Noël contre la faim

Publié le 11 septembre 2003

Pourquoi le CCFD-Terre Solidaire s’engage

À savoir : le Forum social mondial, les manifestations contre la guerre en Irak, " Sommet pour un autre monde " à 1’occasion du G8 et, à l’automne prochain, le Forum social européen (FSE) de Paris et Saint-Denis.

Dans un monde de plus en plus structuré autour de trois pôles : les États (dominés par l’hyper puissance états-unienne) et leurs institutions, les marchés et les entreprises, et les organisations des sociétés civiles, les associations catholiques doivent-elles s’investir dans les grands événements citoyens ?

Pour une association catholique comme le CCFD-Terre Solidaire, cet engagement au sein des événements organisés par les sociétés civiles s’inscrit dans la logique de son action. Il s’agit de soutenir le travail d’acteurs des pays du Sud, de l’Est, et leur permettre de faire entendre leur voix. Dans un monde marqué par une inégalité scandaleuse dans l’accès aux moyens d’information, la présence active dans ces forums de responsables associatifs de tous ces pays représente, pour eux, une occasion unique d’expression sur la scène internationale. Et quand nous proposons à un partenaire sud-africain de participer à notre place à la rencontre en marge du G8 entre les conseillers du président Chirac et les organisateurs du " Sommet pour un autre monde ", nous sommes fidèles à notre mission. Puis nous voulons exprimer notre révolte contre la faim, la misère, l’exclusion, et montrer, à nos concitoyens, aux décideurs, les pistes possibles pour bâtir un monde plus juste, même SI cela doit prendre des décennies. Notre parole se fonde sur les exigences de la foi chrétienne, sur une longue expérience de la solidarité, sur l’engagement extraordinaire d’un réseau de milliers de militants. Faut-il laisser le monopole de la réflexion critique à des organisations qui se sont longtemps complus dans la sphère de l’antimondialisation ? N’est-il pas nécessaire de faire entendre d’autres voix capables de conjuguer, avec discernement, dénonciation des injustices et propositions pour remédier à leurs causes ?

Bientôt à Cancun (réunion ministérielle de l’OMC septembre 2003) puis au FSE, des associations catholiques seront présentes pour s’exprimer sur les grandes questions qui influencent la vie des plus pauvres de la planète. Nous le ferons toujours en lien avec les acteurs de développement dans les pays du Sud. Au nom de la justice et de la dignité humaine, nous défendrons ensemble des principes très fermes, comme l’annulation de la dette, la primauté des droits fondamentaux sur la liberté du commerce, la légitimité du système des Nations unies par rapport à tout autre système de gouvernance mondiale au profit des plus riches. Nous chercherons aussi, avec d’autres réseaux associatifs, comme au G8, à créé des espaces de dialogue avec les décideurs pour faire évoluer progressivement leurs politiques économiques et sociales. Mais faut-il, dans ces événements citoyens, s’afficher en tant que " catholiques " ? De par une démarche de dialogue avec les autres confessions, il nous semble logique d’affirmer à des moments clés (comme l’avant-guerre en Irak) une expression de catholiques, qui, au nom de leur foi, estiment que le monde peut bénéficier d’un éclairage fondé sur message évangélique. Dans les grands Forums sociaux la présence catholique est un signe de la diversité dl organisations qui cherchent à changer les règles du jeu mondial, une diversité source de richesses parti gérées aux antipodes d’un mouvement contestataire unique, forcément réducteur et doctrinaire.

En participant à des démarches collectives le CCFD-Terre Solidaire entend aussi montrer en permanence que la construction d’un monde plus juste et plus fraternel s’adresse à tous au-delà des clivages politique ou religieux. Fidèle à notre identité, nous essayons à notre mesure, de porter l’espérance au cœur d’une humanité qui doute de sa capacité à vivre ensemble.

Jean-Marie Fardeau

Nos projets

1er décembre 2017 Acord Burundi , Les femmes paysannes de l’Union Uwaki de Kiwanja, décembre 2013 , Mooriben

L’agriculture paysanne et l’agroécologie en Afrique : un pari gagnant

301 - Septembre-Octobre

Le soutien à une agriculture paysanne et l’agroécologie peuvent-ils améliorer les conditions de vie et la cohésion des populations rurales (...)

1er décembre 2017 Inades formation au Burundi

Burundi : Les femmes au coeur de la transition écologique et sociale

301 - Septembre-Octobre

Porté par le CCFD-Terre Solidaire dans six pays africains, le programme PAIES au Burundi a notablement contribué à inclure les femmes au (...)

16 novembre 2017 Amassa Afrique Verte

Au Mali, 6 manières de faire face aux changements climatiques

Au Mali, la saison des pluies est durablement perturbée par la crise du climat. Ces changements affectent en particulier la période des (...)

S’informer

7 novembre 2017

Paradise papers : les paradis fiscaux, comme l’île Maurice, sont une entrave aux droits humains (témoignage)

Dossier : Vers un traité Onu contre l’impunité des multinationales

Chaque année, l’Ile Maurice, véritable paradis fiscal, doit renoncer à des investissements dans le secteur de la santé et de l’éducation. (...)

20 octobre 2017

Birmanie : l’UE privilégie ses intérêts financiers à l’instauration de la paix

Un collectif d’organisations birmanes et européennes, dont le CCFD-Terre Solidaire, publie, le 4 octobre 2017, un rapport intitulé « (...)

16 octobre 2017

10 ans après les émeutes de la faim, où en sont les engagements internationaux ? (rapport)

Dans son rapport intitulé « La faim justifie les moyens ! », le CCFD-Terre Solidaire constate la montée de l’insécurité alimentaire dans le (...)