Noël contre la faim

Publié le 3 juin 2009

Le rôle des citoyens

À la société civile de jouer

Etant donné le caractère éminemment politique des décisions de gel et de restitution des biens et avoirs d’origine illicite de dirigeants étrangers, la société civile a un rôle déterminant pour faire progresser la démarche.

Déjà, les avancées de l’arsenal juridique international en faveur du rapatriement des avoirs volés, de même que la moindre accoutumance des institutions internationales à la grande corruption – du moins dans le discours –, doivent beaucoup à la sensibilité accrue de l’opinion publique pour le sujet et à la mobilisation des ONG.
On ne compte plus en effet les appels d’ONG et de mouvements sociaux, qu’ils soient du Nord ou du Sud, en faveur de la restitution des biens mal acquis. Les campagnes pour l’annulation de la dette des pays du Sud se sont souvent prononcées sur ce point, notamment en lien avec la dénonciation des dettes dites « odieuses » et illégitimes.
Les mobilisations contre la corruption ou les paradis fiscaux et judiciaires se sont également emparées de cette revendication. Toutefois, les ONG ayant approfondi le sujet et mené campagne pour obtenir restitution restent rares. Du point de vue international, c’est Transparency international qui a porté le plus loin le sujet, qui suscite par ailleurs un large consensus parmi les ONG. Au niveau national, l’exigence du recouvrement d’avoirs détournés n’a suscité une mobilisation que dans quelques pays du Sud, avec de faibles relais parmi les ONG du Nord, hormis en Suisse. Mais l’on peut s’attendre à un regain d’intérêt pour ce genre d’initiatives, suite aux dépôts de plainte contre quelques dictateurs africains pour recel de détournements de fonds publics par des ONG françaises depuis mars 2007.
Cette première au niveau mondial a ouvert une brèche dans le mûr de l’impunité puisqu’elle a entraîné l’ouverture d’une enquête préliminaire du Parquet de Paris et la révélation par les policiers français des patrimoines colossaux des familles Bongo, Sassou et Obiang... Reste qu’il est périlleux, dans de nombreux pays, de s’intéresser de trop près aux biens mal acquis : la sécurité des acteurs est en jeu.

À la société civile de jouer

Nos projets

20 novembre 2014 Banco Palmas

Brésil, une banque communautaire prospère

Créée en 1998 dans une favela de Fortaleza, au nord-est du Brésil, la banque communautaire Palmas soutenue par le CCFD-Terre Solidaire est (...)

12 mai 2014 Bénédicte Fiquet

Inde : Le coût du développement, l’exemple du Tamil Nadu

FDM n°277

Classé dans le pool des États les plus puissants économiquement du pays, le Tamil Nadu est un laboratoire du développement à l’indienne : (...)

19 octobre 2012 Focus on the Global South

Pour qu’émerge en Asie un autre modèle de développement économique

Fondée par Walden Bello, à qui l’on doit le concept de "démondialisation", Focus on the Global South agit au niveau de l’ensemble du (...)

S’informer

7 novembre 2017

Paradise papers : les paradis fiscaux, comme l’île Maurice, sont une entrave aux droits humains (témoignage)

Dossier : Vers un traité Onu contre l’impunité des multinationales

Chaque année, l’Ile Maurice, véritable paradis fiscal, doit renoncer à des investissements dans le secteur de la santé et de l’éducation. (...)

20 octobre 2017

Birmanie : l’UE privilégie ses intérêts financiers à l’instauration de la paix

Un collectif d’organisations birmanes et européennes, dont le CCFD-Terre Solidaire, publie, le 4 octobre 2017, un rapport intitulé « (...)

4 juillet 2017

Reporting pays par pays public : le Parlement européen adopte une mesure limitée pour lutter contre l’évasion fiscale

Le Parlement européen a voté aujourd’hui pour plus de transparence des multinationales, en se prononçant en faveur du reporting pays par (...)