Publié le 24.06.2011 • Mis à jour le 14.08.2012

Procès en diffamation Obiang contre CCFD-Terre Solidaire

Au cours de l’audience, le CCFD-Terre Solidaire a rappelé sa démarche

Paris le 24/06/2011

Le CCFD-Terre Solidaire, attaqué en diffamation, par le Président de la Guinée Equatoriale, Teodoro Obiang Nguema, sur la base du rapport « Biens mal acquis. A qui profite le crime ? » publié en juin 2009, a présenté cet après midi à la 17ème chambre du Tribunal de Grande Instance de Paris, des éléments pour démontrer la qualité et le sérieux de son enquête.

Sur les 29 pays cités dans le rapport sur les Biens Mal Acquis, seul le président de la Guinée Equatoriale a décidé de poursuivre le CCFD-Terre Solidaire.

« Teodoro Obiang Nguema détient après Khadafi, le record de longévité parmi les chefs d’Etats africains au pouvoir. La nature autoritaire de son régime et l’opacité et la corruption qui règnent dans la gestion des revenus du pétrole sont des informations de notoriété publique, publiées dans de nombreux rapports des organisations internationales. N’oublions pas que 70% de la population du pays vit en-dessous du seuil de pauvreté et que c’est son développement qui est en cause » indique Guy Aurenche, président du CCFD-Terre Solidaire.

Pour le CCFD-Terre Solidaire, ce procès intenté aux organisations de la société civile du Sud comme du Nord (associations de lutte contre la corruption, de droits de l’Homme ou ONG de développement) n’est pas de nature à décourager l’association dans sa démarche. Elle sait que la justice française protège la liberté d’expression : il en va de la capacité même des associations à exercer leur mission et à dénoncer les violations des droits humains.

La tentative d’intimidation du régime Obiang contre le CCFD-Terre Solidaire vient conforter les choix de l’association de s’attaquer sans relâche aux mécanismes de pillages des pays du Sud : l’opacité financière et les paradis fiscaux ainsi que la complicité d’acteurs occidentaux qui font trop souvent prévaloir leurs intérêts économiques sur le sort des populations.

L’objectif premier du CCFD-Terre Solidaire est bien de faire avancer des régulations pour plus de transparence, tant des Etats que des entreprises, afin que les populations pauvres dans les pays en développement bénéficient des richesses de leurs pays.

Le délibéré sera rendu le 16 septembre 2011.

 Contacts : Véronique de La Martinière : 01 44 82 80 64 - 06 07 77 05 80
 Mathilde Dupré : 07 61 70 91 21

S’informer

20 juillet 2018

Niger : Les défenseurs des droits humains poursuivis à tort doivent être libérés (communiqué)

Alors que le verdict du procès des défenseurs des droits humains au Niger est attendu pour mardi 24 juillet, il est plus que temps pour (...)

13 June 2018

Au Tchad : la société civile s’organise pour construire la paix

Le Tchad est rongé par les tensions intercommunautaires construites et instrumentalisées par des leaders politiques et religieux. La (...)

27 avril 2018

Au Nicaragua, la violente répression contre les mobilisations citoyennes ne faiblit pas

Les manifestations qui ont gagné le pays depuis le 18 avril 2018 sont la plus forte expression citoyenne depuis longtemps. La violente (...)

Nos projets

16 mai 2018

Bénin : l’association Sin Do donne la voix aux femmes

Face aux violences faites aux femmes et aux jeunes filles au Bénin, l’association Sindo lutte avec elles pour leur dignité et développe (...)

1er février 2017

Bénin : « Aidons les enfants à échapper à la traite »

FDM n°297

La traite d’enfants touche les jeunes Béninois les plus pauvres du pays. Face à ce phénomène, Sin Do, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, (...)

13 septembre 2011

Jean-Marc Bikoko ou vingt ans de combats syndicaux

« Je suis âgé de 54 ans. Je suis né en 1957 dans une famille modeste. Mon père était ouvrier aux Brasseries du Cameroun. Il est décédé (...)