse à destination des jeunes sont importants au Tchad. Cependant, des obstacles nuisent à la propagation de leur message. Toute une partie de la population ne peut y avoir accès : élèves des écoles coraniques encore fermées sur ces sujets, populations rurales isolées, enfants des communautés nomades… Les CCFD-Terre Solidaire accompagne ses organisations partenaires dans leur travail d’inclusion de ces populations dans les projets de construction de la paix.

En attendant, là où ils peuvent exister, le langage universel de l’art permet d’y établir la rencontre. Les différences sont mises de côté le temps de se rendre compte des ressemblances qu’elles occultent. Cette jeunesse, qui n’a guère connu la paix sociale est souvent exaspérée par la situation au Tchad. Elle souhaite envoyer un message fort à ses aînés, celui d’un avenir où musulmans et chrétiens travailleront main dans la main à construction d’une paix durable.

© Roberta Valerio

Solène Attab

S’informer

6 August 2018

Promouvoir une « culture de la rencontre », au service de la paix

Dans un monde marqué par les tensions et les conflits, le Pape François prône une culture de la rencontre. Dans une émission spéciale, la (...)

24 juillet 2018

Au Niger : Soulagement après la libération de 6 acteurs de la société civile

Le CCFD-Terre Solidaire est heureux et soulagé d’apprendre la libération de 6 acteurs de la société civile nigérienne emprisonnés depuis (...)

20 juillet 2018

Niger : Les défenseurs des droits humains poursuivis à tort doivent être libérés (communiqué)

Alors que le verdict du procès des défenseurs des droits humains au Niger est attendu pour mardi 24 juillet, il est plus que temps pour (...)

Nos projets

16 mai 2018

Bénin : l’association Sin Do donne la voix aux femmes

Face aux violences faites aux femmes et aux jeunes filles au Bénin, l’association Sindo lutte avec elles pour leur dignité et développe (...)

5 avril 2018

Au Mexique, les familles de disparus témoignent et s’organisent (vidéo témoignage)

A la veille de l’élection présidentielle au Mexique, n’oublions pas les personnes disparues. Selon la société civile, au moins 180 000 (...)

6 mars 2018

Liban : à l’école avec les enfants réfugiés syriens (vidéo)

Aujourd’hui un enfant syrien sur deux réfugié au Liban n’a pas accès à l’enseignement. Le CCFD-Terre Solidaire appuie les initiatives de la (...)