Publié le 28.07.2010 • Mis à jour le 09.07.2012

L’aide au développement, variable d’ajustement du budget français

Le CCFD-Terre Solidaire dénonce le discret renoncement de la France à ses engagements envers les pays pauvres

Paris, le 28 juillet 2010

L’annonce du gel des crédits de la mission d’aide publique au développement pour les trois prochaines années[1], au plein cœur de l’été, éloigne définitivement la France de ses engagements en matière de solidarité internationale.
En 2002, le Président Jacques Chirac s’était engagé à consacrer, d’ici 2012, 0,7% du Revenu national brut (RNB) à l’aide publique au développement (APD), avec un objectif intermédiaire de 0,5% en 2007. Après avoir déjà revu cet objectif à la baisse en 2008, fixant 2015 pour atteindre 0,7%, avec un objectif intermédiaire de 0,51% en 2010, le chef de l’Etat vient à nouveau de trahir les engagements de la France en faveur de la solidarité internationale. Il avait pourtant promis aux ONG françaises, en septembre 2009, que « l’aide publique au développement ne [serait] pas la variable d’ajustement de la dépense publique[2] ».

« En renonçant à ses promesses d’aide au développement, la France fait payer aux populations les plus pauvres les frais de la crise financière, alors qu’elles n’y sont pour rien. Après avoir étouffé les pays pauvres sous le poids de la dette, on leur fait payer au prix fort notre propre dette. C’est inacceptable. Et c’est lâche de faire une telle annonce en plein creux médiatique », dénonce Bernard Pinaud, délégué général du CCFD-Terre Solidaire, qui s’interroge « Quelle crédibilité la France aura-t-elle si elle veut convaincre ses partenaires du G8 et du G20, qu’elle accueille en 2011, de soutenir les pays du Sud, durement frappés par la crise ? ».

En 2010, l’APD sera située entre 0.44 et 0.46% du RNB. La stagnation annoncée indique qu’aucun progrès n’est à espérer avant 2013. Au niveau bilatéral, l’enveloppe consacrée aux dons avait déjà été divisée par 2 entre 2006 (322 millions €) et 2010 (175 millions €). Faute de dons, la France n’a plus les moyens de soutenir efficacement des projets sociaux et agricoles dans les pays pauvres.

Contact : Jean Merckaert - 01 44 82 81 23 - 06 81 84 30 64 - j.merckaert@ccfd.asso.fr
[1] http://www.lesechos.fr/info/france/020690463683-le-gel-de-l-aide-au-developpement-empechera-le-respect-desengagements.
htm
[2] Extrait du discours de Nicolas Sarkozy, lors d’une rencontre avec les ONG françaises le 17 septembre 2009.

S’informer

20 juillet 2018

Pour lutter efficacement contre la fraude fiscale, les députés doivent corriger le projet de loi (Communiqué)

Mardi 24 juillet, la Commission des Finances de l’Assemblée nationale examinera le projet de loi relatif à la fraude, adopté en première (...)

2 juillet 2018

Le Bien-vivre résonne des quatre coins du monde

Du 6 au 8 juin 2018, la ville de Grenoble accueillait le Forum international pour le bien-vivre, une première du genre au niveau (...)

12 juin 2018

Mondial de foot 2018 : Travailleurs et travailleuses sur le banc de touche

Le Collectif Ethique sur l’étiquette se mobilise pendant le Mondial 2018 pour exiger des grands équipementiers sportifs (Nike, Adidas...) (...)

Nos projets

20 novembre 2014

Brésil, une banque communautaire prospère

Créée en 1998 dans une favela de Fortaleza, au nord-est du Brésil, la banque communautaire Palmas soutenue par le CCFD-Terre Solidaire est (...)

19 octobre 2012

Pour qu’émerge en Asie un autre modèle de développement économique

Fondée par Walden Bello, à qui l’on doit le concept de "démondialisation", Focus on the Global South agit au niveau de l’ensemble du (...)

3 octobre 2011

Actions de plaidoyer contre les paradis fiscaux et l’annulation de la dette

Avec ces actions, Latindadd promeut une participation citoyenne aux prises de décisions concernant l’élaboration des politiques publiques, (...)